RICHARDSON ROBERT COLEMAN (1937-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 26 juin 1937 à Washington, Robert Coleman Richardson soutint sa thèse de doctorat en 1966 à l'université Duke en Caroline du Nord et devint professeur à l'université Cornell en 1967. Avec son collègue David Lee et leur étudiant Douglas Osheroff, ils découvrirent en 1972 que l'hélium 3, isotope d'hélium dont le noyau contient deux protons mais un seul neutron, devient superfluide à une température de quelque 2 millikelvins. Ce résultat, qui ne peut être compris que dans le cadre de la physique quantique, leur valut de se partager le prix Nobel de physique 1996.

La superfluidité – phénomène spectaculaire d'absence de viscosité d'un liquide – avait été découverte à la fin des années 1930 par le physicien russe Petr Kapitsa pour l'hélium 4, et était comprise comme une condensation de Bose-Einstein. Cette propriété quantique, qui ne sera mise en évidence qu'en 1995 pour des vapeurs de rubidium refroidies à quelque 10—7 K résulte de l'effondrement de tous les atomes dans l'état de plus basse énergie. Elle n'est possible que si les particules présentes sont en nombres pairs (2 protons, 2 neutrons, 2 électrons pour un atome d'hélium 4). Le cas de l'hélium 3 est différent : si les atomes se combinent en paires, comme les électrons dans la représentation de Bardeen, Cooper et Schrieffer de l'état supraconducteur, les paires pourront se condenser et le caractère superfluide apparaître. La découverte de la superfluidité de l'hélium 3 fut le résultat d'un montage original que les trois chercheurs avaient imaginé dans leur laboratoire de l'université Cornell. L'hélium pouvait y être refroidi jusqu'à quelques millikelvins, sous la forme d'un mélange de glace et de liquide, tandis qu'on mesurait précisément la pression et le volume de l'échantillon. Ces études révélèrent la présence d'une nouvelle phase dont le caractère superfluide fut rapidement démontré par un groupe finlandais.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  RICHARDSON ROBERT COLEMAN (1937-2013)  » est également traité dans :

LEE DAVID (1931- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 362 mots

Né le 20 janvier 1931 à Rye, dans l'État de New York, David Lee fit ses études supérieures à Harvard puis à l'université du Connecticut ; il soutint sa thèse en 1959 à l'université Yale et rejoignit aussitôt l'université Cornell où il effectua toutes ses recherches. Avec son collègue Robert C. Richardson et leur étudiant Douglas Osheroff, ils déco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-lee/#i_85865

OSHEROFF DOUGLAS DEAN (1945- )

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 364 mots

Né le 1 er  août 1945 à Aberdeen, dans l'État de Washington, Douglas Dean Osheroff finissait ses études doctorales à l'université Cornell lorsqu'il découvrit, avec ses directeurs de thèse David Lee et Robert C. Richardson, que l'hélium 3, isotope d'hélium dont le noyau contient deux protons mais un seul neutron, devient superfluide à une températu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douglas-dean-osheroff/#i_85865

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 5 816 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cas de l'hélium 3 »  : […] En 1972, à l’université Cornell, Douglas Osheroff, Robert Richardson et David Lee ont découvert que l'hélium 3 présente, au-dessous de 2,5 × 10 −3  K, plusieurs phases superfluides distinctes qui sont à la fois anisotropes et magnétiques. Bien que la théorie de la superfluidité de l'hélium 3 semble donc, à première vue, beaucoup plus complexe que c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_85865

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « RICHARDSON ROBERT COLEMAN - (1937-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-coleman-richardson/