VOLGOGRAD, anc. TSARITSYNE puis STALINGRAD (1925-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située sur la Volga, Volgograd (anc. Tsaritsyne, puis Stalingrad) est une ville du sud-ouest de la Russie, chef-lieu de la région (oblast) éponyme. Sa fondation remonte à l'édification de la forteresse de Tsaritsyne en 1589, qui avait pour vocation de protéger les territoires russes récemment acquis dans la vallée de la Volga. Au cours de la guerre civile russe (1918-1920), Joseph Staline organisa la défense de Tsarytsine dans une lutte décisive contre l'armée blanche, ce qui valut à la cité d'être rebaptisée Stalingrad en 1925. Entre août 1942 et février 1943, la ville fut le théâtre de l'une des batailles les plus cruciales de la Seconde Guerre mondiale. Ayant atteint l'extrême limite de leur avancée, les troupes allemandes tentèrent en effet de prendre Stalingrad. Après des combats acharnés, qui firent plus d'un million de morts et réduisirent la ville à l'état de ruines, la VIe armée allemande se rendit.

Stalingrad fut entièrement reconstruite après la guerre, avec l'extension de nouveaux ensembles d'habitation et d'usines sur plus de 65 kilomètres le long de la Volga. Acier et aluminium, machines, produits en bois, matériaux de construction et produits alimentaires figuraient déjà en tête des nombreuses productions de la ville. Dans les années 1960, l'industrie chimique fit son apparition avec la raffinerie de pétrole construite en 1957. Par ailleurs, le canal maritime Volga-Don fut ouvert à la navigation en 1952, et une centrale hydroélectrique fut implantée au nord de la ville. La ville est rebaptisée Volgograd en 1961 dans le cadre d'un programme de déstalinisation, elle accueille une université depuis 1980 et de nombreux établissements supérieurs. Sa population est de 991 643 habitants (estim. 2006).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  VOLGOGRAD, anc. TSARITSYNE puis STALINGRAD (1925-1961)  » est également traité dans :

VOLGA

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 985 mots

Dans le chapitre « La Volga inférieure, un ruban de vie dans le désert »  : […] En aval de Syzran, les villes se raréfient et la Volga devient agricole. Il est vrai que, jusqu'à Volgograd, les sols sont très fertiles. Pourtant, ce tchernoziom souffre d'un climat sec, si bien que les lacs de barrage de Saratov et Volgograd ne servent pas seulement à produire de l'électricité (respectivement 1 360 000 et 2 540 000 kW de puissance installée), mais aussi à irriguer. Au cœur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volga/#i_43140

Pour citer l’article

« VOLGOGRAD, anc. TSARITSYNE puis STALINGRAD (1925-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/volgograd-tsaritsyne-stalingrad/