HEYDRICH REINHARD (1904-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du directeur du conservatoire de musique de Halle, Reinhard Heydrich est considéré par ses maîtres et ses camarades comme un sujet extraordinairement brillant. La défaite de 1918 bouleverse Heydrich, élevé par ses parents et ses maîtres dans un esprit farouchement nationaliste. En 1922, il quitte Halle pour se présenter à Kiel en qualité d'aspirant de marine. Il passe aisément les grades : enseigne de vaisseau de deuxième classe (1924), lieutenant de vaisseau (1928). En 1930, il devient membre de l'état-major de l'amiral-commandant à Kiel en qualité d'officier de transmissions au service de renseignements (Nachrichtenmitteloffizier). Il est chassé de la marine en avril 1931 pour « cause d'indignité » : il a refusé d'épouser une jeune fille enceinte de ses œuvres. Le 14 juillet 1931, Heydrich entre dans la SS, le corps noir, comme simple SS, mais il va gravir très rapidement tous les échelons de la hiérarchie : le 31 mars 1933, à 29 ans, il sera Oberführer (titre sans équivalence en France, entre colonel et général). Le Reichsführer SS, Heinrich Himmler, l'a chargé de constituer un service de renseignements spécifiquement SS. Heydrich va s'occuper de ce travail qu'il mènera à bien, au-delà de toutes espérances, avec une fougue et une intelligence peu communes. Il fonde le SD (Sicherheitsdienst : Service de renseignements de sûreté). Les ambitions de Heydrich sont sans limite. Dès 1931, il est convaincu que tôt ou tard, Hitler prendra le pouvoir. C'est pourquoi il crée délibérément — presque à l'insu de Himmler — à l'intérieur même des SS une organisation bien à lui pour doubler et, si nécessaire, remplacer tout l'appareil du gouvernement ; il amorce ainsi la constitution d'un État dans l'État. Il laisse à d'autres les débats idéologiques, les recherches rituelles pour servir le mythe du sang et la formation d'unités militaires SS. Politique avant tout, Heydrich estime que les SS doivent être prêts, à tout instant, à prendre en main l'exercice du pouvoir. Malheureusement, les effectifs de la SS sont encore bien maigres et, surtout, la valeur intellectuelle du SS moyen est bien faible. Heydrich se met à recruter pour son SD des jeunes gens doués et capables d'exécuter ses ordres avec énergie, audace et efficacité. En peu de temps, le SD devient le lieu de rencontre de la jeune élite intellectuelle nationale-socialiste. Tous ses membres vont accéder aux plus hauts postes, au cours des années qui suivront la prise du pouvoir par Hitler. Jusqu'à la prise du pouvoir par les nazis en 1933, le SD de Heydrich s'occupe, avant tout, de recueillir des renseignements sur les adversaires des nazis, tout en surveillant très attentivement l'activité des chefs du parti eux-mêmes et, plus spécialement, à la demande personnelle de Hitler, celle de Röhm et des chefs des SA. Après le 30 janvier 1933, le SD amplifie son action. Himmler définit ainsi son rôle : « Le SD démasque les adversaires de l'idée nationale-socialiste et oriente ainsi l'action de la police ». Car le côté exécutif est réservé strictement à la police. Peu enclins à se voir confinés dans un rôle d'adjoints de la Gestapo, les têtes de l'organisation se donnent un objectif plus élevé : « le SD sera une police de l'esprit, l'instrument de mesure et de contrôle de la pensée. » Cependant, si les chefs du SD étaient des intellectuels, les groupes d'action étaient composés d'exécutants aveugles pour qui la mort d'un homme ne comptait pas. Peu à peu, Heydrich — dans l'ombre de Himmler — devint l'homme le plus redoutable du IIIe Reich, maître de toutes les polices, de l'espionnage et de la Gestapo. Nommé, en 1942, successeur de von Neurath, protecteur de Bohême et de Moravie, il mène dans ces régions une politique à la fois répressive et paternaliste, améliorant sensiblement le sort des populations paysannes et ouvrières (négligées depuis 1919 au profit de la bourgeoisie). Deux soldats tchèques, formés à Londres, sont parachutés en Tchécoslovaquie avec mission d'assassiner Heydrich. Ils réussissent dans leur mission et cet attentat est prétexte à une répression allemande particulièrement féroce : le village de Lidice, par exemple, est rayé de la carte.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HEYDRICH REINHARD (1904-1942)  » est également traité dans :

BLOMBERG WERNER baron von (1878-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 345 mots

Officier d'état-major de la Reichswehr, Blomberg est, à partir de 1925, chef du département de l'instruction puis, en 1927, du département des troupes. À ces titres, il collabore avec l'Armée rouge et se lie de sympathie avec le futur maréchal soviétique Toukhatchevski. En 1929, il est nommé commandant en chef de l'importante circonscription militaire de Königsberg. À partir de 1930, Blomberg — sa […] Lire la suite

CHEŁMNO

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Chełmno (en polonais), ou Kulmhof en (allemand), fut un camp d'extermination nazi situé sur la rivière Ner, tributaire de la Warta, dans l'ouest de la Pologne. Il fut utilisé de décembre 1941 à janvier 1945 pour exterminer des juifs en grande majorité polonais et, dans une moindre mesure, des prisonniers de guerre russes et des Tziganes. De 170 000 à 360 000 personnes y ont péri. Premier camp […] Lire la suite

WANNSEE CONFÉRENCE DE (20 janv. 1942)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Réunissant une quinzaine de dignitaires ou de hauts fonctionnaires du régime nazi sous la présidence de Reinhard Heydrich et en présence d'Adolf Eichmann, la conférence de Wannsee (du nom d'un faubourg de Berlin) se tient le 20 janvier 1942, dans le but de résoudre les problèmes logistiques posés par la « solution finale » de la question juive, souhaitée de longue date par Hitler et décidée en jui […] Lire la suite

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 886 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'entreprise d'extermination »  : […] Rappelons au départ les traits majeurs du génocide et son bilan. L'entreprise d'extermination commença en 1941 . Dans les années précédentes, les juifs avaient eu à subir discriminations et violences de la part du régime nazi. Plusieurs centaines de juifs allemands furent assassinés dans les mois qui suivirent la prise du pouvoir en 1933 et surtout lors du pogrom d'État connu sous le nom de Nuit […] Lire la suite

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 877 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Occupation et libération (1939-1945) »  : […] L'administration du protectorat fut confiée au baron von Neurath, assisté par le secrétaire d'État K. Frank (un des dirigeants des Allemands des Sudètes) et des services correspondant aux différents ministères. Dans chaque province, l'autorité était exercée par un Oberlandrat. Les Allemands tinrent à conserver en poste le président Hácha, un ministère et des fonctionnaires tchèques. Ils patronnère […] Lire la suite

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 950 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le système concentrationnaire et l'antisémitisme »  : […] Créés en 1933 pour accueillir les opposants au régime, les camps de concentration, qui s'étaient sensiblement vidés en 1939, à la mobilisation, virent leur importance s'accroître avec la guerre. On y rassembla, outre les Allemands, les antifascistes et les Juifs des territoires occupés : en même temps, les camps changèrent de fonction. Baptisés d'abord camps de rééducation, ils devinrent des camp […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « HEYDRICH REINHARD - (1904-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reinhard-heydrich/