DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelles perspectives sur l’évolution de notre espèce

Ces nouvelles datations vieillissent donc considérablement les hommes d’Irhoud, en font les plus anciens fossiles d’Homo sapiens actuellement connus et obligent à revoir le schéma classique concernant l’évolution de notre espèce en Afrique. Pour les chercheurs de Leipzig, l’origine et l’évolution d’Homo sapiens ne sont pas à rechercher uniquement à l’est ou au sud : elles impliquent l’ensemble du continent (d’où une origine dite panafricaine). La présence, au sud comme au nord, d’industries lithiques à débitage Levallois du Middle Stone Age (grande étape de la préhistoire africaine qui correspond au Paléolithique moyen d’Europe) soutient une telle interprétation. Avant 300 000 ans, des groupes d’Homo sapiens archaïques auraient occupé l’ensemble de l’Afrique et auraient contribué à l’évolution vers la morphologie moderne. À cette époque, le Sahara n’était pas le désert qu’il est aujourd’hui et ne constituait donc pas une barrière limitant les mouvements de populations. C’était une région verdoyante qui facilitait les mouvements et les échanges entre le nord et le sud du continent. Il n’y a donc aucune raison de penser que seuls les Homo sapiens archaïques de l’Afrique de l’Est ont évolué vers la morphologie moderne. Cette évolution a dû se produire dans un espace beaucoup plus vaste, au sein de diverses populations qui ont contribué de manières variées à la constitution de la morphologie de l’homme actuel. Avec les fossiles d’Irhoud, la face est déjà moderne alors que le crâne cérébral est en retard.

Les hommes modernes découverts en Israël, sur les sites de Skhül et Qafzeh, et qui sont datés de 100 000 ans environ, pourraient avoir leur origine dans la population représentée par les fossiles du Djebel Irhoud. Les différences morphologiques entre ces populations sont faibles et la distance qui les sépare n’est pas plus importante que celle qui les isole des fossiles sud-africains.

Ce qui est remis en cause par les nouvelles datations du Djebel Irhoud, c’est le schéma d’u [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE  » est également traité dans :

MISLIYA HOMME DE

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 1 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hommes fossiles, hommes modernes et importance du Levant »  : […] Avec l’extrémité occidentale de l’Europe (France, Allemagne, Espagne), l’Afrique du Sud et, depuis 2017, le Maroc – à la suite de nouvelles datations des fossiles du site archéologique Djebel Irhoud livrant un âge de quelque 300 000 ans –, le Levant, et plus précisément Israël, est l’une des rares régions du monde qui occupent une place incontournable dans la compréhension de l’histoire de la lig […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VANDERMEERSCH, « DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/site-archeologique-de-djebel-irhoud/