LABOU TANSI SONY (1947-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dramaturge et romancier, Sony Labou Tansi – Marcel Sony pour l'état civil – est né le 5 juin 1947 à Kiwanza, au Zaïre. C'est là qu'il passe son enfance, auprès de sa grand-mère, qui l'a familiarisé avec les traditions et les légendes proliférantes du vieux fonds culturel bantou. De nationalité congolaise, il poursuit ses études à Brazzaville, notamment à l'École normale supérieure, dont il sort professeur d'anglais. Il occupe plusieurs postes d'enseignement dans diverses régions du Congo, mais se passionne surtout pour le théâtre. En 1980, il prend la direction d'une troupe qui devient le Rocado Zulu Théâtre (ce nom est presque une devise à l'africaine, pour dire le désir d'un théâtre résistant comme le rocher et aussi ardent que le héros zoulou Chaka). La troupe représente des pièces d'auteurs africains, des adaptations de romans et de nouvelles et des créations collectives. Le succès vient vite, et le Rocado Zulu Théâtre se produit à l'étranger, notamment au festival des Francophonies de Limoges, à partir de 1985. Sony Labou Tansi écrit lui-même pour le théâtre, tout en préférant laisser à d'autres le soin de monter ses pièces : Conscience de tracteur, 1979 ; La Parenthèse de sang, 1981 ; Je soussigné cardiaque, 1981, mise en scène de Gabriel Garran en 1985 ; Antoine m'a vendu son destin, 1986, mise en scène de Daniel Mesguisch ; Moi, veuve de l'Empire, 1987 ; Une chouette petite vie bien osée, 1992 ; etc. Ce théâtre s'enracine aux formes des rituels théâtralisés de la civilisation kongo : kingiliza, forme de théâtre thérapeutique pour les fous et les inadaptés ; nkoloba, théâtre de marionnettes actualisant des fétiches ; lemba ; wala ; etc. Mais sa modernité tient à l'invention d'une langue décapante, forte et drôle, multipliant ruptures et jeux de mots, à laquelle Daniel Mesguisch reconnaissait le mérite de se situer résolument “ailleurs”.

Sony Labou Tansi a publié six romans. Le premier, La Vie et demie (1979), conte la chronique terrifiante d'une dynastie de “guides providentiels” installée au pouvoir dans un pays africain qui ressemble à tous les autres : de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LABOU TANSI SONY (1947-1995)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maturité littéraire africaine »  : […] Si, dans les années qui suivent les indépendances, on a pu noter un relatif tarissement de la production littéraire africaine, la période est aussi celle d'une maturité affirmée. Les premières œuvres d'auteurs africains trouvent, grâce à leur inscription dans les programmes scolaires, un large public de lecteurs africains. Des études critiques importantes légitiment ces œuvres. Des anthologies cad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-litteratures/#i_6197

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francophones-litteratures-de-langue-francaise/#i_6197

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, « LABOU TANSI SONY - (1947-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sony-labou-tansi/