DANEY SERGE (1944-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Officiellement rédacteur, à partir de 1964, puis rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, critique de cinéma, à partir de 1981, puis responsable des pages culturelles, enfin éditorialiste du quotidien Libération, fondateur, cocréateur et rédacteur de la revue Trafic, en 1991-1992, Serge Daney fut subrepticement le maître de paroles respecté et respectable de toute une génération d'intellectuels cinéphiles ou cinéastes : une sorte de maître zen devenu bavard, un cousin du corbeau idéologue de la fable pasolinienne Uccellacci e uccellini, qui dit ses vérités à tout un chacun, mais dont chacun voudrait bien s'incorporer le tout.

Serge Daney n'est l'auteur d'aucun livre, au sens synthétique du terme, mais, comme André Bazin, de foisonnants recueils, qui témoignent, chacun à sa manière, et parfois avec un sens du « recueillement » proprement poétique, du passage du temps, et de la marche de la vie vers la mort. Tous relèvent d'un véritable travail de deuil — concept freudien qui est aussi le point nodal de sa théorie du cinéma. La Rampe (1983), Ciné Journal (1985), Le Salaire du zappeur (1990), Devant la recrudescence des vols de sacs à main, (1991) en marquent les étapes. Ce dernier ouvrage où, pour la première fois, le rewriting par un tiers de longues discussions s'ajoute aux articles patiemment écrits par l'auteur, prenant l'allure d'un testament que vient compléter Persévérance, entretien réalisé avec Serge Toubiana (1994).

Cette véritable écriture du fragment se clôt avec les longs et impérieux blocs de « journal intime » qui ouvrent les trois premiers numéros de Trafic, une revue qui, dans l'esprit de son fondateur, serait revenue de la mort du cinéma.

Le télévision, au début critiquée d'une manière ludique, puis de plus en plus sombre, constitua le point de passage entre le strict domaine cinéphilique et ce que Serge Daney appela « la critique de cinéma de la vie », qui le fit s'occuper, souvent avec le bonheur du Barthes des Mythologies, de diverses passions françaises, du sport à la politique, en passant par tout ce qui leur ressemble de près ou de loin. En témoigne, dans son dernier recueil, l’étude sur Diva,où le film est interprété comme exhibition du studio-loft et de la traction avant de collectionneur, ou encore l'article sur Le Milliardaire de Cukor, qui parvient, avec un humour très français, comme dans un exercice de style à la Queneau, à ne jamais citer le nom d'Yves Montand.

Au fil de ses contributions, Serge Daney s’avère un très grand spécialiste de l'histoire mondiale des films de cinéma, toujours capable de citer, comme exemple de regard du cadavre, la complexité percutante du Jeu de la mort, de 1973, avec Bruce Lee, plutôt que le Vampyr de Dreyer, moins riche théoriquement, mais plus célèbre.

L'article consacré au Liliom de Fritz Lang (Devant la recrudescence des vols de sacs à main,) est un bon exemple de la méthode suivie par Daney. Au beau milieu d'une analyse socio-politique replaçant Fritz Lang dans l'histoire des médias est notée, de façon apparemment anodine, la caractéristique essentielle du personnage principal. Il s'agit d'une remarque concernant le corps en mouvement, en somme une remarque spécifiquement filmique et inassimilable par la sémiologie du cinéma : Liliom est « un pithécanthrope parigot qui ne saurait pas quoi faire de ses bras ». La description des bras à la fois historiques et préhistoriques revient alors plusieurs fois en quelques lignes, jusqu'à clore l'article et la thèse qu'il contient, qu'on pourrait résumer ainsi : Fritz Lang a vu ces bras pendant son bref passage à Paris, ceux-ci voulaient dire quelque chose qu'il nous fait entendre, qu’il nous fait voir aussi, tant l’acuité du regard s’accompagne chez lui d’un constant bonheur d’écriture, qui est style

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DANEY SERGE (1944-1992)  » est également traité dans :

LA MAISON CINÉMA ET LE MONDE 1. (S. Daney)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 963 mots

Dans l'histoire de la critique cinématographique française, Serge Daney (1944-1992) occupe, à une génération d'écart, une place en tous points comparable à celle tenue par André Bazin, aîné dont il prit en quelque façon la relève symbolique en achetant à l'âge de quinze ans, quelques mois après la disparition p […] Lire la suite

TRAFIC, revue

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 056 mots

Quand il fonde Trafic en 1991, Serge Daney renoue les fils d'une cinéphilie à la fois souveraine et inquiète. Aidé de Jean-Claude Biette et de quelques amis (Sylvie Pierre, Raymond Bellour, Patrice Rollet), celui qui avait été auparavant critique et rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, puis journaliste à […] Lire la suite

CAHIERS DU CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 153 mots
  •  • 1 média

La plus ancienne et la plus connue des revues de cinéma paraissant en France. Son ancienneté même et la diversité des tendances critiques qui s'y sont succédé rendent difficile toute description (et a fortiori tout jugement) synthétique. La caractéristique la plus constante de la revue est peut-être précisément de s'être toujours située en rupture par rapport à l'ensemble de la critique de cinéma […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - La cinéphilie

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 4 017 mots

Dans le chapitre « Un objet bel et bien perdu »  : […] On peut reprocher beaucoup de choses aux premiers Cahiers du cinéma  : leur catholicisme fervent parfois un peu embué, leur apolitisme – traditionnellement classé à droite par la critique de gauche – qui se transformera en ultrapolitisation après Mai-68, et l'exercice d'une certaine terreur toujours perceptible dans la critique, les festivals, la programmation de certaines salles. Mais il faut rec […] Lire la suite

CRITIQUE DE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 021 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Serge Daney, le « ciné-fils » »  : […] Serge Daney (1944-1992) a largement marqué la critique de ces vingt dernières années par la variété et l'acuité de ses interventions. Jeune critique aux Cahiers des années 1960, il est devenu le rédacteur en chef de cette revue en décembre 1973 et l'a tirée de sa période maoïste avant de la quitter en 1981 pour le journalisme quotidien à Libération  : là, il a enchaîné critique des films, critiqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé JOUBERT-LAURENCIN, « DANEY SERGE - (1944-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-daney/