QUICHÉ ou KICHÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens Maya parlant la langue quiché (ou Kiché), les Quiché habitent les hautes terres tempérées de l'ouest du Guatemala, principalement dans les départements du Quiché, du Totonicapán, du Quezaltenango, du Retalhuleu et du Suchitepéquez. Ils constituent le groupe de langue maya le plus important : selon le recensement de 2002, environ 1 270 000 personnes qui vivent en communautés fortement individualisées. Les Quiché formaient autrefois un royaume important qui avait pour capitale la ville d'Utatlán, brûlée par le conquistador Pedro de Alvarado en 1524. Ils sont les auteurs d'un livre épique, le Popol-Vuh, écrit en quiché au xvie siècle, qui raconte l'histoire de la création de l'humanité, en particulier des Maya, issus du maïs. L'habitat actuel des Quiché, rural, est généralement dispersé. Les maisons en brique crue ont un toit de chaume dans les régions élevées et en palmes sur la côte ; elles comportent souvent une cuisine séparée ainsi que des bains de vapeur. Les Quiché pratiquent une agriculture sur brûlis avec jachère, cultivant principalement le maïs, les haricots, les courges et le piment, ainsi que la banane sur la côte. Comme chez tous les Maya du Guatemala, les femmes filent et tissent tous leurs vêtements, de laine et de coton, caractéristiques de leur village : jupe de coton bleu et blouse à décor multicolore pour elles-mêmes, blouson et culotte de laine noire décorée de broderies multicolores pour les hommes. Les Quiché se retrouvent pour les fêtes dans les villages, en particulier pour le bal de la Conquête qui relate la rencontre dramatique des Quiché conduits par Tecun Uman et des envahisseurs espagnols dirigés par Pedro de Alvarado. L'ancien calendrier maya, composé de 260 jours, est encore utilisé par les prêtres quiché et par les sorciers pour fixer les dates des cérémonies.

—  Marie-France FAUVET

Écrit par :

  • : maître de conférences, chargée des collections américaines du musée de l'Homme, Paris

Classification


Autres références

«  QUICHÉ ou KICHÉ  » est également traité dans :

GUATEMALA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • Carine CHAVAROCHETTE, 
  • Noëlle DEMYK, 
  • Michel GUTELMAN
  •  • 8 902 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une nation divisée et inégalitaire »  : […] La colonisation espagnole a créé une dualité fondamentale entre indigènes et non-indigènes. Les Espagnols et leurs descendants créoles ont constitué l'oligarchie dominante qui, au fil du temps, a absorbé d'autres immigrants européens, notamment belges, italiens, allemands, mais également des Asiatiques et Syro-Libanais. Des Noirs ont été déportés durant la période de la traite des esclaves. Le te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guatemala/#i_15361

KAQCHIKEL ou CAKCHIQUEL

  • Écrit par 
  • Marie-France FAUVET
  •  • 211 mots

Indiens Maya, de la famille linguistique quiché, habitant au Guatemala (833 000 personnes au recensement de 2002), dans les hautes terres à l'est du lac Atitlan, dans les départements de Chimaltenango, de Sacatepequez, de Guatemala. Environ 460 000 personnes parlent la langue. À l'époque précolombienne, les Kaqchikel formaient un petit royaume. Leur capitale Iximché, fondée en 1470 et détruite par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaqchikel-cakchiquel/#i_15361

MENCHÚ RIGOBERTA (1959- )

  • Écrit par 
  • Yves HARDY
  • , Universalis
  •  • 1 203 mots

Prix Nobel de la paix 1992. Militante guatémaltèque des droits de l'homme et plus particulièrement des populations indiennes. Née en 1959 sur l' altiplano (les hauts plateaux), dans le village de Chimel, près de San Miguel Uspantán, Rigoberta Menchú Tum est l'un des neuf enfants d'un couple de paysans quiché, famille pauvre mais fière de ses traditions. Dès son plus jeune âg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rigoberta-menchu/#i_15361

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 156 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les instruments »  : […] Grâce aux fresques mayas de Bonampak (dans le sud du Yucatán), aux monolithes de San Agustín (Colombie), aux codex et aux témoignages des premiers chroniqueurs de la conquête (Bernardino de Sahagún, Fernández de Oviedo, Tomás de Torquemada), on connaît assez précisément l'ancien orchestre des indigènes. Les ethnomusicologues ont établi l'homogénéité de l'ensemble instrumental dans un espace qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-meso-amerique/#i_15361

Pour citer l’article

Marie-France FAUVET, « QUICHÉ ou KICHÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quiche-kiche/