QUENEAU RAYMOND (1903-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une morale

Malgré la méfiance que professait Raymond Queneau à l'égard des faiseurs de systèmes et le peu d'empressement qu'il mettait à donner des leçons, il est clair que l'on peut distinguer, dans son œuvre, l'ombre d'une morale : c'est là le propre de tout univers cohérent, qu'il soit réel ou imaginaire. Cette morale, assez curieusement, ne coïncide pas tout à fait avec celle de la société des hommes. Cet écrivain réaliste ne restitue pas le monde tel qu'il est : il le corrige. Mais, comme il le corrige par de simples (quoique pas innocentes) omissions, ce qu'il nous en montre nous paraît parfaitement authentique.

Par exemple, il n'y a pas un seul salaud dans cette œuvre qui fait vivre pourtant des centaines de personnages – en réalité, il y en a un : Bébé Toutout, le gnome diabolique du Chiendent ; et ce n'est pas exactement un homme.

Je crois qu'il faut faire ici la part de la malice : Queneau choisit, parce que c'est plus agréable, de ne parler que des gens sympathiques, de ceux qu'il aurait du plaisir à fréquenter. Il fait même un instant semblant de croire aux rossignols humanistes, et que tous les hommes sont de bonne volonté. Mais il laisse traîner, ici ou là, un signe révélateur, un indice de sa fausse naïveté.

Le mot « malice » est préférable au mot « humour », et pas seulement parce que, de celui-ci, on use à tort et à travers. L'humour est plein de replis ombreux, d'âcres touffeurs et de ricanements que l'on ne découvre jamais au fond des choses, chez Queneau. C'est peut-être à son ascendance campagnarde qu'il doit cela : les paysans, même les plus rusés, sont doués d'une trop bonne humeur pour avoir de l'humour ! La malice, en revanche, convient tout à fait à leur façon de voir, de comprendre et de raconter les choses. Enfin, si l'on se posait sérieusement la question, on pourrait se reporter à l'article « L'Humour et ses victimes », publié en 1938 dans Volontés, et repris, trente-cinq ans plus tard, dans Le Voyage en Grèce. Il ne résout pas le problème : il jette le lecteur de bonne foi dans une saine perplex [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUENEAU RAYMOND (1903-1976)  » est également traité dans :

ART & MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges CHARBONNIER
  •  • 4 442 mots

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Il semble que jusqu'à présent l'utilisation des mathématiques dans les différents arts ait répondu à des motivations assez différentes. De façon générale, les notions mises en œuvre par les musiciens sont plus complexes que les notions auxquelles les écrivains ont eu recours. Pour les musiciens et les plasticiens, la mathématique est un instrument. Pour les écrivains, et particulièrement Raymond Q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-mathematique/#i_42057

BLAVIER ANDRÉ (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 660 mots

Né le 23 octobre 1922 à Hodimont (Belgique), André Blavier commence à se passionner pour les « fous littéraires » alors qu'il est jeune bibliothécaire à Verviers. Il va rassembler ce qui deviendra une des plus belles bibliothèques consacrées non seulement à ce thème, mais aussi au surréalisme et à Raymond Queneau. Car sa rencontre avec l'auteur du Chiendent décide de sa vie, en même temps qu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-blavier/#i_42057

LE DIMANCHE DE LA VIE, Raymond Queneau - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 024 mots

Publié en 1952, Le Dimanche de la vie est le huitième des romans de Raymond Queneau . Succédant aux Exercices de style (1947), dont il a la virtuosité d'écriture, précédant Zazie dans le métro (1959), dont il possède déjà la fantaisie langagière, il leur ajoute une dimension douce-amère qui en fait un des ouvrages les plus représentatifs de l'auteur. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-dimanche-de-la-vie/#i_42057

