SIMULATION ET DÉVELOPPEMENT (psychologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Systèmes dynamiques et trajectoires de développement

Les modélisations en systèmes dynamiques constituent une seconde approche. Elles sont nécessaires parce que le fonctionnement psychologique et son développement sont des phénomènes complexes. L’usage du terme « complexité » n’est pas ici métaphorique. Il signifie très précisément que les comportements et les acquisitions des enfants comme des adultes sont déterminés par l’interaction de multiples causes sous-jacentes et temporalisées (c’est-à- dire « dynamiques » au sens mathématique). De plus, le fonctionnement, comme le développement, relève de processus d’autorégulation : les éléments du système réagissent les uns par rapport aux autres, en intégrant éventuellement dans cette régulation les réponses et les incitations de l’environnement physique et social. Cela signifie que l’on n’a pas besoin de postuler l’existence d’une instance de contrôle interne dont le rôle serait de guider le système vers des états d’équilibre mieux adaptés. Si une organisation émerge, elle résulte d’une autorégulation entre les éléments du système. Cette conception en systèmes dynamiques a pour ambition de mieux correspondre à la réalité des processus psychologiques. Mais, pour conforter cette approche, encore faut-il parvenir à montrer que « ça marche », c’est-à-dire que les interactions entre les éléments repérés du système suffisent à produire des formes d’organisation analogues aux régulations comportementales attestées. C’est précisément le but des simulations.

Parmi les nombreux domaines ayant fait l’objet de simulations dynamiques, retenons celui de la mesure de l’intelligence. En psychométrie, il est bien connu que les performances cognitives des adultes sont corrélées : quand un adulte réussit une épreuve cognitive, il y a de fortes chances qu’il réussisse à d’autres épreuves cognitives. Statistiquement, ces corrélations positives correspondent à l’identification d’un facteur commun appelé « facteur g ». Toute la question est de savoir si ce facteur g, empiriquement constaté, peut [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri LEHALLE, « SIMULATION ET DÉVELOPPEMENT (psychologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/simulation-et-developpement/