HOLBROOKE RICHARD (1941-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Richard Holbrooke est l'une des figures les plus connues de la diplomatie américaine, notamment pour avoir été l'artisan des accords de Dayton en 1995, qui mirent fin à la guerre en Bosnie-Herzégovine.

Richard Charles Albert Holbrooke naît le 24 avril 1941 à New York, dans une famille juive européenne qui a fui la menace nazie dans les années 1930. Diplômé de l'université Brown, à Providence (Rhode Island) en 1962, il entre au Département d'État où il est envoyé au Vietnam, alors en guerre, jusqu'en 1966. Grâce à l'expérience qu'il acquiert dans ce pays ainsi que dans les coulisses de l'administration Johnson, il est membre de la délégation américaine qui participe aux négociations de paix à Paris en 1968-1969. Il dirige, de 1970 à 1972, les opérations des Corps de la paix (Peace Corps) au Maroc, puis il est nommé, jusqu'en 1976, directeur de rédaction de la revue Foreign Policy. Il revient sur la scène diplomatique en 1977 lorsque le président Carter le nomme secrétaire d'État adjoint pour l'Asie de l'Est et le Pacifique. Mais avec l'arrivée de Ronald Reagan, Richard Holbrooke se tourne vers la finance en créant Public Strategies, un cabinet de conseil installé à Washington dont il est le vice-président de 1981 à 1985, et en travaillant comme conseiller de la banque d'investissement new-yorkaise Lehman Brothers. Promu directeur général de cette dernière en 1985, il occupe ce poste jusqu'en 1993. Trois ans plus tard, il accède à la vice-présidence du Crédit Suisse.

Richard Holbrooke rejoint l'administration Clinton en tant qu'ambassadeur en Allemagne (1993-1994), puis comme secrétaire d'État adjoint chargé de l'Europe et du Canada (1994-1995). Il consacre alors une grande partie de son temps à la question des Balkans et devient le principal médiateur américain entre les belligérants d'ex-Yougoslavie. Il obtient, en novembre 1995, la signature des accords de Dayton grâce à une approche originale, combinant diplomatie, bluff et intimidation ; le texte pose les bases d'une paix durable en Bosnie-Herzégovine. Considéré, à la fin de l'année 1996, comme candidat potentiel au secrétariat d'État, Richard Holbrooke se voit ravir le poste par Madeleine Albright. L'année suivante, il est néanmoins nommé envoyé spécial à Chypre, où il tente de mettre fin au conflit qui oppose depuis deux décennies la Grèce et la Turquie.

En 1998, face aux prémices de la guerre du Kosovo, Richard Holbrooke retourne dans les Balkans pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu entre l'armée serbe et les forces de la majorité albanaise au Kosovo. Les navettes diplomatiques qu'il effectue se révèlent toutefois insuffisantes, seul le bombardement de Belgrade par les forces de l'O.T.A.N. en 1999 permet d'imposer une paix fragile dans la région. Après une longue procédure de confirmation par le Sénat, Richard Holbrooke est finalement nommé ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies la même année. Il met fin à un litige portant sur 900 millions de dollars d'arriérés que Washington devait à l'organisation internationale. Il quitte ce poste en 2001 pour devenir vice-président de la banque privée Perseus L.L.C. Après l'investiture de Barack Obama en janvier 2009, Richard Holbrooke est nommé représentant spécial des États-Unis en Afghanistan et au Pakistan. Il présente cette mission comme « la plus difficile de (sa) carrière ». Il meurt des suites d'une crise cardiaque, le 13 décembre 2010, à Washington.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Les derniers événements

3-23 février 2000 Yougoslavie. Poursuite des violences à Mitrovica, au Kosovo

Richard Holbrooke, accuse Belgrade de tenter de « provoquer la partition du Kosovo au pont de Mitrovica ». Le 23 également, l'O.N.U. présente un plan qui vise à faciliter le retour dans leur foyer des Albanais originaires du nord de la ville. Il est rejeté par le représentant de la communauté serbe de Mitrovica.  […] Lire la suite

15-31 mars 1999 Yougoslavie. Intervention armée de l'O.T.A.N.

Richard Holbrooke, Javier Solana ordonne de « lancer des opérations aériennes » contre la Yougoslavie. Dans un discours prononcé à Washington, le président Clinton déclare : « Nous voulons limiter [la] capacité [du président Milošević] de faire la guerre aux Kosovars. » Le 24 débute l'opération de l'O.T.A.N. baptisée « Force déterminée », à laquelle […] Lire la suite

13-27 octobre 1998 Yougoslavie. Désamorçage de la crise au Kosovo

Richard Holbrooke annonce que, en vertu d'un accord conclu la veille, le président yougoslave Slobodan Milošević accepte l'envoi au Kosovo d'une mission de l'O.S.C.E. ainsi que la mise en place d'une surveillance aérienne du retrait des forces serbes de la province. Dans un communiqué, Belgrade s'engage également en faveur de l'auto-administration  […] Lire la suite

4-23 août 1997 Bosnie-Herzégovine. Pressions occidentales et accroissement des divergences serbes

Richard Holbrooke, la présidence collégiale s'accorde sur une nouvelle liste d'ambassadeurs. Le 15, la Cour constitutionnelle de la république serbe de Bosnie (R.S.) annule en juillet la dissolution du Parlement décidée par la présidente Biljana Plavsić. Celle-ci s'oppose aux dirigeants ultranationalistes de Pale, fief du gouvernement et du Parlement […] Lire la suite

11-24 juillet 1996 Bosnie-Herzégovine. Retrait de Radovan Karadzić de la vie politique

Richard Holbrooke, en tournée dans l'ex-Yougoslavie en vue de relancer le plan de paix, annonce depuis Belgrade que Radovan Karadzić démissionne de son poste de président de la « République serbe de Bosnie » et se retire de la vie politique. Aleksa Buha doit lui succéder à la tête du Parti démocratique serbe. Le 24, le nouvel administrateur européen […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HOLBROOKE RICHARD - (1941-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-holbrooke/