QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Politique des hommes, politique de Dieu

Sous ce jeu se vit un drame, celui de la ruine de tout un pays, et Quevedo, patriote, ose être aussi témoin à charge. Transposant dans le burlesque la réalité qui l'entoure, il la traduit aussi dans ses œuvres en vers, de façon à la fois littéraire et significative. Il ridiculise les défauts, moraux et physiques, et présente à chacun un miroir déformant : les personnages les plus graves deviennent des pantins gesticulants. Autant que les individus, les fléaux sociaux sont touchés par la satire ; le relâchement des mœurs, le souci des apparences, qui exclut la franchise, la soif insatiable de l'or qui, depuis les envois massifs des Indes, est devenu l'étalon de toute valeur, sont dénoncés en des strophes légères, où l'ironie dissimule un constat amer.

Un roman picaresque, La Vie de l'aventurier Don Pablo de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous (El Buscón, 1626), dresse un tableau de cette société malade, en une suite d'épisodes où le héros subit toutes les épreuves du monde, se heurte à la méchanceté et au vice et, sans jamais parvenir à sortir de sa condition, se trouve réduit à vivre d'expédients. Des fantoches s'agitent, caricatures pleines de vérité : le logeur d'étudiants qui, à Alcalá de Henares, contraint ses pensionnaires à la faim et au froid, l'ermite joueur et tricheur, les courtisans, les poètes et les gueux font du roman une eau-forte, pleine de verve narquoise, cynique, impitoyable.

La doctrine politique de Quevedo semble rester du domaine de l'idéal : La Política de Dios (1635) propose une ligne de conduite catholique, qui se situe dans la tradition nationale et s'oppose aux conceptions « impies » de Machiavel ; le modèle des rois et des gouvernants, ce doit être le Christ. Dédié à Philippe IV, le traité prévient contre les fausses grandeurs d'une politique impériale et engage à ne pas perdre de vue l'au-delà.

L'écrivain lui-même, surtout vers la fin de sa vie, délaisse, pour la méditation solitaire, un monde perverti. Il revient aux anciens, compose une apologie du stoïcisme, lit et traduit Épictète e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur d'État, professeur à l'université de Limoges, conseiller technique au secrétariat général de la présidence de la République

Classification

Autres références

«  QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE (1580-1645)  » est également traité dans :

LA VIE DU BUSCÓN, Francisco de Quevedo y Villegas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 810 mots

La Vie de l'aventurier don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous, tel est le titre de ce roman de Quevedo (1580-1645), couramment désigné simplement par El Buscón, autrement dit « le gueux » ou « le vaurien ». Œuvre de jeunesse, écrit vers 1604, La Vie du Buscón ne fut publiée qu'en 1626. La Vie de Guz […] Lire la suite

CONCEPTISME, littérature

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 375 mots

De l'espagnol conceptismo . Le trait, la pointe, la saillie, le mot d'esprit, alliant le paradoxe de l'ambiguïté, le brillant à l'inattendu, l'hermétisme à la profondeur, voilà ce qui caractérise le conceptisme, qui joue avec l'idée ou le vocable à la différence du cultisme (ou cultéranisme ) qui complique à plaisir l'énoncé ou la syntaxe. Fondé sur la croyance d'une relation d'analogie entre les […] Lire la suite

DÉCADENCE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 9 959 mots

Dans le chapitre « Niveaux d'analyse et interprétations modernes »  : […] C'est donc au xvi e  siècle que l'idée de décadence parvient à maturité, sans que s'amorce ce que F. Furet a appelé « le décrochage du concept de modernité par rapport à l'Antiquité ». Ce que signifie cette dernière ( antiquus , priscus , primitivus ) est valorisé contre la modernité, «  la cupidità di cose nuove  » critiquée par Guichardin après Salluste qui, déjà, avait dénoncé le goût de la nou […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La poésie et le conceptisme »  : […] L'italianisme a introduit en Espagne – malgré la résistance de la vieille muse rustique – des mètres nouveaux, des genres nouveaux, et particulièrement le sonnet. Il s'est formé en Europe toute une esthétique du sonnet, provenant de la tradition pétrarquisante et s'inspirant d'un merveilleux spiritualisme érotique. Cette sorte de composition, aussi parfaite dans son architecture typographique que […] Lire la suite

GÓNGORA Y ARGOTE LUIS DE (1561-1627)

  • Écrit par 
  • Claude ESTEBAN
  •  • 2 221 mots

Dans le chapitre « La vocation poétique »  : […] Né à Cordoue, Luis de Argote y Góngora (pour des raisons d'harmonie, il choisira le patronyme de sa mère) appartient à une famille établie dans la ville depuis plusieurs générations et honorablement connue par son lignage et sa fortune. Son père, ordonnateur des biens confisqués par l'Inquisition, semble avoir été un homme cultivé, amateur de livres, autour duquel se réunissaient les lettrés de la […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 139 mots

Dans le chapitre « La cristallisation d'un genre »  : […] La Vie de Lazarillo et Guzman d'Alfarache connurent un grand succès qu'attestent de nombreuses éditions et des suites apocryphes (pour la Vie de Lazarillo , la première date de 1555, et Guzman d'Alfarache , dont la première partie est de 1599, se vit attribuer par un plagiaire une deuxième partie en 1602, alors qu'Alemán travaillait à l'achèvement de son ouvrage). Ce succès a sa cause dans « les t […] Lire la suite

TORRES VILLARROEL DIEGO DE (1694-1770)

  • Écrit par 
  • Guy MERCADIER
  •  • 739 mots

De cet écrivain espagnol qui a publié l'essentiel de ses œuvres dans la première moitié du xviii e siècle, la renommée n'a guère franchi les Pyrénées. Pourtant, il fut sans conteste le plus célèbre de son temps. Diego de Torres Villarroel est né à Salamanque en 1694, dans un milieu de petits boutiquiers. Très tôt se manifeste en lui une vocation d'écrivain, d'abord à travers le pastiche d'écrivai […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michèle GENDREAU-MASSALOUX, « QUEVEDO Y VILLEGAS FRANCISCO GÓMEZ DE - (1580-1645) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quevedo-y-villegas-francisco-gomez-de/