LUGONES LEOPOLDO (1874-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lugones est considéré, avec Darío, comme l'un des plus grands poètes hispano-américains du début du xxe siècle, à l'âge d'or du mouvement moderniste (el modernismo). Le modernisme, tout en reconnaissant ses dettes envers les symbolistes français, est la première tentative sérieuse pour promouvoir une littérature originale qui échapperait enfin à l'imitation servile des modèles européens. Lugones adhère d'enthousiasme au mouvement, et sa poésie s'y exprime avec un bonheur certain. Mais cet homme aux énergies intellectuelles considérables ne se contente pas d'être poète d'une école, aussi prestigieuse soit-elle. Il répond à toutes les sollicitations de son temps : il pratique tout à la fois le journalisme, les sciences occultes et naturelles, la recherche historique, l'enseignement et, surtout, la politique. C'est à cette dernière activité qu'à partir de la quarantaine il va consacrer le plus clair de son temps, menant un combat douteux qui lui vaudra de solides inimitiés. La vie de Lugones est, d'après Borges, « l'histoire d'un homme solitaire, orgueilleux et courageux dont les livres éveillèrent l'admiration mais non point l'affection, et qui est mort, peut-être, sans avoir écrit le mot qui l'aurait exprimé ».

Un « poète socialiste »

Leopoldo Lugones naît à Villa María del Río Seco, petit village colonial de la province de Córdoba en Argentine, dans une vieille famille « créole ». Enfant prodige, lecteur vorace, il compose très tôt des poèmes qu'il déclame en public avec une grande éloquence. À dix-huit ans, il entre dans le journalisme, profession qu'il exercera jusqu'à sa mort, et il dirige un journal anticlérical et anarchisant El Pensamiento libre (La Libre Pensée). En 1895, il participe à des grèves d'étudiants, organise l'action directe contre le pouvoir établi et fonde un centre socialiste. Ses dons de poète et d'orateur commencent à être connus et, en 1896, ce « libéral rouge, subversif et incendiaire » s'installe à Buenos Aires : il entre au grand quotidien La Tribuna et fonde le journal socialiste La Montaña.

C'est à ce moment-là que se situe sa rencontre décisive avec Rubén Darío, pape de la nouvelle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur agrégé d'espagnol, maître assistant à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  LUGONES LEOPOLDO (1874-1938)  » est également traité dans :

HERRERA Y REISSIG JULIO (1873-1910)

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 185 mots

Poète uruguayen, Herrera y Reissig, tout en restant l'un des maîtres indiscutés de l'école moderniste, fut aussi au point de départ des tendances extrêmes de la poésie contemporaine, tant par son audace verbale que par la riche étrangeté de son vocabulaire et par l'ampleur de son inspiration, qui dépassent de loin les normes en cours à son époque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julio-herrera-y-reissig/#i_2862

QUIROGA HORACIO (1878-1937)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 774 mots

Écrivain uruguayen, Horacio Quiroga inaugure le réalisme magique dans la littérature latino-américaine. Il naquit à Salto, le 31 décembre 1878. Adolescent, il admire Gutiérrez Nájera, Bécquer, et connaît Leopoldo Lugones qui sera son idole. Il commence sa carrière littéraire, à Montevideo, avec un recueil poétique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horacio-quiroga/#i_2862

Pour citer l’article

Jean ANDREU, « LUGONES LEOPOLDO - (1874-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopoldo-lugones/