PAXTON ROBERT O. (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un lieu de mémoire

Avec son Vichy France. Old Guard and New Order, publié en 1972 aux États-Unis et traduit l'année suivante sous le titre La France de Vichy, Robert Paxton s'inscrit dans une certaine continuité. En s'appuyant sur les archives allemandes, l'historien allemand Eberhard Jäckel avait, dès 1966, insisté sur l'initiative française dans la politique de collaboration (La France dans l'Europe d'Hitler, 1968) ; la même année, Henri Michel avait puisé dans les documents de la Délégation française auprès de la commission d'armistice pour souligner, contrairement à la thèse développée par Robert Aron, qu'il y avait bien volonté, à Vichy, d'instaurer un régime autoritaire. Mais il fut le premier à fournir une œuvre à la fois approfondie et synthétique sur la politique de l'État français. Son apport principal est de l'avoir en quelque sorte « re-naturalisé », de l'avoir réintroduit dans l'espace national en montrant que, d'une part, ces nouveaux gouvernants avaient un projet politique et idéologique propre et, d'autre part, qu'ils faisaient le choix de la collaboration, scellée dès l'armistice, pour mettre en œuvre ce projet. Dans leur perspective, l'occupation n'était pas une cause, mais le symptôme d'une crise fondamentalement intérieure. Avant d'être la gestion des contraintes, la collaboration fut un choix politique d'initiative française. Paxton n'en montrait pas moins, avec finesse, la diversité des composantes du régime.

Si Gallimard regrette encore d'avoir refusé le manuscrit, le livre n'est pas passé inaperçu dans la presse et, moins encore, auprès des historiens français. Il y eut sans doute, chez certains, de la jalousie ou le sentiment qu'un Américain ne pouvait comprendre grand-chose à ce pan de l'histoire de la France sinon, comme il a été écrit, pour la salir, mais ce fut le fait d'une minorité. La France de Vichy a participé du renversement de registre mémoriel des années 1970, en même temps que Le Chagrin et la Pitié (1971), le film de Marcel Ophüls, dans l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PAXTON ROBERT O. (1932- )  » est également traité dans :

OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • Laurent DOUZOU
  •  • 3 874 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le mythe du résistantialisme et la réception de « La France de Vichy » de Robert Paxton »  : […] Comme l'écrit Stanley Hoffmann, les Français n'ont jamais cru en leur for intérieur au mythe d'une France unanimement résistante. Toutefois, le fait que la Résistance ait été minoritaire durant toute la période ne signifie pas qu'elle ait été marginalisée, ni marginale. Il est clair qu'au printemps de 1944 la Résistance emporte l'adhésion de Français qui ne sont pas nécessairement enclins à prendr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france-memoires-et-debats/#i_38926

Voir aussi

Pour citer l’article

Denis PESCHANSKI, « PAXTON ROBERT O. (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-o-paxton/