LOWIE ROBERT HARRY (1883-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Anthropologue américain d'origine autrichienne, né à Vienne, disciple de Boas, dont il fut l'élève à l'université Columbia (New York), Robert H. Lowie travailla longtemps sous la direction de Clark Wissler à l'American Museum of Natural History. Il fut nommé en 1921 professeur d'anthropologie à Berkeley (université de Californie), charge qu'il conserva jusqu'à sa retraite. Pour donner consistance à sa vocation, il s'attacha à l'étude des Indiens des plaines du centre des États-Unis, en faisant des recherches sur le terrain qui sont considérées comme exemplaires et dont il livra les résultats dans des monographies.

Quant à son œuvre de théoricien, elle se situe dans le droit-fil de l'école historique de F. Boas, dont Lowie développa les conceptions théoriques tout en approfondissant la critique des thèses évolutionnistes. Il eut cependant le mérite d'accorder la priorité aux faits et de ne recourir à l'explication diffusionniste qu'avec prudence et discernement. Ses travaux sur les relations et les terminologies de parenté, ses hypothèses sur les conditions d'émergence de l'État, ses observations sur le rôle des groupements fondés sur d'autres principes que ceux de la parenté ont nourri et orienté nombre de recherches ultérieures. Lowie a publié notamment : Primitive Society, New York, 1920, éd. revue 1947 (trad. franç. : Traité de sociologie primitive, Paris, 1935, 1969) ; Primitive Religion, New York, 1924 ; The Origin of the State, New York, 1927 ; An Introduction to Cultural Anthropology, New York, 1934, éd. revue 1940 (trad. franç. : Manuel d'anthropologie culturelle, Paris, 1936) ; The Crow Indians, New York, 1935 ; The History of Ethnological Theory, New York, 1937 (trad. franç. : Histoire de l'ethnologie classique des origines à la 2e Guerre mondiale, Paris, 1971) ; Social Organization, New York, 1948 ; Towards Understanding Germany, Chicago, 1954 (sur le destin de la civilisation allemande, l'ultime thème de réflexion de Lowie).

—  Michel AGHASSIAN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOWIE ROBERT HARRY (1883-1957)  » est également traité dans :

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « L'autorité et ses modes d'exercice »  : […] Là où l'écriture est inconnue, l'autorité repose sur le contact personnel entre le peuple et le dirigeant ou ses agents. Tout un cérémonial et un ensemble de récits visent à transmettre les normes et à les fixer dans les mémoires. La société se refère au passé pour donner force aux règles et aux valeurs. La législation explicite est très rare. D'autre part, la transmission orale permet des rajus […] Lire la suite

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les associations »  : […] Les groupes de statut et les groupes spécialisés se constituent en fonction de critères qui sont (en partie ou entièrement) extérieurs à la parenté. Lowie désigne certains d'entre eux par le terme association  ; et il observe à leur propos : « divisions fondées sur le sexe ou l'état civil, clubs sociaux, confréries secrètes, tous ces phénomènes s'entremêlent à ceux de la famille et du clan, créant […] Lire la suite

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intelligence du caché »  : […] Les analogies repérées entre les trois types d'initiations, soit dans la séquence de leurs rites, soit dans leur symbolisme (celui de la mort et de la résurrection), posent un premier problème, d'ordre historique. Est-ce que les initiations religieuses et magiques ne sortent pas des initiations tribales ? C'est le point de vue de H. Schurtz qui se place dans la perspective de l'évolutionnisme et s […] Lire la suite

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Un abus de langage »  : […] L'erreur de Morgan est d'avoir pensé que la terminologie de la parenté exprime l'état réel des relations sexuelles et que le terme de père s'identifie à celui de procréateur. Comme le dit Robert H. Lowie, «  la théorie selon laquelle tous les pères sont des procréateurs potentiels entraîne la conséquence parallèle que les mères, dont chaque Hawaiien possède une bonne douzaine, l'ont toutes conçu e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel AGHASSIAN, « LOWIE ROBERT HARRY - (1883-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-harry-lowie/