ROCHES (Déformations)Charriages et chevauchements

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les charriages dans l'espace et dans le temps

Si les chevauchements sont présents dans toutes les chaînes de montagnes, les charriages se rencontrent essentiellement dans les chaînes de collision dont l'exemple est fourni par les chaînes alpines issues de la Téthys, cet océan aujourd'hui disparu qui séparait, pendant le Secondaire et le Tertiaire ancien, l'ensemble des continents aujourd'hui septentrionaux des continents aujourd'hui méridionaux. Les chaînes de l'Eurasie méridionale, de Gibraltar à l'Indonésie, en sont le témoin, comme d'ailleurs les chaînes caraïbes isolées par l'ouverture tardive (110 Ma) de l'océan Atlantique central.

Lorsque, après la subduction de l'océan qui les séparait, deux continents entrent en collision, il se forme une suture ophiolitique, cicatrice de l'océan disparu, d'où partent des nappes de charriage qui vont recouvrir les marges des continents. Ces nappes sont formées de matériel océanique, croûte océanique sous forme de massifs ophiolitiques, sédiments océaniques, radiolarites des grandes profondeurs, et flyschs détritiques des grandes fosses océaniques ; nappes ophiolitiques et nappes de flysch sont constantes dans les chaînes de collision.

Le stade de la simple collision est parfois dépassé : l'un des continents chevauche l'autre, par-dessus la suture ophiolitique, comme dans les Alpes orientales (cf. alpes, fig. 8), ou se trouve débité en nappes de socle en avant de la suture, comme dans l'Himālaya (fig. 10). Ces cas d'hypercollision donnent naissance aux plus belles nappes de socle connues, comme la dalle du Tibet ou la nappe de socle de l'Austro-alpin inférieur.

Encapuchonnement

Dessin : Encapuchonnement

Ensemble de nappes du premier genre avec encapuchonnement et pli en retour. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Nappes himalayennes dans le cadre de l'hypercollision Inde-Eurasie

Dessin : Nappes himalayennes dans le cadre de l'hypercollision Inde-Eurasie

Les nappes himalayennes dans le cadre de l'hypercollision Inde-Eurasie. De la collision proprement dite de l'Inde avec l'Eurasie est née la suture ophiolitique de l'Indus d'où proviennent les nappes ophiolitiques et les nappes de flysch du revers nord de l'Himalaya. Continuant d'être poussée... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La collision est suivie de déformations dans les masses continentales nouvellement soudées : déformation en masse tarditectonique et fracturation néotectonique de la croûte continentale et des nappes qui la recouvrent. À l'occasion de ces mouvements, les terrains sédimentaires se décollent souvent de leur substratum : ainsi naissent les nappes de couverture les plus externes dans les chaînes alpines. De sorte que les nappes peuvent être très déformées, méconnaissables et n'apparaître qu'après une étude serrée.

Ainsi, la plupart du temps, les nappes ont été repliées en anticlinaux et synclinaux de nappes : les fenêtres se localisent alors sur les anticlinaux et les lambeaux de charriage dans les synclinaux, respectant en ceci les règles de la morphologie structurale. Le contact anormal n'apparaît plus alors subhorizontal comme dans la définition du charriage, mais quelconque en fonction de la forme des plis. Des jeux de failles plus ou moins importants ont pu également découper des pays de nappe ; certaines fenêtres se trouvent alors en position de horst, certains lambeaux de recouvrement en position de fossés.

L'ensemble de tous ces événements se produisant dans une chaîne de collision, on conçoit que l'analyse tectonique en soit délicate et que rares sont les nappes dont l'image soit restée aussi simple que la définition.

À cause des bouleversements qu'ils ont apportés à l'ordre initial des terrains, la connaissance des charriages peut être fort utile, notamment lorsque, dans le cadre d'une exploration pétrolière ou minière, une campagne de sondages doit être entreprise.

L'ampleur des charriages est sans doute encore beaucoup plus grande qu'on ne l'avait cru. Récemment, diverses universités et compagnies américaines, associées en un Consortium for Continental Reflection Profiling (Cocorp), ont levé des profils de sismique réflexion, longs de plusieurs centaines de kilomètres, au travers des Appalaches et des montagnes Rocheuses, qui ont eu des résultats grandioses : l'ensemble des Appalaches (où l'on connaît depuis longtemps des systèmes de nappes), socle et couverture, autochtone et allochtone, déformations précoces et tardives compris reposent à plat, par un vaste cisaillement horizontal de plusieurs centaines de kilomètres, sur le continent américain dont le socle et la couverture sédimentaire passent en dessous, indéformés. De tels accidents sont en cours de forage dans les montagnes Rocheuses ; les premiers résultats montrent que le Précambrien, jusqu'alors considéré comme le socle continental des montagnes Rocheuses, est charrié à plat sur les terrains secondaires qui contiennent du gaz et des indice [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Chevauchement

Chevauchement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Faille et pli

Faille et pli
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Écaille de couverture

Écaille de couverture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Nappe de charriage

Nappe de charriage
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROCHES  » est également traité dans :

