RAYONNEMENT COSMIQUERayons gamma cosmiques

Médias de l’article

Fenêtres sur l'Univers

Fenêtres sur l'Univers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Pulsars : rayons gamma

Pulsars : rayons gamma
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Galaxie : régions centrales

Galaxie : régions centrales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les sources de rayons gamma cosmiques associées aux étoiles

Le Soleil rayonne en période d'éruption une composante continue (parfois observée jusqu'à 100 MeV et plus) due à l'interaction des particules accélérées lors de l'éruption. On détecte également lors de certains événements une série de raies gamma. Les plus intenses sont les raies de désexcitation nucléaire à 4,44 et 6,13 MeV résultant des diffusions inélastiques des protons accélérés sur des noyaux de carbone et d'oxygène, la raie à 2,22 MeV attribuée au processus de capture d'un neutron par un proton, et la raie à 0,511 MeV résultant de l'annihilation des positons. Les autres émissions gamma stellaires répertoriées concernent les étoiles massives dans leurs stades ultimes d'évolution, à commencer par les explosions de supernovae aptes à synthétiser maints isotopes radioactifs. Le plus commun dans les mois qui suivent l'événement est l'isotope du cobalt 56Co, dont la durée de vie est d'environ cent quatorze jours. L'émission continue découverte entre 0,02 et 0,2 MeV par le spectromètre allemand H.E.X.E. (High Energy X-Ray Experiment) sur la station spatiale Mir, six mois après l'explosion de SN 1987A, la supernova apparue le 24 février 1987 à 135 000 années-lumière du Soleil dans le Grand Nuage de Magellan, fut ainsi attribuée à la diffusion Compton de photons gamma produits par la décroissance 56Co → 56Fe et diffusés par la matière en expansion rapide éjectée lors de l'explosion. La transparence de l'enveloppe augmentant, les raies gamma correspondantes (à 0,847 et 1,24 MeV) furent identifiées par le spectromètre du satellite américain S.M.M. (Solar Maximum Mission) et par des semi-conducteurs au germanium portés par des ballons stratosphériques, apportant ainsi la confirmation historique des théories sur les supernovae.

L'aptitude des étoiles à neutrons à accélérer des électrons relativistes, attestée dès la découverte des


pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique, chef du groupe d'astronomie gamma spatiale
  • : docteur d'État en physique (spécialité astrophysique), directeur adjoint du laboratoire Astroparticule et cosmologie (A.P.C.), chercheur au Commissariat à l'énergie atomique
  • : chargé de recherche au C.N.R.S., Institut d'astrophysique de Paris

Classification


Autres références

«  RAYONNEMENT COSMIQUE  » est également traité dans :

RAYONNEMENT COSMIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 359 mots

Le Soleil et les étoiles rayonnent : ils émettent quelque chose qui nous parvient et que nous pouvons détecter. Dans le langage commun, le rayonnement concerne la plupart du temps la chaleur ou la lumière. Pour le physicien, c'est un peu différent. De son point de vue, la chaleur se « propage » de trois manières : si la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-vue-d-ensemble/

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 240 mots
  •  • 8 médias

Les rayons cosmiques sont des noyaux atomiques et des particules élémentaires qui voyagent dans l'espace à des vitesses voisines de celle de la lumière . Certains d'entre eux s'approchent suffisamment de la Terre pour être détectés par des instruments placés dans des satellites en orbite terrestre ou dans des sondes spatiales. D'autres pénètrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons X cosmiques

  • Écrit par 
  • Monique ARNAUD, 
  • Robert ROCCHIA, 
  • Robert ROTHENFLUG
  •  • 6 550 mots
  •  • 10 médias

Opaque aux rayons X, l'atmosphère terrestre empêche l'observation des photons X extraterrestres depuis le sol. La date de naissance de l' astronomie des rayons X peut être située le 18 juin 1962, lorsqu'un détecteur sensible à ce type de rayonnement, placé à bord d'une fusée-sonde de la N.A.S.A., découvrait l'existence d'une source X située hors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-x-cosmiques/

ONDES GRAVITATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 5 718 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Détection directe d’ondes gravitationnelles »  : […] une source d’ondes avant de mesurer leur effet sur un détecteur. Comme dans le cas des rayons cosmiques qui bombardent la Terre sans que l’on comprenne toujours d’où ils viennent et comment ils ont acquis leur énergie, le physicien en quête des ondes gravitationnelles doit espérer que la nature lui fournira une source dont on comprend qu’elle sera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-gravitationnelles/#i_49008

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques PAUL, François LEBRUN, Robert MOCHKOVITCH, « RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons gamma cosmiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-gamma-cosmiques/