GUITRY SACHA (1885-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années noires

Patriote jusqu'à l'aveuglement, Sacha Guitry voue un culte absolu à la France et collectionne les objets, les œuvres et les écrits de tous ceux qui firent historiquement et culturellement la gloire de son pays.

Farouchement antiallemand pendant la Première Guerre mondiale, il interdit que ses pièces soient représentées de l'autre côté du Rhin après l'armistice. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il estime que la France doit rester une terre d'expression artistique et continue donc de travailler dans ce sens durant l'Occupation. Il fait rouvrir les théâtres, profite de l'admiration que lui témoignent les Allemands pour faire libérer des prisonniers de guerre ainsi que son ami Tristan Bernard, en partance pour un camp de concentration. Il n'en faut pas plus pour que ses contradicteurs l'accusent de collaboration avec l'ennemi. Incarcéré à la Libération, puis mis en examen de manière arbitraire, il bénéficie d'un non-lieu, mais devient amer et cynique. Il n'en reprend pas moins ses activités théâtrales après quatre années de silence forcé, retrouve son public et s'épuise à la tâche. Après Palsambleu (1953), il décide de ne plus monter sur les planches. Il meurt d'un cancer en 1957.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Sacha Guitry et Yvonne Printemps

Sacha Guitry et Yvonne Printemps
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Roman d'un tricheur, Guitry

Le Roman d'un tricheur, Guitry
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUITRY SACHA (1885-1957)  » est également traité dans :

LE ROMAN D'UN TRICHEUR, film de Sacha Guitry

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 935 mots
  •  • 1 média

En 1936, l'écrivain, dramaturge, acteur et réalisateur Sacha Guitry (1885-1957), fils du grand acteur Lucien Guitry, après avoir porté à l'écran plusieurs de ses pièces, comme Pasteur (1935), et Le Nouveau Testament (1936), fait le pari de tirer un film de son unique récit, […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « Entre deux âges (1914-1945) »  : […] La Première Guerre mondiale marque pour le Boulevard le commencement d'un déclin. Les théâtres sont confrontés à une difficile situation : beaucoup de sujets ne peuvent plus être traités. La comédie sentimentale paraît hors de propos alors qu'on meurt dans les tranchées, et la comédie de mœurs devient inadmissible, car on ne saurait critiquer la France ni les Français ( La Parisienne , de Becque, […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Cinéma et théâtre »  : […] Pagnol, en tout cas, n'est pas le seul homme de théâtre français qui s'intéresse au cinéma. Avec lui, Sacha Guitry travaille sous les quolibets des esthètes, mais avec la confiance du grand public. Son cinéma, comme celui de Pagnol, est un cinéma d'acteurs et, de même, sa caméra enregistre d'un point de vue documentaire un drame qui existe sans elle. Curieusement, c'est vers Guitry que Renoir évo […] Lire la suite

DELUBAC JACQUELINE (1907-1997)

  • Écrit par 
  • Raymond CHIRAT
  •  • 618 mots
  •  • 1 média

Jacqueline Basset naît le 27 mai 1907 dans le VI e  arrondissement de Lyon, d'une famille de soyeux garants d'une éducation solide et raffinée. À la mort de son père, alors qu'elle n'est encore qu'une enfant, elle part vivre à Valence avec sa mère. Provinciales, l'une et l'autre rêvent de Paris et de théâtre et finissent par débarquer dans la capitale, pour s'y fixer, à la fin des années 1920. En […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 154 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La vague des réalismes »  : […] Deux lignes de crête s'imposent au-dessus de ce tout-venant. La première est née du mariage réputé impur du cinéma et du théâtre, qu'ont réussi parallèlement Sacha Guitry (1885-1957) et Marcel Pagnol (1895-1974). Le premier a construit ses films ( Le Roman d'un tricheur en 1936, Les Perles de la couronne en 1937) sur une parole brillante (sa voix) qui structure la chaîne des images. Le second, pl […] Lire la suite

PRINTEMPS YVONNE (1894-1977)

  • Écrit par 
  • Bernard GAVOTY
  •  • 651 mots
  •  • 2 médias

Nulle artiste n'a, mieux qu'Yvonne Printemps, justifié son pseudonyme. Jusqu'à la fin de sa vie, ou peu s'en faut, elle a eu la voix délicieusement timbrée : une voix si rare, en vérité, que même le cri donnait dans sa gorge l'illusion d'un simple sforzando émaillant un air d'opéra. Aucune de ses nombreuses photographies ne donne une idée précise de son charme, ni de sa spontanéité. Trop visiblem […] Lire la suite

VOIX OFF, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 466 mots
  •  • 2 médias

Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un des personnages de la fiction et qui peut être ou non présent à l'écran au même moment. La voix off (hors champ) implique presque toujours un recul par rapport à l'action en cours : elle suppose donc une interprétation de cette action. Utilisé de manière courante dans le film documentaire, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Noël SIMSOLO, « GUITRY SACHA - (1885-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sacha-guitry/