HEYDRICH REINHARD (1904-1942)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du directeur du conservatoire de musique de Halle, Reinhard Heydrich est considéré par ses maîtres et ses camarades comme un sujet extraordinairement brillant. La défaite de 1918 bouleverse Heydrich, élevé par ses parents et ses maîtres dans un esprit farouchement nationaliste. En 1922, il quitte Halle pour se présenter à Kiel en qualité d'aspirant de marine. Il passe aisément les grades : enseigne de vaisseau de deuxième classe (1924), lieutenant de vaisseau (1928). En 1930, il devient membre de l'état-major de l'amiral-commandant à Kiel en qualité d'officier de transmissions au service de renseignements (Nachrichtenmitteloffizier). Il est chassé de la marine en avril 1931 pour « cause d'indignité » : il a refusé d'épouser une jeune fille enceinte de ses œuvres. Le 14 juillet 1931, Heydrich entre dans la SS, le corps noir, comme simple SS, mais il va gravir très rapidement tous les échelons de la hiérarchie : le 31 mars 1933, à 29 ans, il sera Oberführer (titre sans équivalence en France, entre colonel et général). Le Reichsführer SS, Heinrich Himmler, l'a chargé de constituer un service de renseignements spécifiquement SS. Heydrich va s'occuper de ce travail qu'il mènera à bien, au-delà de toutes espérances, avec une fougue et une intelligence peu communes. Il fonde le SD (Sicherheitsdienst : Service de renseignements de sûreté). Les ambitions de Heydrich sont sans limite. Dès 1931, il est convaincu que tôt ou tard, Hitler prendra le pouvoir. C'est pourquoi il crée délibérément — presque à l'insu de Himmler — à l'intérieur même des SS une organisation bien à lui pour doubler et, si nécessaire, remplacer tout l'appareil du gouvernement ; il amorce ainsi la constitution d'un État dans l'État. Il laisse à d'autres les débats idéologiques, les recherches rituelles pour servir le mythe du sang et la formation d'unités militaires SS. Politique avant tout, Heydrich estime que les SS doivent être prêts, à tout instant, à prendre en main l'exercice du pouvoir. Malheur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HEYDRICH REINHARD (1904-1942)  » est également traité dans :

BLOMBERG WERNER baron von (1878-1946)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 345 mots

Officier d'état-major de la Reichswehr, Blomberg est, à partir de 1925, chef du département de l'instruction puis, en 1927, du département des troupes. À ces titres, il collabore avec l'Armée rouge et se lie de sympathie avec le futur maréchal soviétique Toukhatchevski. En 1929, il est nommé commandant en chef de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/werner-blomberg/#i_42136

CHEŁMNO

  • Écrit par 
  • Michael BERENBAUM, 
  • Universalis
  •  • 368 mots

qui y furent tués venaient du ghetto de |Lodz et de 36 agglomérations de la Pologne occidentale. Y moururent également 88 enfants originaires de Lidice, dont la population fut anéantie en guise de représailles collectives pour l'assassinat, en mai 1942, de Reinhard Heydrich, par deux habitants de cette ville tchécoslovaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chelmno/#i_42136

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 886 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'entreprise d'extermination »  : […] ce procès-verbal fut épuré ; tout ne devait pas apparaître de ce qui avait été dit, mais l'essentiel devait s'y trouver. Convoquée par Reinhard Heydrich, l'un des adjoints de Heinrich Himmler et le responsable direct de la police nazie, cette conférence réunissait les secrétaires d'État des principaux ministères. Himmler et Heydrich, sur qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shoah/#i_42136

TCHÉCOSLOVAQUIE

  • Écrit par 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Michel LARAN, 
  • Jacques RUPNIK
  •  • 12 876 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Occupation et libération (1939-1945) »  : […] , où ils poussent Beneš à se rapprocher plus étroitement de l'U.R.S.S. À Prague, von Neurath est remplacé en septembre 1941 par Reinhard Heydrich, qui organise la terreur dans le protectorat avant d'être mortellement blessé, le 27 mai 1942, lors d'un attentat monté par des Tchèques venus d'Angleterre. Son successeur, le général de S.S. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchecoslovaquie/#i_42136

TROISIÈME REICH (1933-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert BADIA
  •  • 9 947 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le système concentrationnaire et l'antisémitisme »  : […] Les grandes lignes de ce plan furent arrêtées au cours d'une conférence qui se tint le 20 janvier 1942 à Wannsee, près de Berlin, sous la présidence de Reinhard Heydrich, adjoint de Himmler. Le procès-verbal précise : « La solution finale [Endlösung] du problème juif en Europe sera appliquée à 11 millions de personnes environ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-reich/#i_42136

WANNSEE CONFÉRENCE DE (20 janv. 1942)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 212 mots
  •  • 1 média

Réunissant une quinzaine de dignitaires ou de hauts fonctionnaires du régime nazi sous la présidence de Reinhard Heydrich et en présence d'Adolf Eichmann, la conférence de Wannsee (du nom d'un faubourg de Berlin) se tient le 20 janvier 1942, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-wannsee/#i_42136

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « HEYDRICH REINHARD - (1904-1942) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reinhard-heydrich/