WILLIAMS ROGER (1604 env.-1683)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur de la colonie de Providence, aux confins de la Nouvelle-Angleterre, et avocat énergique de la liberté de conscience. Né en Angleterre, Roger Williams fit des études à Cambridge et se fit très tôt une idée sévère du radicalisme puritain. Il émigra en Amérique en 1630, mais se heurta à l'intransigeance des Bostoniens, auxquels il opposa sa conviction de l'incompétence des autorités civiles en matière religieuse.

Williams est proche des « Pilgrims », en même temps qu'il acquiert une bonne connaissance des Indiens voisins. Après des heurts multiples avec les autorités de Boston, il fonde, en 1636, Providence ; à partir de là, ses compagnons (notamment W. Coddington) créent les établissements de Portsmouth (1638), de Newport (1640) et de Warwick. L'hostilité de la Confédération de la Nouvelle-Angleterre conduit Williams à aller chercher en Grande-Bretagne une charte, qu'il obtient en mars 1644, pour protéger les colonies et plantations de Providence contre les puritains de Massachusetts Colony ; il fait confirmer et aménager cette charte au cours d'un second voyage londonien en 1652. À la faveur de son premier retour à Londres, il avait publié son célèbre pamphlet The Bloody Tenet of Persecution for Cause of Conscience.

Gouverneur d'une colonie qui a pris le nom de Rhode Island à partir de 1654, Williams y accueille, dès 1656, les quakers persécutés à Boston. À la fin de sa vie, il est douloureusement impliqué dans les « guerres indiennes » et doit intervenir dans de nombreux conflits, tant en Nouvelle-Angleterre qu'à Rhode Island.

Dans ses nombreux ouvrages (édités par Narragansett Club of Providence, 6 vol., Providence, 1866-1874), Williams prend parti contre les Églises d'État, et notamment contre les catholiques européens en présentant ceux-ci comme des figures de l'Antéchrist, tandis que sa jeune communauté est interprétée à partir de l'image, typiquement millénariste, de « la femme dans le désert » (Apocalypse, xii).

—  Bernard ROUSSEL

Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification


Autres références

«  WILLIAMS ROGER (1604 env.-1683)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le polymorphisme puritain »  : […] structures relativement démocratiques. La figure la plus attachante de cette première génération reste cependant Roger Williams (1606-1683), théologien intrépide qui, des mêmes prémisses que les autres ministres coloniaux, déduit la nécessaire séparation de l'Église et de l'État ; la colonie de Providence, fondée en 1636 et qui donnera le Rhode […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_35152

PURITANISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 546 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le puritanisme américain »  : […] rupture de ban ; certains de ses adeptes même préférèrent un second exil à la soumission. Roger William, auteur de deux « hérésies » (l'une affirmait que les droits des Indiens sur le sol de la Nouvelle-Angleterre étaient les seuls authentiques, l'autre déniait aux magistrats civils les pouvoirs ecclésiastiques), alla fonder le Rhode Island, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puritanisme/#i_35152

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « WILLIAMS ROGER (1604 env.-1683) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-williams/