QUAND ON A 17 ANS (A. Téchiné)

Dans un précédent film d’André Téchiné, Les Innocents (1987), le chef d’orchestre Klotz, interprété par Jean-Claude Brialy, expliquait à ses musiciens que « la jeunesse, c'est la page blanche, le risque de la remplir et de se tromper. La jeunesse, c'est refuser de porter un vieillard en soi ». Or, les derniers films de Téchiné – Impardonnables (2011) et L’Homme qu’on aimait trop (2014) – donnaient le sentiment d’un cinéaste embarrassé par son riche passé d’auteur.

Dès les premiers plans de Quand on a 17 ans (2016) où la caméra accompagne allègrement un bus dans un superbe paysage enneigé, on comprend que Téchiné a trouvé un nouvel élan, et pas seulement parce qu’il a écrit le scénario en collaboration avec Céline Sciamma, une jeune réalisatrice qu’il tient pour « la seule en France à avoir apporté un regard neuf sur l’adolescence ». Il existe certes une parenté entre ce film et les deux premières œuvres de Céline Sciamma (Naissance des pieuvres, 2007 ; Tomboy, 2011), où l’on voit des adolescents en quête de leur identité sexuelle. Mais la vraie proximité est sans doute à trouver du côté de Bande de filles (2014), dont les personnages sont confrontés, comme dans maints films de Téchiné, à un choix et un arrachement qui engageront toute leur vie.

Dans l’œuvre même du réalisateur, la parenté de Quand on a 17 ans avec Les Roseaux sauvages (1994) s’impose vite à l’esprit. Là encore, un adolescent, François, découvrait avec angoisse son homosexualité. Pourtant, les deux films ne sauraient raconter la même histoire, tant est différente la place que l’homosexualité occupait dans l’imaginaire social et individuel en 1994 et surtout en 1962, date des souvenirs contés par Les Roseaux sauvages, et celle, plus « libérale », qui est montrée cette fois. Par-delà des éléments communs (le Sud-Ouest natal, le lycée, le baccalauréat, les baignades, la guerre, la mort...), la scène des Roseaux où François, terrorisé, demande de l’aide au marchand de chaussures de la ville, homosexuel notoire, paraîtrait [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « QUAND ON A 17 ANS (A. Téchiné) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/quand-on-a-17-ans/