BRĀHMO SAMĀJ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom donné par son fondateur à l'un des puissants courants réformateurs qui se sont manifestés depuis le début du xixe siècle au sein de l'hindouisme. De telles tendances ont toujours existé en Inde, notamment avec les prédications de Chaitanya et de Kabīr (xve s.), ou de Tukārām (xviie s.). Cependant, c'est après l'installation des Anglais dans le pays que le mouvement réformateur prit toute son ampleur, en particulier à la suite de l'activité des missionnaires protestants dont les hindous cultivés ressentirent profondément le défi : les accusations d'idolâtrie, voire de barbarie (notamment à propos des mariages d'enfants, des « suicides » forcés des veuves sur le bûcher crématoire de leur mari) formulées contre leur religion les affectèrent au point que certains tentèrent de réformer celle-ci en supprimant de telles coutumes.

Le premier à tenter cette réforme fut un brahmane bengali du nom de Rām Mohan Roy (1772-1833). Élevé pour devenir un fonctionnaire de la cour du Grand Moghol, Roy apprit plusieurs langues (dont le persan, l'anglais et l'arabe) ; fonctionnaire, il fit la connaissance de divers intellectuels indiens et fréquenta des Européens. En 1814, il abandonna son emploi pour se consacrer à son œuvre spirituelle, et il fonda successivement diverses associations avant de créer en 1828 le Brāhmo Samāj (nom qu'il traduisit lui-même par l'expression anglaise de « Society of God »), l'objectif de cette société étant d'apprendre aux gens de bonne volonté comment honorer Dieu sans idolâtrie. On se réunit dans une salle nue, dépourvue de toute imagerie religieuse, et la seule forme de culte tolérée est le chant en commun d'hymnes et de prières, pourvu que ces textes soient (ou paraissent être) d'inspiration monothéiste. Par là, on voit à quel point Roy a été influencé par le protestantisme, l'islam et la franc-maçonnerie.

L'impact de la société sur les masses hindoues est nul, mais nombreux sont les intellectuels qui, surtout au Bengale, considèrent le mouvement avec sympathie. Le père de Tagore, par exemple, fut membre du Brāhmo Samāj. Une filiale de la société fut fondée en Inde occidentale (le Prārthanā Samāj, de Bombay), mais les deux groupements eurent du mal à survivre à leur fondateur. Comme il arrive si souvent dans l'Inde moderne, les successeurs de Roy en vinrent à consacrer leurs efforts à la fondation d'œuvres charitables et de maisons d'édition, qui ont perpétué jusqu'à nos jours le souvenir du fondateur.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  BRAHMO SAMAJ  » est également traité dans :

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les mouvements syncrétistes »  : […] Vers le xvi e et le xvii e siècle, la situation politique s'était stabilisée. Installés en Inde, les envahisseurs avaient pris des épouses dans le pays et les croyances hindoues avaient peu à peu imprégné la sensibilité de leurs descendants. D'autre part, l'aspect épuré de la pensée indienne avait inspiré du respect aux maîtres étrangers et parfois attiré leur sympathie. En retour, l'attrait du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_34793

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développements modernes et rencontre avec l'Occident »  : […] Nombre de doctrines et d'écoles anciennes ou médiévales sont restées vivantes en Inde jusqu'à l'époque actuelle et font donc toujours partie des philosophies modernes du pays, d'autant plus que souvent leurs théoriciens ne restent pas passifs et s'emploient à les accommoder par l'interprétation aux idées en vogue dans le présent monde international de la pensée. Certaines doctrines oubliées de lon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_34793

ROY RĀM MOHAN (1772-1833)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 308 mots

Brahmane, né dans une famille orthodoxe du Bengale, l'un des représentants les plus intéressants de ces hindous qui s'efforcèrent d'harmoniser le Dharma (la « norme » universelle, la « loi » religieuse traditionnelle) et les valeurs positives de la civilisation occidentale. Rām Mohan Roy se prépara à un emploi de fonctionnaire à la cour des souverains moghols, ce qui le conduisit à étudier dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ram-mohan-roy/#i_34793

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « L'Inde »  : […] L'Inde conserve jusqu'en 1857 le statut ambigu de dépendance d'une compagnie à charte, elle-même pourtant soumise au contrôle du gouvernement royal. À la fin de cette période, 4 millions de kilomètres carrés, pour moitié des provinces d'administration directe, sont sous contrôle, cent soixante et un millions d'habitants vivent sous le signe du drapeau britannique , dont quarante-huit millions seul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_34793

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « BRĀHMO SAMĀJ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmo-samaj/