Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KAPITSA PIOTR LEONIDOVITCH (1894-1984)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et
Piotr Kapitsa - crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Piotr Kapitsa

Piotr Kapitsa est un physicien russe puis soviétique, connu pour ses recherches sur le magnétisme et la physique des basses températures, qui devaient notamment le conduire à la découverte de la superfluidité de l'hélium II.

Piotr Leonidovitch Kapitsa naît le 8 juillet 1894 à Cronstadt, près de Saint-Pétersbourg. Après des études à l'Institut polytechnique de Petrograd (Saint-Pétersbourg), où il est lecteur jusqu'en 1921, Kapitsa se rend en Grande-Bretagne à l'université de Cambridge, où il collabore avec Rutherford. En 1924, il est directeur adjoint des recherches sur le magnétisme effectuées au laboratoire Cavendish. C'est là qu'il réalise un champ magnétique de 500 000 gauss, intensité qui ne sera surpassée qu'en 1956. Il est élu en 1929 à la Royal Society Institution, qui n'avait, en deux cents ans, nommé aucun membre étranger. Le laboratoire Mond est construit spécialement pour lui à Cambridge (1930).

En 1934, tandis que Kapitsa se trouve en URSS à l'occasion d'un congrès, son passeport est saisi et, sur ordre de Staline, il est retenu en Union soviétique. En 1935, nommé directeur de l'institut Vavilov de physique de l'Académie des sciences de l'URSS, il obtient, grâce à l'intervention de son ami Rutherford, que son laboratoire de Cambridge lui soit expédié en Russie. Poursuivant ses recherches sur la physique des basses températures, il découvre alors la superfluidité de l'hélium II (forme stable de l'hélium liquide, au-dessous de 2,17 K) en étudiant ses propriétés de conduction de la chaleur : à cette température, l’hélium ne connaît pas de résistance à son écoulement et peut passer dans les capillaires les plus fins. Cette découverte fondamentale ouvre la porte à la construction d’appareils produisant des champs magnétiques très intenses. Kapitsa peut alors intervenir personnellement auprès de Molotov, un très proche de Staline, pour obtenir la libération de Lev Landau, accusé d’espionnage et incarcéré à la prison de la Lubyanka, en déclarant qu'il serait le seul à pouvoir exploiter cette découverte. En 1939, il construit un appareil permettant la liquéfaction de grandes quantités d'oxygène, procédé dont il poursuivra la mise au point pendant la Seconde Guerre mondiale, au profit de l'industrie de l'acier.

En 1946, comme il refuse de travailler au développement des armes nucléaires, Kapitsa est accusé de sabotage, tombe en disgrâce, passe quelque temps en prison, puis est assigné à résidence jusqu'à la mort de Staline, en 1953. Réintégré alors dans ses fonctions directoriales, il est placé en 1955 à la tête du programme des Spoutnik. On lui attribue une grande part du succès du lancement des deux premiers satellites soviétiques en 1957.

En 1963, Kapitsa se tourne vers la fusion thermonucléaire contrôlée : reprenant des travaux commencés en 1933 sur l'interaction des électrons et des photons, il étudie la possibilité de chauffer un plasma par une impulsion laser ; il publie ses résultats en 1969. Entre-temps, il est autorisé à se rendre en Angleterre, où il reçoit la médaille Rutherford (1966) et aux États-Unis, où l'université Columbia lui décerne une distinction honorifique (1969).

Enfin, en 1978, il obtient le prix Nobel de physique « pour ses inventions et découvertes fondamentales dans le domaine de la physique des basses températures ».

Kapitsa est mort à Moscou, le 8 avril 1984, trois mois avant son quatre-vingt-dixième anniversaire. Il ne fut jamais membre du Parti communiste. Il représenta, comme d’autres physiciens, tels qu’Andreï Sakharov, une figure de résistance à l’aspect dictatorial de la politique soviétique.

— Agnès LECOURTOIS

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis et Agnès LECOURTOIS. KAPITSA PIOTR LEONIDOVITCH (1894-1984) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 21/03/2024

Média

Piotr Kapitsa - crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

Piotr Kapitsa

Autres références

  • ÉLECTRO-AIMANTS

    • Écrit par et
    • 3 349 mots
    • 6 médias
    ...fonctionnant en régime pulsé : on décharge, par exemple, en un temps très court, des batteries de condensateurs dans une bobine de constitution spéciale (méthode de Kapitza). La limite atteinte par ce procédé est de 2 . 108 ampères par mètre pendant un temps de l'ordre de 1 microseconde. Les efforts...
  • PENZIAS ARNO ALLAN (1933-2024)

    • Écrit par
    • 1 337 mots
    Pour cette découverte, Penzias et Wilson partagèrent en 1978 le prix Nobel de physique avec le théoricien soviétique Piotr Kapitsa. En couronnant la découverte du rayonnement fossile, le jury du prix Nobel de physique 1978 soulignait que celle-ci avait apporté la preuve de la pertinence de la théorie...
  • SAVANT CHERCHE REFUGE (S. Balibar) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 130 mots
    • 1 média
    ...de Tisza, en 1938, l’introduction de la condensation de Bose-Einstein pour expliquer la superfluidité de l’hélium, sera exploitée par d’autres. Piotr Kapitsa, en URSS, perdra plusieurs années de travail scientifique sur le même sujet pour s’être opposé à Béria. La politique tire de son côté parti...
  • SUPERFLUIDITÉ

    • Écrit par
    • 5 836 mots
    • 5 médias
    ...de John F. Allen à Cambridge (Royaume-Uni) et celle de Piotr L. Kapitsa à Moscou (URSS) [Balibar, 2007]. Le mot anglais superfluid a été inventé par Kapitsa pour qualifier ce liquide qui lui paraissait beaucoup plus fluide que les liquides classiques. Le début de sa compréhension théorique a été l'œuvre...