SKA, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à la Jamaïque à la fin des années 1950 dans les discothèques itinérantes (sound systems), très prisées à l'époque, le ska, première forme de musique pop jamaïcaine, d'origine à la fois indigène et urbaine, est l'héritier d'un rhythm and blues jamaïcain inspiré de son homologue américain, en particulier de celui qui se pratiquait à La Nouvelle-Orléans. On a donc commencé à entendre un nouveau style de musique mêlant le rythme traînant du pianiste et chanteur américain Rosco Gordon et les influences traditionnelles des Caraïbes, notamment le son du mambo cubain et celui du mento, une musique sur laquelle dansaient les Jamaïcains et qui a conféré son rythme de base au nouveau genre musical. Le ska doit son nom à l'onomatopée désignant l'imitation, grâce à un jeu de guitare syncopé à contre-temps, du boogie-woogie et de ses improvisations au piano typiques du rhythm and blues de La Nouvelle-Orléans. Son rythme était plus enlevé grâce aux cors, aux saxophones, à la trompette, au trombone et au piano qui jouaient le même riff à contre-temps. Pendant ce temps, la batterie maintenait un rythme à quatre temps marqué par la grosse caisse sur le deuxième et le quatrième temps.

L'histoire de la musique populaire jamaïcaine étant principalement orale, il était inévitable que plusieurs musiciens s'attribuent la paternité du ska. On considère toutefois généralement comme plausible la version du guitariste jamaïcain Ernest « Ernie » Ranglin selon laquelle c'est lui qui aurait inventé le rythme saccadé du ska. Si les chanteurs Derrick Morgan, Prince Buster, Toots Hibbert (du groupe Toots and the Maytals), Justin Hinds et les Dominoes sont devenus des stars, le ska était avant tout un genre musical instrumental. En 1962, l'indépendance de la Jamaïque, jusque-là colonie britannique, a laissé le pays et les interprètes de ska dans un état euphorique. Les principaux représentants de ce courant étaient un groupe de musiciens qui enregistraient dans des studios – Don Drummond, Roland Alphonso, Dizzy Johnny Moore, Tommy McCook, Lester Sterling, Jackie Mittoo, Lloyd Brevette, Jah Jerry et Lloyd Knibbs – qui, avec McCook à leur tête sont devenus The Skatalites en 1963. Ce groupe a enregistré, pour les plus grands producteurs, des titres qui sont devenus des classiques du genre et a accompagné de nombreux chanteurs célèbres, ainsi qu'un groupe de débutants : Bob Marley and the Wailers. Le plus remarqué des musiciens parmi The Skatalites était Don Drummond, joueur de trombone, compositeur et arrangeur. Personnage haut en couleur, souffrant de troubles mentaux (il sera enfermé dans un établissement pour malades mentaux après avoir assassiné sa compagne et mourra en détention), Drummond est considéré comme le plus grand musicien de l'époque et il a joué un rôle primordial dans l'essor du ska, à l'instar de Bob Marley pour le reggae.

Le ska s'est exporté en plusieurs vagues. La première d'entre elles a commencé au début des années 1960 et l'on se souvient du titre My Boy Lollipop (1964) interprété par Millie (Millicent Small), chanteuse jamaïcaine établie à Londres, ainsi que des tubes de Prince Buster et de Desmond Dekker and the Aces. Dans les années 1970, le ska a exercé une grande influence sur la culture populaire britannique et les groupes que l'on a qualifiés de « 2-Tone » (pour deux tons ou deux couleurs, allusion à la fois aux costumes qu'ils portaient et à leur composition comprenant généralement des musiciens noirs et blancs), comme The Specials, The Selector et Madness, ont enrichi le ska avec des sons empruntés aux courants punk et pop. La musique de Madness a traversé l'océan Atlantique, contribuant au succès de la troisième vague de popularité du ska au milieu des années 1980 aux États-Unis, où un autre groupe britannique, General Public, rencontrait un immense succès. Ce style musical a pour la quatrième fois suscité un regain d'intérêt au milieu des années 1990, lorsque des groupes tels que No Doubt, Sublime ou les Mighty Mighty Bosstones ont intégré le ska dans la musique pop que l'on entendait à l'époque et lorsque des pionniers du ska comme The Skatalites et Derrick Morgan ont trouvé un nouveau public.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : présentateur pour la station Radio Jamaica à Kingston, auteur

Classification

Autres références

«  SKA, musique  » est également traité dans :

2-TONE RECORDS

  • Écrit par 
  • Peter SILVERTON
  • , Universalis
  •  • 405 mots

À la fin des années 1970, l'alchimie favorisée par les effets de la crise économique, le versement d'allocations chômage (subvention de facto à la production artistique) et l'apparition des punks tout droit sortis des écoles d'art donna naissance à une génération de talents hors norme dans plusieurs villes britanniques. C'est ainsi qu'est fondé à Coventry, dans le sud de la ceinture industrielle […] Lire la suite

DEKKER DESMOND (1942-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 158 mots

Chanteur jamaïcain de reggae. De son véritable nom Desmond Dacres. Leslie Kong, un des propriétaires du label jamaïcain de reggae, de ska et de rocksteady Beverley, lui fait enregistrer en 1968 le morceau de ska Israelites , qui connaît un succès mondial. La mort de Kong, en 1971, le conduit à chercher de nouveaux producteurs, les Britanniques Bruce Anthony et Bruce White, avec lesquels il grave […] Lire la suite

LLEWELLYN BARRY (1947-2011)

  • Écrit par 
  • Jennifer SALE
  •  • 285 mots

Le musicien jamaïcain Barry Llewellyn est le créateur, avec Earl Morgan, du trio vocal reggae The Heptones. Ce groupe, l'un des plus populaires de l'île dans les années 1960 et 1970, a joué un rôle clé dans l'évolution du ska vers le rock steady jamaïcain. Barrington Llewellyn naît le 24 décembre 1947, à Kingston, dans le bidonville de Trench Town, où Bob Marley avait vu le jour deux ans plus tôt […] Lire la suite

REGGAE, musique

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 166 mots
  •  • 1 média

Issu du ska, le reggae devient dans les années 1960 une composante essentielle de la musique jamaïcaine. À partir de 1974, le reggae s'impose sur la scène mondiale grâce à Bob Marley. Après la Seconde Guerre mondiale, la musique américaine est très populaire en Jamaïque. Depuis le passage de l'armée américaine dans l'île, on écoute toujours sur les ondes les styles en vogue, comme le jump* et le b […] Lire la suite

TOOTS AND THE MAYTALS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 391 mots

Ensemble vocal jamaïcain populaire dans les années 1960 et 1970, Toots and The Maytals fut un des groupes de ska et de reggae marquants, apprécié bien au-delà de son île natale de la Jamaïque. En 1962, le charismatique Frederick « Toots » Hibbert (Frederick Nathaniel Hibbert, 1942-2020) fonde avec Nathaniel « Jerry » Matthias et Henry « Raleigh » Gordon un groupe de ska, qui commence à enregistre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dermot HUSSEY, « SKA, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ska-musique/