ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH (1895-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Remontée, apogée, catastrophe

À son retour de Paris, Essenine publie sa Moscou des cabarets (1923) :

Je lis mes vers à des prostituées, Avec des bandits me gorge d'alcool.

Le découragement est complet. L'Occident est pourri. À quoi s'accrocher ?

J'ai honte d'avoir cru en Dieu Et je souffre de n'y plus croire !

Alors Essenine décide d'accepter la Russie soviétique. Il va chanter dans de longs poèmes les fastes révolutionnaires, la guerre civile, les vingt-six commissaires fusillés à Bakou par les Anglais, les trente-six déportés de 1905 en Sibérie, la transformation des campagnes. Nul ne lui en sut gré. D'ailleurs, c'était le passé. Au présent il n'arrivait pas à accorder sa lyre. Quand il retourne dans son village, il « sourit aux labours et aux bois », mais sa sœur « ouvre comme une Bible le ventru Capital ». « Une vache éclaterait en sanglots En voyant ce pauvre coin dévasté... » où Lénine a remplacé l'icône.

Il écrit beaucoup : dans ses trois dernières années, il composera deux fois plus de vers que de 1916 à 1922. Ce sont des vers graves et dépouillés, presque sans images : une manière nouvelle où dominent les mètres iambiques pouchkiniens et d'où ont disparu les vers purement toniques. Dans les pièces où s'épanchent avec simplicité ses regrets, sa mélancolie, son perpétuel amour de la nature, Essenine est parvenu à l'apogée de son talent. La Lettre à ma mère a fait couler bien des larmes, elle est toujours chantée :

Tu vis encore, ma chère bonne vieille... Je suis toujours le même tendre enfant... Vite quitter cet ennui désolant !... Je reviendrai quand notre blanc verger Pour le printemps épandra ses rameaux...

Alors qu'il voudrait se ranger, il cherche à se fuir en voyageant. Le Caucase lui inspire de beaux Motifs persans. Mais son mal est trop invétéré. Les Poèmes d'amour à Sophie Tolstoï, qu'il a épousée en juin 1925, sont glacés par l'amertume. Il n'arrête plus de boire. Il a des hallucinations, comme celle qu'il évoque dans son génial et tragique Homme noir. Il touche à la folie. Et ce sera la catastrophe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire de russe à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH (1895-1925)  » est également traité dans :

DÉGEL POÉSIE DU, U.R.S.S.

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 765 mots
  •  • 1 média

1953 : les poètes Zabolotski, Smeliakov, Martynov sont en déportation ; Boris Sloutski et Naoum Korjavine ne sont pas publiés ; Akhmatova et Pasternak vivent de traductions. La poésie officielle, que ce soit celle du vétéran S. Kirsanov ou du jeune Evtouchenko, s'étale dans les journaux et couvre les pages de livres qui ne se vendent pas, traite de thèmes politiques, de la lutte des classes à l'éc […] Lire la suite

KLIOUÏEV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1887-1937)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 342 mots

Poète russe, né dans un village de la rive est du lac Onega. Son père était un paysan aisé et lettré, sa mère une pleureuse de profession. Pour le compte d'une secte des flagellants, Nikolaï Kliouïev effectue de nombreux voyages à travers la Russie. Il dirige leur assemblée à Bakou, compose des hymnes religieux et des chants spirituels. En 1907, il entretient une correspondance avec Alexandre Blok […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plupart émigrent, beaucoup de façon définitive. Au con […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre PASCAL, « ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH - (1895-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-alexandrovitch-essenine/