THURNWALD RICHARD (1869-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études de droit à Vienne, Thurnwald accomplit deux missions en Océanie, d'abord dans l'archipel Bismarck et aux îles Salomon (1906-1919), puis en Nouvelle-Guinée allemande. Après la Première Guerre mondiale, il se rend en Afrique orientale (1930-1931), puis à nouveau aux îles Salomon en 1933. Professeur à l'université de Berlin à partir de 1924, il y enseigne à la fois la sociologie et l'ethnologie. Ses nombreuses publications et son activité au service de la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Soziologie (Revue de psychologie des peuples et de sociologie), dont il est le fondateur et qui joue un important rôle de catalyseur dans le développement des sciences sociales, lui procurent une renommée mondiale.

Dès ses premiers travaux ethnographiques, Thurnwald met en évidence les phénomènes d'intégration culturelle et de cohésion sociale, dans une perspective qui s'est avérée après coup rigoureusement fonctionnaliste. Il donne ainsi avant Malinowski la première description du circuit de prestations. Sa foi dans les vertus de l'observation et de la comparaison en soi — qu'il avait héritée du Kulturkreis, et qui l'exposa parfois à des classifications d'intérêt purement documentaire — s'allie à une volonté de systématisation sociologique dont porte témoignage son ouvrage sur les fondements ethno-sociologiques de la société humaine (Die Menschliche Gesellschaft in ihren ethnosoziologischen Grundlagen, 5 vol., 1931-1935). Mettant en évidence les processus typiques d'intégration et d'évolution, il oppose aux thèses diffusionnistes un principe d'explication du changement fondé sur la reconnaissance des impératifs de la cohésion sociale.

La contribution de Thurnwald est particulièrement importante en matière de théories politiques et économiques. Il a notamment étudié les effets qu'engendre dans différentes structures la formation d'une nouvelle strate au plus bas niveau de l'échelle sociale. Cette recherche l'a conduit à formuler des hypothèses nouvelles concernant le développement de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  THURNWALD RICHARD (1869-1954)  » est également traité dans :

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Conséquence de la stratification sociale »  : […] Une autre forme de polygynie archaïque est celle que R. Thurnwald appelle « gérontocratique » et que l'on trouve dans certaines régions d' Australie et en Mélanésie. Les plus vieux s'approprient plusieurs femmes, ce qui fait que beaucoup de jeunes sont obligés d'attendre de longues années avant de se marier ou vivent avec des femmes plus vieilles qu'eux, reçues en héritage de leurs frères décédées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/#i_26924

Pour citer l’article

Claude LEFORT, « THURNWALD RICHARD - (1869-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-thurnwald/