MIVART SAINT GEORGE JACKSON (1827-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme il est catholique romain (il s'est converti en 1844), l'Anglais Mivart ne peut s'inscrire au barreau en 1851 et il s'oriente vers les études médicales, qu'il termine à St. Mary's College d'Oscott. Il est maître assistant à l'hôpital d'Oscott (1862-1874), puis professeur de biologie au Catholic University College de Londres. De 1890 à 1893, il enseigne la philosophie de l'histoire naturelle à l'université de Louvain. Vice-président de la Zoological Society, il est secrétaire, puis président de la Linnaen Society.

Il est attiré par le darwinisme, mais ne l'adopte pas et prend part aux nombreuses controverses qui opposent les admirateurs et les détracteurs de L'Origine des espèces. Dans On the Genesis of Species (1871), il admet la théorie de l'évolution, mais réfute la sélection naturelle et distingue nettement la matière organique de la matière inorganique, l'homme de l'animal. Toutefois cette position — qu'il exprime dans de nombreux articles et dans ses ouvrages : Lessons from Nature ; Contemporary Evolution (1876) ; Nature and Thought (1882), où il rejette l'idée d'évolution de l'intelligence de l'homme ; The Origin of Human Reason (1889), où il déclare que lorsque la science est en contradiction avec la religion, celle-ci doit s'effacer devant celle-là — lui vaut l'anathème de l'Église catholique. Après avoir mis certains de ses articles à l'Index (1893), le cardinal Vaughan le frappe d'excommunication au début de 1900.

The Cat : an Introduction to the Study of Backboned Animals, Especially Mammals (1881) est son ouvrage principal ; on lui doit aussi : Lessons on Elementary Anatomy (1873), Man and Apes (1873), The Common Frog (1874).

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MIVART SAINT GEORGE JACKSON (1827-1900)  » est également traité dans :

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Origine des nageoires paires »  : […] Deux conceptions s'opposent : celle de l'origine branchiale des nageoires paires et celle de leur formation à partir d'un repli latéral du corps. Selon la première hypothèse, la plus ancienne ( C. Gegenbauer, 1865), la nageoire est originellement sténobasale (à base étroite). Essentiellement fondée sur l'étude des nageoires des Chondrichthyens adultes actuels, cette théorie p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_31950

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « MIVART SAINT GEORGE JACKSON - (1827-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-george-jackson-mivart/