SHERIDAN RICHARD BRINSLEY (1751-1816)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et l'œuvre de Sheridan se partagent entre le théâtre et la politique. Jouet d'une oligarchie puissante, qui se servait de son éloquence, il n'a pas réussi vraiment sa carrière politique bien qu'ayant écrit quelques-uns des meilleurs discours de l'histoire parlementaire britannique. Son œuvre théâtrale demeure pétillante d'esprit, trépidante de vie et de gaieté. Ses comédies narquoises reflètent surtout l'attitude profonde de Sheridan, humoriste qui ne semblait pas prendre la vie au sérieux, peut-être parce qu'il mettait très haut les valeurs fondamentales.

Un personnage énigmatique

Né à Dublin, fils de Thomas Sheridan, homme de théâtre irlandais, et de Frances Sheridan, romancière réputée, Richard Brinsley Sheridan reçoit une bonne éducation à Harrow. Un mariage romanesque, avec enlèvement et duel, l'oblige à se tourner vers le théâtre pour gagner sa vie et lui inspire sa première comédie, The Rivals (1775). Profondément remaniée après un semi-échec, elle finit par s'imposer. Sheridan est lancé et donne la même année une farce, St. Patrick's Day, et un opéra-comique, La Duègne (The Duenna), également très réussis. Grâce à d'habiles arrangements financiers, Sheridan rachète à Garrick sa part de Drury Lane, qui va devenir son théâtre et son gagne-pain. En 1777, il fera représenter un des chefs-d'œuvre de la comédie anglaise, L'École de la médisance (The School for Scandal), avec une distribution étincelante, puis en 1779 une farce, The Critic, qui reste une des meilleures satires de l'illusion théâtrale. Dès 1780, Sheridan se désintéresse du théâtre, dans lequel il ne voit plus qu'un moyen de financer sa vie politique, qui désormais l'accapare. Il reconstruit Drury Lane en 1794, y donnera Pizarro, tragédie à la mode du Sturm und Drang. Ruiné par un incendie en 1809 et pressé de dettes, il cède ses parts.

Sheridan

Photographie : Sheridan

Photographie

Une scène de L'École de la médisance (The School for Scandal), une comédie de l'Irlandais Richard Sheridan (1751-1816), montée au Arts Theatre Club de Londres, en 1945. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Sa carrière politique se poursuit avec des succès et des revers, car il s'est lié au parti whig et s'est fait le fidèle partisan du prince de Galles.

Sa fin aurait pu être lamentable : ivrogne accablé de dettes, ayant perdu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DULCK, « SHERIDAN RICHARD BRINSLEY - (1751-1816) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-brinsley-sheridan/