SALOMÉ, princesse juive (morte vers 72)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon l’historien juif Flavius Josèphe, Salomé, princesse juive morte vers 72 après J.-C., est la fille d’Hérodiade et la belle-fille d’Hérode Antipas (21 av. J.-C. env.-3 apr. J.-C.), tétrarque de Galilée et de Pérée, fils d’Hérode Ier le Grand (73 av. J.-C.-4 apr. J.-C.). Elle se marie deux fois, tout d’abord avec le tétrarque Hérode Philippe Ier (le demi-frère d’Hérode Antipas) puis avec Aristobule [le fils d’Hérode Agrippa II (27-env. 93), roi de Chalcis]. Il ne faut pas la confondre avec Salomé, sœur d’Hérode Ier le Grand.

Selon les Évangiles de Marc (vi, 14-29) et de Matthieu (xiv, 1-12), Hérode Antipas emprisonne Jean le Baptiste, qui a condamné son mariage avec Hérodiade. Celle-ci est en effet à la fois sa nièce, en tant que petite-fille d’Hérode Ier le Grand, et sa belle-sœur, en tant qu’ancienne épouse d’Hérode Philippe Ier. Cette union viole donc la loi mosaïque par le degré de parenté des deux époux. Le tétrarque hésite cependant à faire exécuter un prophète aimé du peuple. Le jour de l’anniversaire d’Hérode Antipas, Salomé exécute une danse devant lui et ses convives et il lui promet de lui offrir ce qu’elle demande. Poussée par Hérodiade, que la condamnation de son mariage a indignée, Salomé demande la tête de Jean le Baptiste sur un plateau. Hérode Antipas, pour respecter son serment, fait décapiter le prophète. Salomé prend le plateau qui porte la tête de Jean le Baptiste et le remet à sa mère.

Cet épisode, largement représenté dans l’art chrétien dès une période reculée, connaît un regain de faveur pendant la Renaissance, comme l’atteste notamment l’œuvre du peintre Masolino da Panicale (1383-env. 1440). Au xixe siècle, Gustave Moreau représente Salomé dans des tableaux saisissants, tandis qu’Aubrey Beardsley réalise en 1893 des planches illustrant la Salomé d’Oscar Wilde, pièce en un acte créée en 1896 par Sarah Bernhardt. Hedwig Lachmann traduit la pièce en allemand et l’adapte pour le livret de l’opéra en un acte de Richard Strauss, Salomé, créé en 1905. Dans cette œuvre, Hérode convoite Salomé tandis que celle-ci a jeté son dévolu sur Jean le Baptiste. Elle peut enfin satisfaire son désir corrompu en posant un baiser sur les lèvres de la tête coupée du prophète qui l’a éconduite. Elle devient ainsi un symbole érotique dans l’art, et sans doute le public ne retient-il d’elle que la danse provocatrice « des sept voiles » de l’opéra, alors que les Évangiles ne mentionnent pas une danse de ce genre.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  SALOMÉ, princesse juive (morte vers 72)  » est également traité dans :

HÉRODE ANTIPAS (21 av. J.-C. env.-39) tétrarque de Galilée et de Pérée (4 av. J.-C. - 39 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 604 mots

Tétrarque de Galilée et de Pérée à l’époque de Jésus de Nazareth (4 av. J.-C. -39 apr. J.-C.), né en 21 av. J.-C. env., mort en 39 apr. J.-C. Fils d’Hérode I er le Grand (73 av. J.-C. -4 av. J.−C.) et de sa quatrième femme, Malthace (Samaritaine), Hérode Antipas hérite, en l’an 4 av. J.-C., d’une partie du royaume de son père après que l’empereur romain Auguste a ratifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herode-antipas/#i_20517

HÉRODIADE ou HÉRODIAS (17 av. J.-C. - 39 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 209 mots

Connue dans la tradition chrétienne pour avoir demandé et obtenu la tête de Jean-Baptiste (Marc, vi , 14-29 ; Matth., xiv , 1-12), Hérodiade, fille d'Aristobule et de Bérénice, avait épousé en premières noces Hérode Philippe (différent du tétrarque du même nom). Lors d'un voyage à Rome, le demi-frère de ce dernier, Hérode Antipas, se lia à elle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herodiade-herodias/#i_20517

Pour citer l’article

« SALOMÉ, princesse juive (morte vers 72) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salome/