RHIZOPODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Thécamœbiens

Les Thécamœbiens diffèrent des Gymmamœbiens par la présence d'une coque, ou test, dans laquelle est logée l'amibe. Cette coque a souvent l'aspect d'une urne (ex. Euglypha) mais peut revêtir les formes les plus variables (en béret basque) ; elle est parfois ornementée d'épines (ex. Arcella). Elle possède une ouverture, ou pseudostome, par laquelle sortent les pseudopodes. Le test, secrété par l'amibe, est constitué d'écailles de nature chitinoïde (voisine de la kératine) et fréquemment imprégnées de silice. En outre, il est quelquefois complété par des matériaux empruntés au milieu extérieur (grains de sable, diatomées, etc.). La reproduction se fait par division : l'amibe envoie hors du pseudostome une évagination qui sécrète une nouvelle coque opposée à la coque mère par son pseudostome. Le noyau et le cytoplasme se divisent, et les deux cellules se séparent.

Division d'Euglypha tuberculata

Dessin : Division d'Euglypha tuberculata

Dessin

Division d'Euglypha tuberculata d'après Schewiakoff. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Thécamœbiens, fréquents dans les eaux douces, préfèrent les eaux acides et abondent dans les tourbières ; on les rencontre aussi dans les mousses et les sols, où ils résistent à la sécheresse en s'enkystant ; leurs populations semblent caractéristiques de certains types de sols.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Structure cytologique d'une amibe

Structure cytologique d'une amibe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Phagocytose

Phagocytose
Crédits : Wim Van Egmond/ Science Photo Library

photographie

Amibe dysentérique : cycle évolutif

Amibe dysentérique : cycle évolutif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Division d'Euglypha tuberculata

Division d'Euglypha tuberculata
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RHIZOPODES  » est également traité dans :

FORAMINIFÈRES

  • Écrit par 
  • Madeleine NEUMANN
  •  • 2 220 mots
  •  • 4 médias

Les Foraminifères forment un ordre appartenant à la classe des Rhizopodes et à l'embranchement des Protozoaires. Ce sont des organismes surtout marins, libres ou fixés, dont le protoplasme est protégé par une coquille ou test, initialement chitinoïde, presque toujours enrichie en matières minérales. Elles sont, soit sécrétées par l'animal, soit empruntées au milieu et soudées entre elles. Ce test […] Lire la suite

PROTISTES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 4 265 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classification »  : […] Les Protistes sont divisés en cinq grandes classes. Les Flagellés comprennent des formes à affinités végétales (Phytoflagellés) et des espèces typiquement animales qui peuvent être libres (Choanoflagellés) ou parasites (Trypanosomes), ou encore symbiotiques (Flagellés des Termites). Les Rhizopodes, dont le type est l'Amibe, semblent à première vue très éloignés des Flagellées et on les a longtemp […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « RHIZOPODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rhizopodes/