SĀÑCĪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'Inde centrale, au nord-est de Bhopal, s'étend une région particulièrement riche en vestiges antiques. Au voisinage de Bhilsā (qui, sous le nom de Vidiśā, fut jusqu'au ive siècle de notre ère la capitale du royaume d'Avanti), on remarque cinq éminences couronnées de stūpa, monuments caractéristiques du bouddhisme, formés d'un dôme massif en maçonnerie. La butte de Sāñcī (prononcer Sântchî) possède les stūpa les mieux conservés de l'Inde ; les « portes » monumentales qui accompagnent le plus grand d'entre eux sont décorées d'une parure sculptée justement célèbre.

Un haut lieu de l'art indien

L'Avanti passe pour avoir été un important foyer bouddhique. Au iiie siècle avant J.-C., Mahinda, fils (ou frère ?) de l'empereur Aśoka, se serait retiré à Sāñcī avant de partir prêcher la Bonne Loi à Ceylan (si, comme le font croire divers recoupements, le Cetyagiri ou « mont aux sanctuaires » dont parle le Mahāvamṣa, chronique singhalaise, peut être identifié au site qui nous occupe). L'activité de Sāñcī est attestée, en tout cas, depuis la période Maurya à laquelle remonte la fondation du célèbre stūpa 1 ou Grand Stūpa ; elle se poursuivit durant quinze siècles sans interruption notable, comme en témoignent plusieurs sanctuaires élevés à la période classique (dont le petit temple no 17, du ve siècle de l'ère chrétienne) et des monastères pour la plupart construits ou réaménagés au plus tôt au xie siècle. Mais, de la cinquantaine de monuments qu'on a pu étudier à Sāñcī, ceux qui se rattachent au style archaïque forment un ensemble unique et retiendront, pour cela, toute notre attention. Les déprédations dont souffrit la contrée à la fin du xiie siècle, lors de l'invasion des musulmans et, par la suite, au cours des luttes que ceux-ci se livrèrent entre eux pour la suprématie furent épargnées à Sāñcī. À l'approche des envahisseurs, les moines s'étaient enfuis. En peu de temps, la végétation recouvrit le site déserté. Oubliés, les monuments demeurèrent presque intacts sous leur chape de feuillage [...]

Grand Stupa, Sanci

Grand Stupa, Sanci

Photographie

Le Grand Stupa (IIe s. av. J.-C.) ou Stupa 1, édifié sous la dynastie Maurya à Sanci. Madhya Pradesh, Inde. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  SAÑCI  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « La période Śatavāhana »  : […] Les établissements rupestres bouddhiques des périodes archaïque et pré-classique (env. 250 av. J.-C.-300 apr. J.-C.) comptent près d'un millier d'excavations sur une cinquantaine de sites (S. Nagaraju), groupés spécialement dans les Ghāts occidentales près de Bombay et de Poona, d'une part, et au centre du Mahārāṣṭra autour d'Auraṅgābād, d'autre part. Aménagés pour abriter les moines à la saison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_29146

Voir aussi

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « SĀÑCĪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanci/