CATTELL JAMES MCKEEN (1860-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les historiens de la psychologie sont unanimes à reconnaître l'ampleur de la personnalité de James Cattell et l'influence déterminante qu'il exerça sur le développement de la psychologie aux États-Unis. Comme la plupart des psychologues américains de cette époque, Cattell reçut sa formation scientifique en Allemagne. Il étudia avec R. H. Lotze à Göttingen et avec W. Wundt à Leipzig. Il rencontra ultérieurement sir Francis Galton, qui l'accueillit un moment dans son laboratoire de Londres et dont les intérêts scientifiques coïncidaient largement avec les siens. Wundt l'introduisit à la psychologie expérimentale et c'est dans la revue de ce dernier, les Philosophische Studien, que Cattell publia ses premiers travaux. Il fut, en 1888, nommé professeur de psychologie — et le premier à porter ce titre — à l'université de Pennsylvanie à Philadelphie, puis à l'université Columbia (1891), où il fut cofondateur, en 1894, de la Psychological Review. Il dirigea, de 1894 à 1944, le célèbre périodique Science. En 1917, il fut démis de ses fonctions à Columbia pour son opposition publique à l'entrée en guerre des États-Unis.

Outre celui des temps de réaction, topique majeur du laboratoire de Leipzig, Cattell aborda très tôt le problème des différences individuelles. Par ce biais, il fut amené à l'étude des tests, à partir de 1890. Notons en passant que c'est lui qui forgea l'expression mental test. Dans tous les domaines qu'il a abordés (problèmes de psycho-physique, problèmes d'association, etc.), le point de vue de la performance différentielle domine nettement. Il proposa, dans cette perspective, une méthode de détermination des seuils à partir de la mesure des temps de réaction. L'ensemble de son œuvre porte l'empreinte du fonctionnalisme, doctrine essentiellement américaine et lointainement dérivée de l'ancienne mentalité des pionniers. Outre diverses innovations techniques et statistiques (dont la méthode de l'ordre du Mérite), Cattell s'intéressa aux hommes de science éminents des États-Unis (auxquels il consacra huit articles), fonda plusieurs revues scientifiques et forma un nombre important de psychologues de premier plan, dont E. L. Thorndike ; celui-ci mit au point en 1898, à l'occasion de sa thèse, les fameuses cages à secret, au moyen desquelles il étudia l'apprentissage associatif.

—  Georges THINÈS

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification

Pour citer l’article

Georges THINÈS, « CATTELL JAMES MCKEEN - (1860-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-mckeen-cattell/