GIEC (5e RAPPORT D'ÉVALUATION DU)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tous les cinq à six ans le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (G.I.E.C.), créé en 1988 sous l‘auspice de deux institutions onusiennes, le Programme des Nations unies pour l’environnement (P.N.U.E.) et l’Organisation météorologique mondiale (O.M.M.), nous livre son diagnostic vis-à-vis du rôle potentiel des activités humaines sur le climat. Dans son rôle d’évaluation, le G.I.E.C. s’appuie en priorité sur les articles publiés depuis le précédent rapport (2007), pour l’essentiel dans des revues à comité de lecture. Il s’est organisé en trois groupes respectivement consacrés aux éléments scientifiques (groupe I), aux impacts, aux vulnérabilités et à l’adaptation des sociétés (groupe II) et à l’atténuation du processus (groupe III). Les rapports, volumineux, de chacun de ces trois groupes sont complétés par un résumé technique plus synthétique et par un résumé pour décideurs assez court après approbation par l’assemblée plénière du G.I.E.C. (http://www.développement-durable.gouv.fr/Presentation-du-GIEC.html). Le cinquième rapport du G.I.E.C. a été publié dans son intégralité en 2014. Il inclut les rapports de ces trois groupes successivement présentés en septembre 2013, puis en mars et avril 2014, le processus ayant été finalisé en octobre 2014. Ce cinquième rapport ne laisse pas de place au doute : si notre développement continue à s’appuyer sur une utilisation croissante des combustibles fossiles, principaux contributeurs à l’augmentation de l’effet de serre, il sera extrêmement difficile – dans certains cas impossible – de s’adapter à un réchauffement qui, en moyenne, pourrait atteindre 4 0C d’ici la fin du xxie siècle.

Le rapport confirme que le réchauffement est sans équivoque. Il ajoute que nombre de changements observés depuis les années 1950 sont sans précédent dans les dernières décennies, voire dans les derniers millénaires. Ainsi, dans l’hémisphère Nord, la période 1983-2012 a probablement été la période de tren [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au Commissariat à l'énergie atomique, directeur de l'institut Pierre-Simon-Laplace des sciences de l'environnement global, président du conseil d'administration de l'institut polaire français Paul-Émile-Victor

Classification

Pour citer l’article

Jean JOUZEL, « GIEC (5e RAPPORT D'ÉVALUATION DU) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rapport-d-evaluation-du-g-i-e-c-5e/