ROY RĀM MOHAN (1772-1833)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brahmane, né dans une famille orthodoxe du Bengale, l'un des représentants les plus intéressants de ces hindous qui s'efforcèrent d'harmoniser le Dharma (la « norme » universelle, la « loi » religieuse traditionnelle) et les valeurs positives de la civilisation occidentale. Rām Mohan Roy se prépara à un emploi de fonctionnaire à la cour des souverains moghols, ce qui le conduisit à étudier dans sa jeunesse non seulement le sanskrit, mais aussi le persan, l'arabe et, plus tard, l'anglais. Divers incidents firent de lui un adversaire déterminé de l'intolérance religieuse ; ayant eu l'occasion d'assister au « sacrifice » forcé d'une veuve (qui, selon la coutume de la satī, fut brûlée vive sur le bûcher funéraire de son mari), il décida de « réformer » l'hindouisme, c'est-à-dire, dans son esprit, de le rapprocher le plus possible du christianisme, tel qu'il le voyait pratiqué par les missionnaires protestants. En 1828, il fonda le Brāhmo Samāj (Société de Dieu), sorte de club (ou d'église) où l'on se réunissait pour « louer Dieu » dans une salle nue, dépourvue d'images et d'autel. Le culte, excluant les sacrifices à accomplir et les offrandes, consistait seulement à chanter des cantiques d'inspiration monothéiste. Simultanément, le Samāj était un lieu de rencontre entre intellectuels engagés dans l'action pour la réforme de la société indienne. De ce point de vue, l'importance du Brāhmo Samāj fut considérable : c'est grâce à sa propagande que l'on finit par interdire la satī et les mariages d'enfants. Des écrivains tels que Tagore ont reconnu la dette morale qu'ils avaient contractée vis-à-vis de Roy ; à la mort de celui-ci, de nombreux autres Samāj existaient en Inde.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  ROY RAM MOHAN (1772-1833)  » est également traité dans :

BENGALI LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • France BHATTACHARYA, 
  • Jharna BOSE
  •  • 5 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La poésie narrative : Mangal et Vijay Kāvya »  : […] Les œuvres inspirées par les cultes locaux dérivés du bouddhisme présentent la forme de poèmes narratifs récités ou chantés, avec accompagnement d'instruments (instruments de percussion ; bracelets de chevilles à clochettes ; l' èktārā , instrument à corde unique) et de marionnettes (le terme pānchālikā – marionnettes – est à l'origine de pānchāl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-bengali/#i_36919

BRĀHMO SAMĀJ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 449 mots

Nom donné par son fondateur à l'un des puissants courants réformateurs qui se sont manifestés depuis le début du xix e  siècle au sein de l'hindouisme. De telles tendances ont toujours existé en Inde, notamment avec les prédications de Chaitanya et de Kabīr ( xv e  s.), ou de Tukārām ( xvii e  s.). Cependant, c'est après l'installation des Anglais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmo-samaj/#i_36919

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  La littérature anglophone »  : […] La littérature indienne anglophone est née parmi les élites anglicisées du Bengale, berceau de l'occupation étrangère dans le pays. Inscrite dès le départ dans une optique multiculturelle, l'œuvre de Rām Mohan Roy (1772-1833) vise une synthèse entre l'Orient et l'Occident. Depuis le siècle dernier, l'Inde exerce sur l'Europe une puissante fascinat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_36919

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ROY RĀM MOHAN - (1772-1833) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ram-mohan-roy/