MASINA GIULIETTA (1921-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formée à l'école du théâtre et de la radio – où elle interprète des textes de Federico Fellini –, Giulietta Masina fait ses débuts au cinéma en 1948 (si l'on exclut une figuration dans Paisà de Roberto Rossellini) dans Sans pitié d'Alberto Lattuada. Remarquée tout de suite pour la sensibilité de son jeu malgré un physique ingrat qui la cantonne dans des rôles de composition, Giulietta Masina aurait pu n'être qu'une comédienne parmi d'autres, si Fellini n'avait trouvé en elle l'actrice d'exception capable de donner corps à ses élans visionnaires. Dans les années 1950, après Les Feux du music-hall où elle interprète le rôle d'une médiocre actrice dans une compagnie de variétés, il la dirige successivement dans La Strada (1954), Il Bidone (1955), Les Nuits de Cabiria (1957). La pauvre fille de La Strada, l'épouse frustrée d'Il Bidone, la prostituée émerveillée des Nuits de Cabiria expriment une sorte de pureté franciscaine. Gelsomina et Cabiria sont un peu le même personnage, porteur d'espérance et manifestant la volonté d'affronter la vie malgré les tourments et les malheurs. Dans un mouvement du visage et du corps dont la maîtrise et l'économie gestuelle la font parfois comparer à Charlie Chaplin, Giulietta Masina exprime la croyance en l'homme et l'espoir en la divinité selon l'apologue évoqué dans La Strada : même les petits cailloux du sol ont un sens dans la cosmogonie de l'univers. Masina a su donner un visage au mystère qui habite les films de Fellini : capable de rendre sensible à la grâce la plus endurcie des brutes (La Strada), forte au point de surmonter les plus grandes désillusions et de sourire à la vie (Les Nuits de Cabiria), la jeune femme est, dans ces années si riches du cinéma italien, la figure emblématique d'une spiritualité assumée.

Avec les années 1960 (si l'on tient compte aussi du fait que la comédienne a été dirigée pendant les années 1950 par Rossellini, Comencini, Castellani, Eduardo De Filippo) commence une sorte de marginalisation. Masina, pe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MASINA GIULIETTA (1921-1994)  » est également traité dans :

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 772 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Années d'apprentissage »  : […] Né à Rimini en 1920, Federico Fellini débarque à Rome en 1939, après quelques mois passés à Florence où il s'est initié au journalisme. Espéra-t-il vraiment devenir grand reporter, après avoir, dans son enfance, tenté de suivre un cirque ? Dans l'état actuel de la « légende Fellini », on peut dire que le collaborateur régulier de l'hebdomadaire sat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/federico-fellini/#i_90551

FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 105 mots

20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie. 1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers , de Brido Grignone (1925) au cinéma Fulgor. Il se passionne pour le dessin, les fumetti (bande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fellini-reperes-chronologiques/#i_90551

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « MASINA GIULIETTA - (1921-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giulietta-masina/