RELIGION (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Union ou séparation ?

La croyance religieuse, sentiment subjectif par excellence, sépare donc l’homme de ses semblables. On pourrait bien entendu nous objecter que dans le même temps elle rassemble tous ceux qui partagent la même foi. Faut-il s’en étonner ? La foi partagée par une communauté rassemble les fidèles mais ne peut qu’exclure tous ceux qui sont étrangers à la croyance commune. Rassembler en séparant, n’est-ce pas le destin indépassable de toute religion ? Le philosophe contemporain Régis Debray, aussi bien dans sa Critique de la raison politique (1981) que dans Le Feu sacré (2003), n’a cessé d’approfondir les analyses démontrant cette double fonction.

Il résume ses conclusions dans cette formule tirée du Feu sacré : « Impossible de faire sentir aux miens “la douceur d’être inclus” sans infliger à d’autres la douleur d’être exclus. » Tant que les sociétés humaines étaient homogènes, une unique croyance collective rassemblait tous les membres du groupe. Réuni avec ses proches dans l’enceinte sacrée du temple (fanum, en latin), fanaticus est par là même l’homme situé à l’intérieur de l’enceinte. Pris dans ce sens restreint, fanaticus n’a rien de péjoratif et ne vise pas l’horreur du fanatisme, mais indique seulement l’inclusion évoquée par Régis Debray. À l’extérieur de l’enceinte sacrée se trouve le profanum (étymologiquement, « ce qui est devant le temple », donc à l’extérieur du temple), l’espace profane, la dimension où réside l’étranger, l’autre, l’impur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

30 juillet 2018 Comores. Référendum constitutionnel.

Elle érige enfin l’islam en religion d’État et fait du sunnisme la base de l’« identité nationale ». L’approbation de la réforme constitutionnelle ouvre la voie à des élections anticipées en 2019. […] Lire la suite

28 novembre 1996 Algérie. Référendum constitutionnel

Celle-ci accroît la concentration des pouvoirs entre les mains du président Zeroual, consacre l'islam comme religion d'État, interdit les partis fondés sur une base religieuse, linguistique ou régionale et prévoit la création d'une seconde Assemblée dont un tiers des membres sera nommé par le chef de l'État. Le taux de participation est de 79,80 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « RELIGION (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-notions-de-base/