KOROLEV SERGUEÏ PAVLOVITCH (1907-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingénieur soviétique à l'origine de nombreuses grandes premières spatiales, Sergueï Pavlovitch Korolev naît à Jitomir, en Ukraine, le 12 janvier 1907 (nouveau style ; 30 décembre 1906 ancien style), dans une famille de condition modeste ; son père est professeur de littérature. Dès son plus jeune âge, il manifeste un caractère énergique et indépendant. En 1913, il assiste à un vol d'avion et veut devenir pilote. En 1922, il entre à l'École professionnelle du bâtiment à Odessa, où il montre de réels talents pour la charpenterie. Mais l'aviation reste son objectif. À dix-sept ans, en 1924, il commence la construction de son propre planeur. Son rêve est d'entrer à l'académie de l'air Joukovski, à Moscou, mais il faut être pilote, ce qui n'est pas son cas. En 1925, il intègre la section d'aviation de l'Institut polytechnique de Kiev. L'année suivante, il participe à la construction d'un nouveau planeur, qu'il pilote en compétition à Koktebel, en Crimée, et en Allemagne, où il gagne des coupes. Le 29 juillet 1926, il est admis à l'École des hautes techniques de Moscou (M.V.T.U.), qui deviendra plus tard le célèbre Institut Bauman. En octobre 1929, il vole sur un planeur qu'il a lui-même construit. Deux mois plus tard, il obtient son diplôme d'ingénieur aéro-mécanicien et est embauché à l'usine no 22 d'aviation de Fili, près de Moscou, qui est dirigée par le Français Paul Richard.

Mais les écrits de Konstantin Edouardovitch Tsiolkovski, le pionnier russe de la conquête spatiale, commencent à passionner Korolev. Les deux hommes se rencontrent à Kalouga en 1929 ou en 1932. Le G.I.R.D. (Groupe pour l'étude de la propulsion par réaction) est créé en 1930 à Moscou. À cette époque, Korolev est ingénieur au TsAGI (Institut d'aérodynamique et d'hydrodynamique central), où il développe un pilote automatique pour le bombardier TB-3 d'Andreï Nikolaïevitch Tupolev. Les week-ends sont alors utilisés à travailler au G.I.R.D. sur des moteurs-fusées destinés au décollage des planeurs. Une étape importante est franchie le 17 août 1933 avec le lancement, près de Moscou, de la première fusée russe à ergols liquides, la G.I.R.D.-09. C'est le début de la grande aventure soviétique dans l'espace.

L'organisation soviétique se met en place. Le 31 octobre 1933, sous l'autorité du maréchal Toukhatchevski, est créé l'Institut de recherches scientifiques sur la propulsion par réaction, le R.N.I.I. Korolev devient l'adjoint du directeur. Mais les années sombres arrivent. Korolev, comme beaucoup d'autres à l'époque, est arrêté par le N.K.V.D., le 27 juin 1938, sur les allégations de collaboration avec une organisation antisoviétique allemande. Il est interrogé et torturé dans la prison de Lefortovo ; il a le cou brisé. Puis la sentence tombe : dix ans d'emprisonnement ; il est devenu un « ennemi du peuple ». En 1939, il est au goulag de la Kolyma, en Sibérie de l'Est. Du fait des épouvantables conditions de vie qui y règnent, sa santé se dégrade ; il perd ses dents et souffre du cœur. Il y restera cinq mois avant d'être rappelé à Moscou pour réexamen de son cas. Sa peine est alors réduite de dix à huit ans. En 1940, il est extrait du goulag pour intégrer, à Moscou, une charachka, c'est-à-dire une prison pour savants. En 1941, il est transféré à Omsk, en Sibérie, puis, à la fin de 1942, à Kazan, où il développe un moteur-fusée à ergols liquides pour le bombardier Petyalkov-2. Il y retrouve Valentin Petrovitch Glouchko, autre pionnier de l'espace soviétique, et d'autres ingénieurs prisonniers. Une bonne nouvelle arrive le 27 juin 1944 : le présidium du Soviet suprême le blanchit de toute accusation. Korolev devient alors l'adjoint de Glouchko, avec lequel les relations seront toujours très tendues. À cette époque, un énorme travail a été effectué. Deux fusées sont développées, la D-1 et la D-2 ; cette dernière, d'une masse de 1 200 kilogrammes, pouvait emporter une charge utile de 30 kilogrammes à une distance de 70 kilomètres.

