SENANCOUR ÉTIENNE PIVERT DE (1770-1846)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création poétique

Senancour se voulait avant tout philosophe : c'est pourtant le poète qui en lui attire. Il est de ceux qui ont su créer des images. En petit nombre, certes, mais qu'importe ? L'île, le sommet, la fleur, un champ de blé ou un vallon, il a pu les métamorphoser en symboles. Il a inauguré un art du paysage, de la description impressionniste et symboliste. En voulant, selon une esthétique classique, rechercher essentiellement le mot juste, la pureté de la langue, il créait, en fait, un art très neuf pour manifester cette profonde fusion de l'homme et de l'univers, de la conscience et de la matière. Il a forgé à la fois une technique et une philosophie de l'image qui devient signe efficace de l'universelle Analogie. Il a découvert, entre les emblèmes essentiels du monde et les variations de sa vie intérieure, une Unité supérieure, construite par les « correspondances » au sens baudelairien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SENANCOUR ÉTIENNE PIVERT DE (1770-1846)  » est également traité dans :

OBERMAN, Étienne Pivert de Senancour - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 016 mots

L'Oberman de Senancour, publié en 1804 sans aucun succès, est un de ces livres du seuil de la modernité, où se révèle, à l'état pur et hors de toute catégorie générique, une conscience. Bien sûr, Oberman, l'« homme des hauteurs », est avec René ou Adolphe un de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Béatrice DIDIER, « SENANCOUR ÉTIENNE PIVERT DE - (1770-1846) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/senancour-etienne-pivert-de/