Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RĀJASTHĀN

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

État de la république de l'Inde situé dans le nord-ouest sec du pays, le Rājasthān est très vaste (342 239 km2), mais relativement peu peuplé (56 473 122 hab. en 2001), et la densité de sa population (165 hab./km2) est nettement inférieure à celle de l'Inde dans son ensemble (329 hab./km2).

Lake Palace, Inde

Lake Palace, Inde

Cet État doit son unité à l'importance des Rajput rattachés à la caste des Kshatriya (rois-guerriers). Ils ont formé une série de petits États qui ont résisté longuement à tous les envahisseurs non hindous et ont pu préserver une certaine autonomie aussi bien sous la domination des Moghols que sous celle des Britanniques. Ces États ont disparu au moment de l'indépendance, mais la tradition rajput reste assez vivace. Les villes du Rājasthān doivent une partie de leur cachet à leur ancienne fonction de capitales princières.

Dans son ensemble, le milieu naturel est assez peu favorable. La pluviosité moyenne annuelle se situe autour de 300 millimètres dans le nord-ouest, pour atteindre au maximum entre 700 et 800 millimètres dans l'est et le sud-est. De plus, beaucoup de sols sont minces et les massifs dunaires s'étendent dans les régions les plus sèches, qui reçoivent moins de 100 millimètres d'eau par an.

Le cœur historique du Rājasthān est formé par les monts Aravalli, qui traversent l'État du nord au sud, à peu près en son milieu. C'est une longue chaîne de montagnes moyennes, composées de roches résistantes à l'érosion, très anciennes. Les royaumes rajput étaient centrés sur des cols commandant les voies de passage à travers les Aravalli, si bien que c'est ici que l'on trouve les villes les plus importantes de la région et notamment la capitale de l'État, Jaipur (1 870 000 hab. en 2001). L'agriculture est assez médiocre. De nombreux petits réservoirs d'irrigation, connus sous le nom de tanks, permettent un système de culture fondé sur l'alternance du blé et des pois chiches (gram) en hiver, et des millets en été, la saison des pluies. La vie est d'ailleurs concentrée essentiellement dans les bassins.

Jodhpur, Inde

Jodhpur, Inde

Palais des Vents à Jaipur

Palais des Vents à Jaipur

Halte d'une caravane

Halte d'une caravane

La chaîne des Aravalli est flanquée à l'ouest par une plaine sèche. Les parties les plus proches de la frontière pakistanaise constituent le désert de Thar, qui est plutôt une région semi-aride. Le piémont des Aravalli est plus arrosé (de 400 à 500 mm). Les brousses et les steppes à épineux ont une grande étendue, de même que les massifs dunaires. On y rencontre les troupeaux d'éleveurs nomades ou semi-nomades. L'agriculture, fondée essentiellement sur la culture estivale des millets, et d'un peu de blé en hiver, est d'importance secondaire, sauf toutefois dans un périmètre d'irrigation créé grâce à la construction du canal Indira-Gandhi (ex-grand canal du Rājasthān), qui amène des eaux issues de l'Himālaya et stockées dans la retenue du barrage de Bakhra, au Punjab. La partie sèche du Rājasthān a toujours été un pays d'émigration. Certains des Rājasthāni émigrés jouent un rôle important dans le commerce de toute l'Inde, comme les Marwari, très nombreux notamment à Calcutta.

Les régions orientales de l'État sont plus humides. Il s'agit d'un ensemble de plateaux connus sous le nom de Malwa. Une partie de ces plateaux a un sous-sol constitué de laves qui portent des sols noirs à fort pouvoir de rétention d'eau, sur lesquels il est possible de cultiver le coton, qui est associé au blé (hiver) et aux millets (été). Mais il y a aussi de grandes étendues de sols latéritiques portés par une série de roches gréseuses, où les possibilités agricoles sont limitées. De même, la rivière principale, la Chambal, est bordée de ravins profonds, très inhospitaliers, longtemps refuge des tigres et des bandits...

Femmes du Rajasthan

Femmes du Rajasthan

Le développement industriel du Rājasthān n'est pas négligeable (mécanique,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

Lake Palace, Inde

Lake Palace, Inde

Jodhpur, Inde

Jodhpur, Inde

Autres références

  • BHIL

    • Écrit par Yvan BARBÉ
    • 611 mots

    Peuple des régions montagneuses du Rajāsthān, du Gujarāt, du Madhya Pradesh, que l'on retrouve également dans les forêts du nord et du sud de la rivière Narbada. Leur langue originelle dravidienne semble avoir complètement disparu ; les Bhil parlent quelque trente dialectes provenant d'une langue...

  • INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

    • Écrit par Philippe CADÈNE, François DURAND-DASTÈS, Georges MASCLE
    • 16 437 mots
    • 10 médias
    ...et celle de Mumbai, la densification des industries sur le littoral du Maharashtra et du Gujarat ainsi que l'apparition de poches industrielles au Rajasthan, qui par ailleurs développe son activité minière et renforce son infrastructure touristique. Ce territoire en développement rapide bénéficie...
  • INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par Universalis, Christophe JAFFRELOT, Jacques POUCHEPADASS
    • 22 936 mots
    • 25 médias
    ...Khaljī sombre après lui. Le siècle des Tughluq (1320-1413) est celui du déclin. Muhammad bin Tughluq (1325-1351), esprit mégalomane et instable, perd le Rājasthān, le Bengale et la totalité du Dekkan. Le long règne du pacifique et dévot Fīrūz (1351-1388) représente un répit, célébré comme un âge d'or par...
  • INDE (Arts et culture) - L'art

    • Écrit par Raïssa BRÉGEAT, Marie-Thérèse de MALLMANN, Rita RÉGNIER
    • 49 040 mots
    • 67 médias
    ...traditions n'en persistèrent pas moins comme le prouve d'abondance la production jaïna. On ne possède guère d'information sur les antécédents de l'école du Rājasthān, foncièrement hindoue d'inspiration. Il demeure probable que l'influence persane, véhiculée par l'école mogole, joua pour elle aussi le rôle...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi