ROCHES (Déformations)Failles

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géomorphologie : les escarpements de faille

Les failles peuvent s'exprimer dans le relief par des formes structurales appelées escarpements de faille, qui se caractérisent par leur commandement, leur regard, leur profil transversal et leur tracé. Le commandement est la distance verticale entre le sommet de l'escarpement et sa base ; il ne correspond pas nécessairement au rejet vertical de la faille. Le regard se définit par le sens vers lequel est tourné l'escarpement ; il n'est pas toujours identique à celui de la faille. Le profil transversal dérive du plan de faille plus ou moins modifié par l'érosion ; il coïncide parfois en partie avec le miroir de faille. Le tracé suit celui de la ligne de faille dans sa direction générale ; les sinuosités de détail proviennent de la dissection due aux organismes hydrographiques qui attaquent l'escarpement.

Escarpement disséqué en facette

Dessin : Escarpement disséqué en facette

Escarpement de faille disséqué en facettes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Types d'escarpements de faille

On distingue trois types fondamentaux d'escarpements de faille selon la nature de leurs rapports avec la structure.

L'escarpement de faille originel

Un escarpement de faille originel résulte directement de la dislocation créée par la faille. C'est une forme de relief tectonique dont les caractéristiques différent peu de celles de la faille.

D'une façon générale, le commandement est légèrement inférieur au rejet vertical, en raison d'une faible ablation faite aux dépens du bloc soulevé ; mais le regard correspond à celui de la faille. Le profil transversal représente le plan de faille retouché par l'érosion ; dans le cas d'une faille normale en roche homogène, sa pente, qui est celle d'équilibre des éboulis de gravité, n'excède pas 30 à 350, alors que l'inclinaison du plan de faille atteint souvent 600 degrés ; ce façonnement prend encore plus d'importance dans le cas d'une faille inverse, car le surplomb lié à l'accident s'éboule à mesure de son développement.

Escarpement disséqué en facette

Dessin : Escarpement disséqué en facette

Escarpement de faille disséqué en facettes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'existence d'escarpements originels implique la jeunesse relative des failles correspondantes, une forte résistance des roches à l'érosion et une certaine impuissance de celle-ci du fait de conditions bioclimatiques défavorables. Aussi se localisent-ils surtout dans les champs de failles liés à l'orogenèse alpine, en roches calcaires et en milieux secs.

Dans cette perspective, il convient d'évoquer le cas exemplaire des champs de failles largement développés en marge des grandes ceintures orogéniques. On y collecte, en effet, de multiples preuves de l'existence de failles actives associées à une intense sismicité. L'un des plus remarquable, à cet égard, concerne la totalité de l'Asie centrale affectée par l'orogenèse himalayenne. Une tectonique de faille spectaculaire, toujours en cours de développement, accompagne l'intense compression exercée par le poinçonnement de la plaque eurasiatique par la plaque indienne. Celle qui marque l'intense surrection du plateau tibétain (Qinghai-Xizang), au cours du Quaternaire, est aujourd'hui mieux connue. De récentes expéditions scientifiques y ont relevé les effets du jeu de failles normales, de direction à peu près méridienne, sur la morphologie quaternaire et les tracés des réseaux hydrographiques, dans toute sa partie méridionale située dans la partie interne de l'arc himalayen. Ainsi, des escarpements de failles frais, découpés en facettes triangulaires, tranchent des vallées et des cônes d'éboulis. Des moraines latérales de vallées glaciaires suspendues témoignent de rejets verticaux de plusieurs centaines de mètres. On cite le cas d'un rejeu de près de 500 mètres en moins de 10 000 ans ! Des rejets cumulés de 1 200 à 1 700 mètres correspondent à une fracturation quaternaire qui s'est manifestée au cours de phases successives poursuit actuellement ; des ressauts de faille, ou scarplets, intacts de quelques mètres de hauteur, disposés en marches d'escalier, en témoignent. Encore plus significatives sont les ruptures de pente de quelques dizaines de centimètres localisées dans le prolongement des escarpements de faille, ainsi que les déchirures du tapis végétal dues aux derniers séismes (1951-1952).

Les escarpements de ligne de faille

Un escarpement de ligne de faille est une forme structurale dérivée due à l'action de l'érosion différentielle dans une masse rocheuse affectée par une faille. Il en existe plusieurs variantes selon les vicissitudes de leur dégagement.

