ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH (1895-1925)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution des enthousiastes

La révolution éclate. Pour les poètes, ce n'est pas la chute d'un trône, c'est une apocalypse, le royaume de Dieu, un nouvel univers, un christianisme régénéré. Essenine accueille Février par un Appel chantant « Un nouveau Nazareth est sous vos yeux ! » Après Octobre, il se fait l'Isaïe de l'« autre univers » dans un poème Inonia (1918) [inoî signifie « autre »] où, plus hardiment encore que naguère, le terrestre et le céleste, les cosmogonies paysannes, les idées révolutionnaires et la théologie chrétienne s'amalgament, engendrant des images que seuls peuvent éclaircir d'incongrus syllogismes : la révolution est le Christ et la Russie qu'elle enfante est le paradis ; or le Christ est fils de Dieu, qui est le ciel, et de la Vierge, qui est la terre ; d'autre part, la terre nourricière se résume dans la vache ; donc la Vierge est aussi la vache et, par suite, le Christ est veau. D'où l'apostrophe du poète à Dieu le Père : « Ô Seigneur, mets bas ton veau ! », ce qui signifie : « Fais triompher la révolution ! » Cela n'empêche pas Essenine d'évoquer très simplement sa vieille mère qui, sur le perron,

De ses doigts peine à retenir Le rayon doré du couchant.

Cette période cosmique déborde d'optimisme et d'enthousiasme.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire de russe à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH (1895-1925)  » est également traité dans :

DÉGEL POÉSIE DU, U.R.S.S.

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 765 mots
  •  • 1 média

1953 : les poètes Zabolotski, Smeliakov, Martynov sont en déportation ; Boris Sloutski et Naoum Korjavine ne sont pas publiés ; Akhmatova et Pasternak vivent de traductions. La poésie officielle, que ce soit celle du vétéran S. Kirsanov ou du jeune Evtouchenko, s'étale dans les journaux et couvre les pages de livres qui ne se vendent pas, traite de thèmes politiques, de la lutte des classes à l'éc […] Lire la suite

KLIOUÏEV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1887-1937)

  • Écrit par 
  • Claude KASTLER
  •  • 342 mots

Poète russe, né dans un village de la rive est du lac Onega. Son père était un paysan aisé et lettré, sa mère une pleureuse de profession. Pour le compte d'une secte des flagellants, Nikolaï Kliouïev effectue de nombreux voyages à travers la Russie. Il dirige leur assemblée à Bakou, compose des hymnes religieux et des chants spirituels. En 1907, il entretient une correspondance avec Alexandre Blok […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plupart émigrent, beaucoup de façon définitive. Au con […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre PASCAL, « ESSENINE SERGE ALEXANDROVITCH - (1895-1925) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-alexandrovitch-essenine/