GÜIRALDES RICARDO (1886-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain dont l'œuvre est un bon exemple de cette littérature hispano-américaine qui, dans le premier quart du xxe siècle, tenta de réagir contre la tyrannie du « modernisme ». Cette réaction revêtit des formes diverses : du côté des poètes, elle se manifesta par une volonté de rupture avec l'esthétisme « moderniste » et par l'imitation de l'avant-garde européenne ; du côté des romanciers, elle prit plutôt la forme d'un retour aux source. On revenait aux thèmes plus « typiquement » hispano-américains, tout en conservant cette habitude salutaire inaugurée par les modernistes d'ébranler l'espagnol sclérosé du xixe siècle afin de l'adapter à une nouvelle réalité.

Parmi les romanciers qui tentèrent une nouvelle interprétation de la terre et des mythes hispano-américains au moyen de cette langue nouvellement libérée, il faut citer le Colombien José Eustasio Rivera (La Vorágine), le Vénézuelien Rómulo Gallegos (Doña Bárbara) et l'Argentin Ricardo Güiraldes qui donna peut-être le chef-d'œuvre du genre avec Don Segundo Sombra.

La nostalgie de l'Europe — point de départ de tant de vocations littéraires en Amérique latine — fut renforcée pour Güiraldes par l'expérience vécue. Né à Buenos Aires, il fut transplanté à Paris dès l'année 1887. Il y apprit le français en même temps que l'espagnol, ce qui explique, outre le penchant qu'il devait avoir pour la littérature française, cette langue truffée de gallicismes dont il allait se servir plus tard au grand scandale des puristes. De retour à Buenos Aires, son éveil à la littérature fut assez lent, marqué par des lectures où les écrivains européens, et surtout français de la fin du xixe siècle, tenaient une grande place. Sa vie intellectuelle se doublait d'une intense activité mondaine, souvent coupée par des voyages à Paris et des séjours à San Antonio de Areco où se trouvait la grande propriété rurale des Güiraldes. En 1919, il a déjà publié trois volumes qui connaissent un échec complet : des poèmes (El Cencerro de cristal, 1915 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la State University of New York, Buffalo

Classification

Autres références

«  GÜIRALDES RICARDO (1886-1927)  » est également traité dans :

GAUCHESQUE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 302 mots

Genre poétique hispano-américain qui imite les payadas (ballades que chantaient traditionnellement, sur accompagnement de guitare, les gauchos errants en Argentine et en Uruguay). Le terme inclut, par extension, le fonds littéraire sud-américain qui traite du mode de vie et des conceptions des gauchos. Le gaucho, qui avait longtemps fait partie de la littérature populaire sud-américaine, devint a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvia MOLLOY, « GÜIRALDES RICARDO - (1886-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ricardo-guiraldes/