Sergueï Pavlovitch Korolev

Photographie : Sergueï Pavlovitch Korolev

Sergueï Pavlovitch Korolev (1907-1966) restera comme le grand instigateur de la conquête spatiale soviétique marquée notamment, en 1957, par la mise en orbite de Spoutnik-1 et celle du premier être vivant et, en 1961, par le vol historique de Iouri Gagarine. Korolev meurt en 1966 en pleine... 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

Afficher

Mais l'Armée rouge découvre en Allemagne les travaux du IIIe Reich sur les fusées. Staline réquisitionne tous ses savants. À la fin de l'été de 1945, Korolev est nommé colonel et, le 8 septembre, il part pour l'Allemagne, où il rejoint nombre d'ingénieurs soviétiques pour exploiter le butin allemand. Il devient l'adjoint du général Gaidukov, directeur de l'Institut Nordhausen. Le 15 octobre, il assiste, à Cuxhaven, sur les bords de la Baltique, au sein d'une délégation soviétique, aux essais de V2 dirigés par les Britanniques. Puis, le 13 mai 1946, l'industrie des missiles soviétiques s'organise avec la création de nombreux instituts de recherche. Korolev devient ingénieur en chef au N.I.I. 88 et directeur du Département n0 3, en charge des missiles balistiques à longue portée et qui deviendra, en 1950, l'O.K.B.-1, le Bureau d'études et d'essais no 1. En janvier 1947, il devient le chef du Conseil des constructeurs, qui réunit les sommités soviétiques en matière de missiles : Vladimir Pavlovitch Barmine, Glouchko, Mikhaïl Sergueïevitch Riazansky, Viktor Ivanovitch Kouznetsov et Nikolaï Alexeïevitch Piliougine. Le 18 octobre 1947, le premier lancement d'un V2 allemand assemblé par les équipes de Korolev est effectué depuis la base de Kapustin Yar, près de Volgograd. Puis, l'année suivante, c'est le tour du R-1, copie soviétique du V2. À partir de cette date, de nombreux types de missiles voient le jour. Mais l'objectif majeur est la réalisation d'un missile intercontinental capable d'atteindre les États-Unis.

En 1953, une portée de 1 200 kilomètres est atteinte avec le missile R-5. C'est en février de cette même année que les travaux sur le missile intercontinental commencent et, le 21 août 1957, ce missile dénommé R-7 Sémiorka est lancé depuis la nouvelle base de Baïkonour, au Kazakhstan. C'est un succès. Désormais, l'Union soviétique possède, avant les États-Unis, une arme intercontinentale thermonucléaire. C'est à cette époque que Korolev bâtit sa réputation d'excellent organisateur mais aussi d'homme dur, aimant le travail bien fait.

Dès lors les événements vont se précipiter. Le 4 octobre 1957, le premier satellite artificiel de la Terre, Spoutnik-1, est lancé. Jusqu'en 1965, grâce à Korolev, l'Union soviétique va réaliser toutes les grandes premières spatiales :

Spoutnik-1

Photographie : Spoutnik-1

Le premier satellite artificiel de la Terre, Spoutnik-1, lancé par l'Union soviétique le 4 octobre 1957, se présentait sous la forme d'une sphère de 58 centimètres de diamètre dotée de quatre antennes. 

