KIMBANGU SIMON (1889 env.-1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né au Congo belge dans la province de Léopoldville, Simon Kimbangu essaie sans succès de devenir catéchiste dans une mission baptiste. Ouvrier dans les huileries de Kinshasa vers 1920, il est en contact avec des militants américains anticolonialistes. De retour dans son village natal de Nkamba en avril 1921, il commence à prêcher le Royaume de Dieu et l'observance de la monogamie. Il se révèle comme thaumaturge et multiplie les guérisons. Nkamba devient le centre d'un pèlerinage permanent et se voit désigner par Kimbangu comme la Nouvelle Jérusalem. Celui-ci promet le retour du Christ sur terre et l'avènement d'un nouvel âge d'or. Certains de ses disciples ayant donné une coloration anticolonialiste au mouvement, les autorités belges s'inquiètent. Kimbangu prend le maquis en juin, mais se laisse arrêter en septembre 1921. Condamné à mort puis gracié, il demeure en prison jusqu'à sa mort. Mais son souvenir reste vivace : dès 1921, divers mouvements religieux se réclament de Kimbangu et de son enseignement. Ces sectes et mouvements messianiques partagent un même fonds de croyances, où le culte des ancêtres voisine avec l'héritage biblique et baptiste. Simon y est tantôt le simple prophète de Jésus pour les Noirs, tantôt le nouveau Messie noir supplantant le Christ blanc des colons. Après trente-cinq ans de persécutions et de clandestinité, le kimbanguisme sort de l'ombre sous l'influence des fils de Simon. À la veille de l'indépendance du Congo belge (1960), sa branche « officielle » devient l'Église de Jésus-Christ sur la terre selon Simon Kimbangu (E.J.C.S.K.), se structure et grandit, regroupant plusieurs centaines de milliers de fidèles au Congo-Kinshasa et dans la région de Brazzaville (république du Congo). Elle est la première Église noire à être admise au Conseil œcuménique des Églises (1969). Après s'être organisée et avoir épuré son dogme et sa liturgie, elle perd sa force novatrice et contestataire et devient d'ailleurs un partenaire du nouveau pouvoir zaïrois.

—  Antoine LION

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'Institut catholique de Paris

Classification


Autres références

«  KIMBANGU SIMON (1889 env.-1951)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Influence du christianisme et religions syncrétiques »  : […] Après diverses tentatives sans lendemain, telles que la conversion du roi du Congo en 1491 par les Portugais, le baptême d'un prince de la Côte-d'Ivoire emmené à Versailles et parrainé par Louis XIV ou les tentatives de missionnaires allemands pour évangéliser les Hottentots, le christianisme n'avait pratiquement pas réussi à s'implanter sérieusement jusqu'au début du xix e  siècle. De nombreux mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_12243

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 758 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Frustrations et résistances »  : […] Les réponses ou résistances africaines à la domination coloniale furent diffuses et sporadiques durant presque toute cette période. À côté des chefs-marchands arabo-swahilis, quelques-uns des systèmes les plus centralisés, tels le Yaka de Kiamfu ou le Luba de Kasongo-Nyembo, offrirent une résistance sérieuse. Les agissements de l'État indépendant provoquèrent la révolte de quelques groupes inorgan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/#i_12243

SORCELLERIE

  • Écrit par 
  • Denise PAULME, 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 724 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De nouvelles formes de protection »  : […] Il est difficile de savoir comment étaient traités les individus jugés coupables de sorcellerie au temps où les autorités tribales ne subissaient aucune contrainte externe. Les épreuves sévères auxquelles ils étaient soumis ont été partout abolies par les puissances coloniales. Le procédé le plus souvent décrit est l'épreuve du poison, qui consiste à boire une médecine qu'un innocent est censé vom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sorcellerie/#i_12243

Pour citer l’article

Antoine LION, « KIMBANGU SIMON (1889 env.-1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-kimbangu/