OTTO RUDOLF (1869-1937)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien et philosophe allemand, né à Peine (Hanovre) et élevé dans la foi luthérienne, Rudolf Otto fit ses études à Erlangen et à Göttingen, attiré par la pensée d'Albrecht Ritschl et celle de Friedrich Schleiermacher. Nommé en 1907 professeur de théologie à Göttingen, il s'intéressa de plus en plus à l'histoire et à la psychologie de la religion (Religionswissenschaft) et devint un des principaux continuateurs de la pensée de Jakob Friedrich Fries, puisant à cette source post-kantienne des orientations pour sa propre philosophie de la religion, ainsi qu'en témoigne son ouvrage de 1909 intitulé Kantisch-Friessche Religionsphilosophie. Il enseigna ensuite la théologie systématique à Breslau (1914-1917), puis à l'université de Marburg jusqu'à sa mort.

En 1911 et 1912, un voyage en Afrique puis en Inde et au Japon l'avait amené à rencontrer des formes primitives du sacré et les grandes mystiques orientales, dont il tenta une comparaison avec les spiritualités occidentales dans des études publiées plus tardivement : Westöstliche Mystik en 1926 (Mystique d'Orient et mystique d'Occident, Paris, 1951) et Die Gnadenreligion Indiens und das Christentum en 1930.

Mais l'ouvrage qui donna à Otto la plus grande célébrité en matière de philosophie de la religion fut Das Heilige (Le Sacré), qui parut en 1917 et qui eut depuis lors plusieurs dizaines de réimpressions et de rééditions. Soucieux de fonder une approche scientifique du phénomène religieux et de définir clairement la nature et la vérité de celui-ci, Rudolf Otto tente, dans cette œuvre vigoureuse et originale, de dépasser la problématique dans laquelle s'était engagé Kant par sa distinction entre les phénomènes ou manifestations et la chose en soi. Il ne définit plus le sacré comme un absolu éthique, mais comme une catégorie spécifique qui se manifeste au-delà de la sphère de l'éthique et du rationnel. À la différence de Schleiermacher, dont il s'inspire cependant, il le considère comme étant d'une certaine façon séparé et propose le concept de « numineux », qui comporte un double aspect : ce numineux est mysterium tremendum, mystère du Tout-Autre qui effraye l'homme dans ses profondeurs, et mysterium fascinosum, mystère qui attire l'homme par une sorte de fascination. Les deux aspects sont inséparables : toujours, devant le sacré, l'homme est à la fois attiré et repoussé d'une manière incompréhensible. Le numineux vit et se manifeste dans toutes les religions depuis l'animisme jusqu'au christianisme. Il en est l'« intériorité spécifique », l'essence. C'est lui qui détermine la foi : expérience d'un effacement, d'un engloutissement dans son propre néant en face du Tout-Autre, lequel domine de façon abrupte la créature.

La découverte du numineux comme catégorie spécifique s'avère féconde, non seulement pour l'histoire des religions mais aussi pour une meilleure compréhension de la Bible et du christianisme. Elle permet de retrouver en Dieu un « feu dévorant », au lieu de ce père indulgent et bonasse que la théologie libérale avait fait de lui. Elle aide aussi à mieux comprendre les expériences mystiques de personnages tels que saint Paul et Luther et à regarder le péché non plus comme une simple transgression morale, mais comme étant, dans son essence, une atteinte religieuse au sacré — cette atteinte, à moins que le Tout-Autre n'en instaure lui-même la réparation et la restauration, ne pouvant mener qu'à la mort. Ainsi « la religion n'emprunte rien à la finalité, ni à l'éthique. Elle ne vit pas non plus de postulats. L'irrationnel qui vit en elle a ses racines propres et spécifiques dans les profondeurs cachées de l'esprit. » Cette vision de la foi comme phénomène sui generis devait influer sur des théologiens aussi différents que K. Barth et P. Tillich, contribuant ainsi au renouvellement de l'horizon théologique du xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OTTO RUDOLF (1869-1937)  » est également traité dans :

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Religion et magie »  : […] Puisque, dans la perspective de Mauss, religion et magie dérivent également du mana , quelle différence alors les sépare ? La religion est-elle licite et la magie illicite ? Mais à côté de la magie noire et de la sorcellerie, considérées comme criminelles, il existe une magie blanche, au service du culte (exorciser les démons qui provoquent les maladies, assurer la protection des individus par de […] Lire la suite

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 831 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mythe comme récit des origines »  : […] Si le mythe est un discours, c'est-à-dire une suite d'énonciations ou de phrases qui portent sens et référence, il faut admettre que le mythe dit quelque chose sur quelque chose. C'est ce dit du dire qu'il faut maintenant isoler. On adoptera ici l'hypothèse de travail selon laquelle le mythe est un « récit des origines ». Ce caractère n'a pas été dégagé, mais seulement préparé par l'analyse struc […] Lire la suite

NUMINEUX

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 167 mots

C'est en 1917 que Rudolf Otto publie son livre intitulé Le Sacré , portant en sous-titre « L'Élément non rationnel dans l'idée de divin et sa relation avec le rationnel ». Il y introduit un nouveau concept dans le champ des sciences des religions, le concept de « numineux » ou de « numinosité ». Cette création conceptuelle portait en soi une possible remise en perspective de l'anthropologie par ra […] Lire la suite

RELIGION - L'anthropologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le champ de l'anthropologie religieuse »  : […] L'homme doit certes, pour subsister, lutter contre la nature environnante ; mais il n'envisage pas le monde seulement à travers ses besoins physiques. Il donne aux choses un sens qui les arrache au simple donné objectif pour les faire entrer dans le domaine des symboles ou des valeurs. L'anthropologie religieuse part de la constatation de l'existence, à côté de l'activité technique, d'une autre ac […] Lire la suite

RELIGION - L'histoire des religions

  • Écrit par 
  • Dario SABBATUCCI
  •  • 5 132 mots

Dans le chapitre « Les principaux courants »  : […] Il y a des chercheurs qui adoptent de manière purement conventionnelle la dénomination officielle d'histoire des religions, en souhaitant, pour se distinguer des orientations systématiquement historiques, que le terme de science soit substitué à celui d'histoire. Cette désignation officielle, en réalité, résulte d'un choix plus ou moins conscient qui s'imposa au début du xx e  siècle entre l'expre […] Lire la suite

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le numineux »  : […] En définitive, il semble préférable de chercher la fonction du rite non pas dans des finalités qui lui sont extérieures, mais dans ses caractéristiques propres, à savoir celles qui le font apparaître comme un moyen de régler les rapports entre ce qui est donné dans l'existence humaine et ce qui paraît la dépasser, puisqu'on a affaire précisément ici à des conduites qui ne trouvent pas leur explica […] Lire la suite

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 204 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sources des théories durkheimiennes »  : […] Le sacré est donc, chez Durkheim, on le voit, à la confluence de deux mouvements. Il est, d'une part, le lieu de l'interdit et, d'autre part, le siège d'une puissance pouvant se manifester dans certaines circonstances. Pour résumer le fait d'une formule, disons qu'il est au croisement de W. R.  Smith et de Hubert et Mauss. Que l'ethnographie australienne autorise effectivement ce croisement est sa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis KLEIN, « OTTO RUDOLF - (1869-1937) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-otto/