ROCHES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 387 mots

Dures et cohérentes, parfois plastiques comme l'argile ou meubles comme le sable, les roches sont les matériaux constitutifs de l'écorce terrestre ; elles sont constituées en général d'un assemblage de minéraux. Certaines, dites exogènes, se forment à la surface de la lithosphère ; d'autres, dites endogènes, cristallisent au moins en partie à l'intérieur du globe à des températures et des pression […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Pétrologie

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Alain WEISBROD
  •  • 5 576 mots
  •  • 5 médias

La science des roches comporte deux aspects complémentaires :– leur interprétation, c'est-à-dire la recherche de règles et de lois qui rendent compte de leurs caractères, de leur répartition et, en définitive, de leurs conditions de genèse et évolution : c'est l'objet de la pétrologie ;– leur description, c'est-à-dire l'analyse de leurs caractères de tous ordres, observables da […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Érosion et sédimentation

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • André JAUZEIN
  •  • 7 043 mots
  •  • 9 médias

L'histoire des continents résulte d'une évolution où interfèrent des forces internes nées de déséquilibres crustaux et des forces externes qui détruisent les constructions orogéniques édifiées par les premières. Tous les reliefs ne sont que des états transitoires de cette évolution. Actuellement, le globe constitue un système clos, pour l'essentiel, et la conservation de la matière implique que la […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Diagenèse

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 024 mots
  •  • 4 médias

Le terme « diagenèse » a été introduit, en 1868, par von Guembel pour désigner les processus qui agissent sur les sédiments après leur dépôt, mais cette définition est trop vague et mérite d'être précisée.Actuellement, ce terme est utilisé par les auteurs dans des acceptions très variables. C'est ainsi que N. M. Strakhov définit la diagenèse comme la transformation d'un sédiment en roche sédimenta […] Lire la suite

ROCHES (Formation) - Anatexie

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 830 mots
  •  • 2 médias

L'anatexie (du mot grec anatèxis qui signifie fusion) est le processus par lequel les roches métamorphiques fondent totalement ou partiellement. La notion de l'anatexie différentielle a été introduite par Eskola (1933) : pour une température suffisante, la fusion des roches est sélective et dépend surtout de la composition chimique des matériaux métamorphiques. Depuis 1957, l'« […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches sédimentaires

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 4 545 mots
  •  • 5 médias

Les roches sédimentaires sont des objets qui se forment ou se sont formés au voisinage de la surface de la lithosphère par transformation des sédiments qui s'y sont déposés : produits d'altération, composés d'origine biochimique ou matériel volcanique (pyroclastites). Le concept de roche sédimentaire reste donc assez vague, dans la mesure où il est impossible de fixer aux phénomènes en jeu des li […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches magmatiques

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE
  •  • 7 495 mots
  •  • 6 médias

Les roches magmatiques sont des roches endogènes, c'est-à-dire ayant pris naissance à l'intérieur de la Terre. Les unes sont issues de matières fondues, ou « magmas », qui ont fait éruption à la surface : ce sont les roches volcaniques. Les autres se sont formées en profondeur et n'apparaissent que par le jeu des déformations de l'écorce et de l'érosion : ce sont les […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 373 mots
  •  • 8 médias

Héritières d'une très grande diversité de textures et de compositions chimico-minéralogiques, les roches métamorphiques (C. Lyell, 1833) offrent à leur tour une telle variété d'associations minérales et de textures que, dès le début de leur étude, les essais de classification suivant les méthodes proprement naturalistes n'ont pu aboutir. Le principe d'une classification systématique faisant appel […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Structurologie

  • Écrit par 
  • Jacques MARRE, 
  • José PONS
  •  • 3 943 mots
  •  • 4 médias

La structurologie est la science des structures, autrement dit de l'arrangement des différentes parties constituant un ensemble. Les procédés d'analyse qui s'y attachent sont naturellement utilisés dans un certain nombre de disciplines (métallographie, biologie, par exemple), mais ils ne sont envisagés ici que dans le cadre de la recherche géologique, dont ils forment une partie importante. La str […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Failles

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Roger COQUE, 
  • Universalis
  •  • 4 496 mots
  •  • 12 médias

Les failles sont des accidents tectoniques, autrement dit des déformations de l'écorce terrestre consécutives à des mouvements de celle-ci. Ces cassures sont responsables de certains de ses aspects les plus marquants, tant dans le domaine des chaînes de montagnes, à la constitution desquelles elles concourent soit seules soit associées aux autres accidents (plis, charriages), que dans celui des ai […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Plis

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 049 mots
  •  • 15 médias

Les plis sont des accidents tectoniques, c'est-à-dire des déformations affectant la croûte terrestre. À moyenne échelle, ils sont souvent plus directement apparents – et plus diversifiés dans leur forme – que les failles, les chevauchements et les charriages ; aussi sont-ils plus connus, à tel point que l'on parle généralement de « chaînes plissées » pour désigner les chaînes de montagnes, dont il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean AUBOUIN, « ROCHES (Déformations) - Charriages et chevauchements », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-deformations-charriages-et-chevauchements/