RELIGION (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Raison et foi

En opposant à la raison le sentiment, l’auteur de la Phénoménologie de l’esprit s’inscrit dans l’héritage cartésien. « Sentiment » ne désigne pas seulement ici l’affectivité (les émotions ou le jeu des passions), mais plus généralement la sphère de la subjectivité explorée pour la première fois par Descartes (1596-1650). En disant « je crois », et tant qu’il refuse de faire l’effort de traduire dans la langue du concept le vécu de sa croyance, le fidèle se sépare de ses congénères. Dire « je crois », et s’en tenir à ce dire, c’est implicitement déclarer : je vis au fond de moi une expérience qui est irréductiblement la mienne, une expérience à laquelle tu n’as pas accès. D’où l’usage qui pourrait sembler scandaleux de l’adjectif « animal » pour catégoriser le sentiment religieux. « Animal » est pourtant sans conteste ce sentiment si celui qui s’y réfère ne tente en aucune façon de quitter la sphère de son intériorité subjective pour gagner l’« agora », pour rejoindre l’espace commun où les hommes peuvent se rencontrer. « Animal », car c’est bien cette incapacité à sortir de leur monde propre, de leur bulle, pourrait-on dire, qui caractérise les vivants non humains. L’être humain dispose lui aussi de cette intériorité, de cet espace intime assurément respectable. Mais, comme le dit le philosophe, ce qui est le plus humain en l’homme n’est pas cette vie subjective dont jouissent comme lui tous les vivants, mais bien cette capacité unique de « tendre à l’accord mutuel ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Les derniers événements

30 juillet 2018 Comores. Référendum constitutionnel.

Elle érige enfin l’islam en religion d’État et fait du sunnisme la base de l’« identité nationale ». L’approbation de la réforme constitutionnelle ouvre la voie à des élections anticipées en 2019. […] Lire la suite

28 novembre 1996 Algérie. Référendum constitutionnel

Celle-ci accroît la concentration des pouvoirs entre les mains du président Zeroual, consacre l'islam comme religion d'État, interdit les partis fondés sur une base religieuse, linguistique ou régionale et prévoit la création d'une seconde Assemblée dont un tiers des membres sera nommé par le chef de l'État. Le taux de participation est de 79,80 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « RELIGION (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-notions-de-base/