KLIOUÏEV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH (1887-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète russe, né dans un village de la rive est du lac Onega. Son père était un paysan aisé et lettré, sa mère une pleureuse de profession. Pour le compte d'une secte des flagellants, Nikolaï Kliouïev effectue de nombreux voyages à travers la Russie. Il dirige leur assemblée à Bakou, compose des hymnes religieux et des chants spirituels. En 1907, il entretient une correspondance avec Alexandre Blok, qui voit en lui le poète populaire par excellence. En 1911, il est à Saint-Pétersbourg, bien accueilli dans les salons littéraires où il joue le rôle que l'on attend de lui. Naïf, mystique et rusé, il exerce un fort ascendant sur quelques jeunes poètes paysans, dont Serge Essenine. Paraissent deux recueils de poésie : le Carillon des pins et les Chants fraternels. Ses sympathies rapprochent Kliouïev du Parti socialiste révolutionnaire de gauche ; avec lui, il adhère à la révolution, qu'il conçoit comme une révolution paysanne et qu'il célèbre dans ses livres Le Cri rouge, La Baleine de bronze. Avec Blok, Biely, Ivanov-Razoumnik, il forme le groupe des Scythes. Mais son hostilité à l'égard de la ville grandit, tandis que l'attitude du pouvoir se durcit envers les non-bolcheviks. Il essaie de s'opposer à l'influence qu'exerce le groupe imaginiste sur Essenine et a le chagrin de voir son fils spirituel se laisser corrompre par le cabaret. Lors du suicide d'Essenine en 1925, Kliouïev dénonce la ville soviétique dans sa célèbre Plainte pour Essenine. La poésie de Kliouïev, par sa forme, son rythme, son vocabulaire, reste proche du folklore paysan et des hymnes religieux. La critique officielle sociologisante ayant choisi Kliouïev pour personnifier la « littérature koulak », les attaques contre lui se font de plus en plus vives, et, en 1933, il est assigné à résidence en Sibérie. Il serait mort d'une crise cardiaque dans un train qui le ramenait de Sibérie.

—  Claude KASTLER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Grenoble

Classification

Pour citer l’article

Claude KASTLER, « KLIOUÏEV NIKOLAÏ ALEXEÏEVITCH - (1887-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikolai-alexeievitch-kliouiev/