Lorsque les failles délimitent un fossé subsident comblé par une sédimentation synorogénique qui masque leurs plans, elles ne s'expriment dans le relief [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Rapport entre une faille et une flexure

Rapport entre une faille et une flexure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Caractéristiques d'une faille tectonique

Caractéristiques d'une faille tectonique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Décrochements

Décrochements
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Failles directe et inverse

Failles directe et inverse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut
  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ROCHES  » est également traité dans :

ROCHES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 387 mots

Dures et cohérentes, parfois plastiques comme l'argile ou meubles comme le sable, les roches sont les matériaux constitutifs de l'écorce terrestre ; elles sont constituées en général d'un assemblage de minéraux. Certaines, dites exogènes, se forment à la surface de la lithosphère ; d'autres, dites endogènes, cristallisent au moins en partie à l'intérieur du globe à des températures et des pression […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 576 mots
  •  • 5 médias

La science des roches comporte deux aspects complémentaires :– leur interprétation, c'est-à-dire la recherche de règles et de lois qui rendent compte de leurs caractères, de leur répartition et, en définitive, de leurs conditions de genèse et évolution : c'est l'objet de la pétrologie ;– leur description, c'est-à-dire l'analyse de leurs caractères de tous ordres, observables da […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 043 mots
  •  • 9 médias

L'histoire des continents résulte d'une évolution où interfèrent des forces internes nées de déséquilibres crustaux et des forces externes qui détruisent les constructions orogéniques édifiées par les premières. Tous les reliefs ne sont que des états transitoires de cette évolution. Actuellement, le globe constitue un système clos, pour l'essentiel, et la conservation de la matière implique que la […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Diagenèse

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 024 mots
  •  • 4 médias

Le terme « diagenèse » a été introduit, en 1868, par von Guembel pour désigner les processus qui agissent sur les sédiments après leur dépôt, mais cette définition est trop vague et mérite d'être précisée.Actuellement, ce terme est utilisé par les auteurs dans des acceptions très variables. C'est ainsi que N. M. Strakhov définit la diagenèse comme la transformation d'un sédiment en roche sédimenta […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Anatexie

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 830 mots
  •  • 2 médias

L'anatexie (du mot grec anatèxis qui signifie fusion) est le processus par lequel les roches métamorphiques fondent totalement ou partiellement. La notion de l'anatexie différentielle a été introduite par Eskola (1933) : pour une température suffisante, la fusion des roches est sélective et dépend surtout de la composition chimique des matériaux métamorphiques. Depuis 1957, l'« […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 545 mots
  •  • 5 médias

Les roches sédimentaires sont des objets qui se forment ou se sont formés au voisinage de la surface de la lithosphère par transformation des sédiments qui s'y sont déposés : produits d'altération, composés d'origine biochimique ou matériel volcanique (pyroclastites). Le concept de roche sédimentaire reste donc assez vague, dans la mesure où il est impossible de fixer aux phénomènes en jeu des li […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches magmatiques

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE
  •  • 7 495 mots
  •  • 6 médias

Les roches magmatiques sont des roches endogènes, c'est-à-dire ayant pris naissance à l'intérieur de la Terre. Les unes sont issues de matières fondues, ou « magmas », qui ont fait éruption à la surface : ce sont les roches volcaniques. Les autres se sont formées en profondeur et n'apparaissent que par le jeu des déformations de l'écorce et de l'érosion : ce sont les […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 373 mots
  •  • 8 médias

Héritières d'une très grande diversité de textures et de compositions chimico-minéralogiques, les roches métamorphiques (C. Lyell, 1833) offrent à leur tour une telle variété d'associations minérales et de textures que, dès le début de leur étude, les essais de classification suivant les méthodes proprement naturalistes n'ont pu aboutir. Le principe d'une classification systématique faisant appel […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Structurologie

  • Écrit par 
  • Jacques MARRE, 
  • José PONS
  •  • 3 943 mots
  •  • 4 médias

La structurologie est la science des structures, autrement dit de l'arrangement des différentes parties constituant un ensemble. Les procédés d'analyse qui s'y attachent sont naturellement utilisés dans un certain nombre de disciplines (métallographie, biologie, par exemple), mais ils ne sont envisagés ici que dans le cadre de la recherche géologique, dont ils forment une partie importante. La str […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 049 mots
  •  • 15 médias

Les plis sont des accidents tectoniques, c'est-à-dire des déformations affectant la croûte terrestre. À moyenne échelle, ils sont souvent plus directement apparents – et plus diversifiés dans leur forme – que les failles, les chevauchements et les charriages ; aussi sont-ils plus connus, à tel point que l'on parle généralement de « chaînes plissées » pour désigner les chaînes de montagnes, dont il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, Roger COQUE, « ROCHES (Déformations) - Failles », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-deformations-failles/