FOURIÉRISME

  • Écrit par 
  • Simone DEBOUT-OLESZKIEWICZ
  •  • 4 168 mots

Dans le chapitre « Une pensée sauvage »  : […] Il n'est pas surprenant qu'une telle pensée sauvage, qui combine l'analyse minutieuse des secrets du désir et les considérations encyclopédiques ou cosmogoniques, ait trouvé d'amples échos en des temps proches encore de la Révolution. Fourier, ce provincial né à Besançon en 1772, reprend le souffle de liberté renversant les vieux mondes et prolonge, en imagination, la grande vacance des institutio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fourierisme/#i_42057

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Entendue au sens strict, l'expression désigne les auteurs qui firent l'objet des recherches de Raymond Queneau dans les années trente, et dont il incorpora les résultats à son roman, Les Enfants du limon (1938), dans lequel le héros s'intéresse à son tour de près aux fous littéraires. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_42057

LE LIONNAIS FRANÇOIS (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 1 392 mots

Ingénieur chimiste de formation, François Le Lionnais aimait se présenter comme mathématicien. Jeune encore, il s'occupe du téléphone automatique. Résistant, il est déporté à Dora où il sabote le système de guidage des V2. Après la guerre, cet ami de Marcel Duchamp fondera, avec Raymond Queneau, l'Oulipo. François Le Lionnais a toujours eu des activités variées, la principale ayant été celle de co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-le-lionnais/#i_42057

OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 1 018 mots

La complicité intellectuelle de Raymond Queneau, écrivain frotté de mathématiques et de François Le Lionnais, homme de science passionné de littérature, marque la véritable origine de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle). Autour d'eux, en novembre 1960, se rassemblent écrivains et mathématiciens (certains ont les deux compétences). Jacques Bens, Claude Berge, Jean Lescure, Jean Queval, Al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oulipo/#i_42057

PARIS MA GRAND'VILLE (R. Grenier) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 953 mots

Dans le chapitre « Traces et silhouettes »  : […] Pour évoquer son Paris intime, Roger Grenier suit les lieux où il a habité, combattu, aimé ou travaillé. S'il en respecte la chronologie, c'est avec le sourire d'un lecteur de Tchekhov. Sa vie ne fut pas un rêve : nombreux, mais sans misérabilisme, sont les souvenirs de l'ancien journaliste qui vécut d'expédients, entre une Pléiade de Baudelaire et quelques flocons d'avoine, dans de petites chambr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris-ma-grand-ville/#i_42057

PUECH HENRI-CHARLES (1902-1986)

  • Écrit par 
  • Michel TARDIEU
  •  • 1 378 mots

Né à Montpellier, Henri-Charles Puech entre, après sa licence ès lettres, à l'École normale supérieure, où il passe la licence (1922), puis l'agrégation de philosophie (1924). Après son service militaire , il devient pensionnaire de la fondation Thiers jusqu'en 1929. Il fréquente les cercles surréalistes avec celui qui restera son compagnon de toujours, Raymond Queneau, d'un an son cadet. En 1927 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-charles-puech/#i_42057

ROMAN - Le nouveau roman

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 4 683 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Influences, ruptures et manifestes »  : […] Le nouveau roman est spécifiquement français, voire parisien (ce qui ne l'a pas empêché de connaître une grande fortune à l'étranger, notamment aux États-Unis). Cette origine se perçoit à l'adjectif « nouveau », qui a servi, chez nous, d'autres effets de mode. On l'expliquera par la tradition du roman français, réputée pour ses vertus de clarté et pour la priorité qu'elle accorde à la psychologie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-nouveau-roman/#i_42057

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge de raison (1925-1939) »  : […] Marqués par la crise des grands systèmes de représentation du monde, les surréalistes étaient en quête de nouveaux fondements. Comme leurs contemporains marxistes, comme déjà les romantiques du siècle précédent, ils recherchaient les lois sur lesquelles asseoir une nouvelle approche de l'homme. Ils ne pouvaient par conséquent se contenter d'entériner les recherches de leur temps sans les réévaluer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_42057

Pour citer l’article

Jacques BENS, « QUENEAU RAYMOND - (1903-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-queneau/