Crédits : NASA

Afficher

– premier être vivant lancé dans l'espace, la chienne Laïka (3 novembre 1957) ;

Préparatifs du lancement de Spoutnik-2

Photographie : Préparatifs du lancement de Spoutnik-2

Deux savants soviétiques testent la capsule du satellite Spoutnik-2, qui va placer en orbite terrestre, le 3 novembre 1957, le premier être vivant, la chienne Laïka. Après le lancement de Spoutnik-1, le 4 octobre précédent, cette performance met l'U.R.S.S. en tête de la course à l'espace. 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

– premier satellite scientifique, Spoutnik-3 (15 mars 1958) ;

– première sonde à échapper à l'attraction terrestre, Luna-1 (2 janvier 1959) ;

– premier satellite du Soleil, Luna-1 (2 janvier 1959) ;

– première sonde à atteindre la Lune, Luna-2 (14 septembre 1959) ;

– premières photos de la face cachée de la Lune, par Luna-3 (7 octobre 1959) ;

– premier homme dans l'espace, Iouri Gagarine (12 avril 1961) ;

Iouri Gagarine, en route vers Baïkonour

Photographie : Iouri Gagarine, en route vers Baïkonour

Iouri Gagarine au petit matin du 12 avril 1961, dans l'autobus qui l'emmène vers la fusée Sémiorka qui va lancer Vostok-1. Assis derrière lui, en combinaison spatiale, Guerman Titov, sa doublure pour cette mission. Debout, de gauche à droite, les cosmonautes Grigori Grigoïevitch Nelioubov... 

Crédits : NASA

Afficher

– première sonde passant près de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Médias de l’article

Sergueï Pavlovitch Korolev

Sergueï Pavlovitch Korolev
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Spoutnik-1

Spoutnik-1
Crédits : NASA

photographie

Préparatifs du lancement de Spoutnik-2

Préparatifs du lancement de Spoutnik-2
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Iouri Gagarine, en route vers Baïkonour

Iouri Gagarine, en route vers Baïkonour
Crédits : NASA

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification

Autres références

«  KOROLEV SERGUEÏ PAVLOVITCH (1907-1966)  » est également traité dans :

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 033 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  Du rêve aux exploits : le temps des pionniers »  : […] Le désir de conquérir l'espace n'est nullement l'apanage du xx e  siècle : des activités humaines, l'exploration de l'espace est sans doute celle qui a eu la plus longue période de gestation. Entre les premières évocations écrites du voyage spatial, attribuées à Lucien de Samosate ( ii e  siècle), et l'arrivée de l'homme dans l'espace, en 1961, il s'est écoulé presque deux millénaires. Après Lucie […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 624 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « 1969-1972 : l'homme sur la Lune »  : […] Mais les États-Unis, humiliés, ont déjà réagi. Le 25 mai 1961, devant le Congrès, le président John Fitzgerald Kennedy déclare : « Je crois que cette nation [les États-Unis] doit se fixer pour objectif de faire atterrir un homme sur la Lune et de le ramener sain et sauf sur la Terre avant la fin de cette décennie. » Le programme Apollo est lancé (cf. encadré Le programme Apollo). Le pari est con […] Lire la suite

GLOUCHKO VALENTIN PETROVITCH (1908-1989)

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 1 022 mots

Sergueï Pavlovitch Korolev, constructeur des fusées, et Valentin Petrovitch Glouchko, concepteur de la plupart des moteurs-fusées à propergols liquides, sont à la base de presque tous les succès soviétiques en matière d'astronautique. Bien qu'ayant eu une carrière spatiale de soixante années, c'est-à-dire près de deux fois plus longue que celle de Korolev (1907-1966), Glouchko fut peu connu du gr […] Lire la suite

LANCEMENT DE SPOUTNIK-1

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 291 mots
  •  • 1 média

Le 4 octobre 1957, le premier satellite artificiel de la Terre, Spoutnik-1, est lancé par l'U.R.S.S. Depuis 1955, la compétition pour la conquête de l'espace était engagée entre les États-Unis et l'Union soviétique. Contre toute attente chez les Occidentaux, les Soviétiques seront les premiers à disposer d'une fusée suffisamment puissante pour lancer un satellite. Celle-ci est issue du missile bal […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques VILLAIN, « KOROLEV SERGUEÏ PAVLOVITCH - (1907-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serguei-pavlovitch-korolev/