SEUIL, psychophysique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On distingue classiquement, en psychophysique, deux types de seuils : le seuil absolu, qui est, pour une modalité sensorielle donnée, la plus petite quantité d'énergie physique capable de provoquer une réaction, un comportement spécifique de la part de l'organisme ; le seuil différentiel, qui est l'augmentation de l'intensité physique juste nécessaire pour provoquer une différence de réaction. Chez l'homme, on mesure le seuil en demandant au sujet s'il a perçu le stimulus ; chez l'animal ou le jeune enfant, on utilise une réaction conditionnée. Le seuil tant différentiel qu'absolu varie d'une espèce à une autre et d'un individu à un autre à l'intérieur d'une même espèce pour une modalité sensorielle donnée. La mesure des seuils a pour objectif de déterminer et d'étudier ces variations. Une méthode de mesure des seuils repose nécessairement sur une certaine conception de la psychophysique. Les méthodes couramment utilisées se fondent sur la psychophysique classique, qui s'est développée à partir de Weber et de Fechner. Le postulat de base en est que la variation observée expérimentalement au niveau des réponses quand on présente à différents moments le même stimulus à un même individu est une variation aléatoire qui doit être traitée comme une erreur de mesure. On cherche donc une valeur statistique représentative de la distribution des réponses. Ce sera, selon les cas, la moyenne ou la médiane de celle-ci. Du point de vue du mode de présentation des stimuli et du type de réponse demandé, on distingue trois méthodes, dont l'origine remonte à Fechner :

La méthode des limites, qui consiste à augmenter ou à diminuer pas à pas l'intensité du stimulus en demandant chaque fois au sujet un jugement du type « perçu », « non perçu » ou, éventuellement, « douteux » ;

La méthode des stimuli constants, qui consiste à présenter aléatoirement des stimuli d'intensité différente en demandant au sujet un jugement du même type que précédemment ;

La méthode d'ajustement, dans laquelle le sujet doit augmenter progressivement l'intensité du stimulus jusqu'à ce qu'il le perçoive — ou bien la diminuer jusqu'à ce qu'il cesse de le percevoir.

Les nouvelles perspectives théoriques, qui se sont développées depuis quelques années et qui remettent en cause l'idée que les variations observées pour un même stimulus seraient aléatoires, conduisent à reconsidérer les techniques de mesure de seuils. Mais ces travaux n'ont encore donné que peu de résultats.

—  Jean-François RICHARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SEUIL, psychophysique  » est également traité dans :

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Aire d'audition, sonie et hauteur des sons purs »  : […] En ce qui concerne l'intensité sonore, l'aire d'audition de l'homme est comprise entre le seuil d'audition (niveau minimal que doivent avoir les sons pour être juste audibles) et le seuil de douleur. En ce qui concerne la fréquence, l'être humain est capable d'entendre des sons ayant des fréquences aussi basses que 16 Hz et aussi hautes que 20 kHz (soit 10 octaves). La limite supérieure des fréq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-psycho-acoustique/#i_36064

CATTELL JAMES MCKEEN (1860-1944)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 421 mots

Les historiens de la psychologie sont unanimes à reconnaître l'ampleur de la personnalité de James Cattell et l'influence déterminante qu'il exerça sur le développement de la psychologie aux États-Unis. Comme la plupart des psychologues américains de cette époque, Cattell reçut sa formation scientifique en Allemagne. Il étudia avec R. H. Lotze à Göttingen et avec W. Wundt à Leipzig. Il rencontra u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-mckeen-cattell/#i_36064

FECHNER GUSTAV THEODOR (1801-1887)

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 911 mots

L'inventeur de la psychophysique, Fechner — un des penseurs qui marquèrent le plus l'Allemagne au xix e siècle — est à bien des égards l'héritier de la philosophie de la nature. Encore étudiant, il lit avec enthousiasme les œuvres de Schelling et d'Oken. Il en retient l'idée « que la nature culmine dans une unité et qu'elle est pénétrée par un pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustav-theodor-fechner/#i_36064

PSYCHOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Muriel BOUCART
  •  • 1 851 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire de la psychophysique »  : […] Le terme « psychophysique » est étroitement lié au nom de Gustav Theodor Fechner (1801-1887), physicien et philosophe de Leipzig, qui désirait fonder une nouvelle discipline permettant d’établir les lois des relations fonctionnelles entre le corps et l’esprit. Son ouvrage fondamental, Elemente der Psychophysik , publié en 1860, démontrait la pertinence de cette discipline par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychophysique/#i_36064

WEBER ERNST HEINRICH (1795-1878)

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 184 mots

Anatomiste et physiologiste allemand, dont le nom reste attaché au problème du seuil différentiel, Weber fut professeur à l'Université de Leipzig, de 1818 jusqu'à sa mort. Il publia, en 1851, un ouvrage sur le sens du toucher et la sensibilité générale ( Der Tastsinn und das Gemeingefühl ). Les recherches de Weber, qui fut un expérimentateur très minutieux, ont porté sur la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-heinrich-weber/#i_36064

Pour citer l’article

Jean-François RICHARD, « SEUIL, psychophysique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/seuil-psychophysique/