PRIVAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville indissociable de l'histoire tourmentée du Vivarais et des guerres de Religion, Privas, chef-lieu de l'Ardèche, est située, comme Annonay et Aubenas, dans une dépression des gradins intermédiaires qui font la jonction entre les hauteurs du Massif central et le couloir rhodanien.

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Dominée à l'ouest par le mont Toulon (436 m), la colline de Privas occupe une belle position défensive protégée par l'Ouvèze et deux de ses affluents. Le bourg médiéval est un lieu d'échange entre la Cévenne, les Boutières, le Coiron et la vallée du Rhône. Possession des comtes de Valentinois, la ville est très tôt marquée par la Réforme, puis devient une des places de sûreté garanties par l'édit de Nantes. Elle se révolte en 1621, refusant de devenir possession du seigneur de Lestrange, catholique. Assiégée par l'armée royale en 1629, elle tombe en mai et Richelieu veut en faire un exemple : brûlée, pillée, elle perd ses remparts et ses clochers. Il s'ensuit une période de marasme à laquelle la Révolution met fin en donnant à la ville le rang de chef-lieu, du fait de sa position centrale et de sa résistance à l'absolutisme. Le commerce de la soie et l'exploitation de mines de fer assurent son développement au xixe siècle, avant leur déclin pendant la première moitié du xxe siècle. Elle devient, au cours de la Seconde Guerre mondiale, un foyer de résistance et le premier chef-lieu de France libéré par les F.F.I., le 12 août 1944.

Sa fonction de préfecture prend toute son ampleur avec la fin de la société rurale ancienne. Le secteur tertiaire va occuper ensuite les deux tiers des actifs. Cet aspect de ville de fonctionnaires est renforcé par l'importance de l'hôpital psychiatrique départemental, dont la haute silhouette domine la ville ; fondé en 1827 par la congrégation Sainte-Marie, il demeure le plus gros employeur du département (dont la moitié à Privas même). La présence des administrations et des services masque [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Lyon

Classification

Pour citer l’article

Michel BOYER, « PRIVAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/privas/