PRIMITIFS, peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début du xxe siècle, l'histoire de l'art occidental a fait un sort malheureux à cet adjectif devenu nom (étymologiquement : les premiers) en assignant une place chronologique bien définie aux « primitifs de la peinture ». Si le terme est parfois étendu aujourd'hui à la sculpture ou à toute période considérée comme une « enfance » de l'art, d'une technique ou d'un style, on l'attribue le plus couramment aux tableaux de chevalet (généralement peints sur panneaux de bois) peints aux xive et xve siècles, en Italie puis, par extension, à l'ensemble des peintres européens de la même époque. Même si une nuance, à l'origine évidemment péjorative et critique (moins méprisante cependant que pour « barbare » ou « gothique »), s'attache au terme, il est préférable d'y voir seulement la désignation d'une période de transition entre les techniques élaborées de la fresque, du vitrail ou de l'enluminure, et les techniques de la peinture à l'huile, exécutée sur une toile tendue par un châssis. Le terme concerne donc tout ce qui, dans le domaine de la peinture occidentale, est antérieur aux innovations de la Renaissance : imitation de la nature, réalisme, représentation d'un espace vraisemblable (lignes de fuite, horizon) qui n'est plus l'espace arbitraire de la peinture.

En somme, ces « primitifs » sont les véritables incunables (premiers textes imprimés avant l'an 1500) de la peinture de chevalet, mais des incunables dont l'existence s'étalerait sur une période plus longue : xive et xve siècle.

—  Guy BELOUET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PRIMITIFS, peinture  » est également traité dans :

BELLECHOSE HENRI (connu entre 1415 et 1440)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 130 mots

Originaire du Brabant, Bellechose succède en 1415 à Jean Malouel comme peintre en titre du duc de Bourgogne à Dijon. Sa première œuvre attestée est la seule qui subsiste : le Retable de saint Denis (Louvre), peint pour la chartreuse de Champmol en 1416. Entre 1415 et 1430, il est chargé de plusieurs retables pour Champmol et les châteaux ducaux, ou pour les églises de Dijon. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bellechose/#i_10896

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La norme et le caprice »  : […] Les bouleversements politiques de la fin du xviii e  siècle entraînent une consolidation du goût qui se distribue selon une nouvelle géographie. Les collections princières se transforment en musées, supports d'une histoire de l'art (Lanzi à Florence ). La vente de la collection du duc d'Orléans à Londres, la dispersion du patrimoine de l'Italie (c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_10896

FOUQUET JEAN (1420 env.-av. 1481)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 3 267 mots
  •  • 3 médias

Jean Fouquet est le peintre français le plus illustre de la fin du Moyen Âge. On ne possède malheureusement qu'une fraction infime de ses œuvres. Mais que l'on puisse reconstituer assez aisément sa biographie et son œuvre prouve sa célébrité : on peut en effet tracer de Fouquet un portrait plus fidèle et plus complet que celui d'autres artistes de la même époque. Fouquet est souvent considéré comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-fouquet/#i_10896

FROMENT NICOLAS (connu de 1461 à 1486)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 186 mots

Né à Uzès, puis fixé en Provence, peintre en titre du roi René, Nicolas Froment a dû se former en Flandre vers 1460, car il restera toute sa carrière fidèle à la manière et aux formules de l'art flamand dont son mécène était fervent amateur, mais qu'il réinterprète selon son tempérament méridional et dans une technique moins raffinée. Trois œuvres d'attribution certaine sont conservées de lui, deu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-froment/#i_10896

GÉRARD DE SAINT-JEAN, néerl. GEERTGEN TOT SINT JANS (1460-1465 env.-env. 1490-1495)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 438 mots

Le principal « primitif » néerlandais du xv e siècle, à la fois par une célébrité dont témoigne Van Mander qui admirait fort ce peintre génial mort à vingt-huit ans et par la qualité de son art tendre et chargé d'émotions aux couleurs raffinées ; art d'une plasticité forte mais apaisée, et d'une silencieuse discrétion déja toute néerlandaise. Trè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-de-saint-jean-geertgen-tot-sint-jans/#i_10896

LIGURIE

  • Écrit par 
  • Michel ROUX, 
  • Giovanna TERMINIELLO ROTONDI
  •  • 2 787 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ligurie antique et médiévale »  : […] La présence humaine est attestée en Ligurie depuis les temps préhistoriques : grottes paléolithiques des Balzi Rossi à Vintimille, refuges néolithiques des Arene Candide, dans le Finalese, et statues-stèles de pierre provenant de la Lunigiana ; ces vestiges, conservés au musée archéologique de La Spezia, appartiennent tant à l'âge du bronze qu'à celui du fer ; à beaucoup d'égards, on peut les com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligurie/#i_10896

LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 570 mots

Peintre allemand né à Meersburg, Stephan Lochner s'établit à Cologne en 1442 au plus tard, date à laquelle il achète une maison dans la ville. Il est membre du conseil de la Corporation des peintres en 1447 et 1450. Pendant la décennie où sa présence est attestée à Cologne, il fut sans doute le peintre le plus en vue de la riche cité marchande sur le Rhin. C'est à lui qu'est commandé le grand trip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephan-lochner/#i_10896

ORANGERIE, 1934 : LES PEINTRES DE LA RÉALITÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 1 422 mots

Des expositions sur les « peintres de la réalité », il y en eut plusieurs : celle organisée à Paris par le musée de l'Orangerie et la Réunion des musées nationaux du 22 novembre 2006 au 5 mars 2007, destinée à établir un lien symbolique entre le passé et l'avenir de la maison des Nymphéas , avait une ambition toute particulière. Comme l'indique son titre, il s'agissait d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orangerie-1934-les-peintres-de-la-realite/#i_10896

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Renaissance et baroque »  : […] La peinture de thèmes religieux continua par la suite à subir l'influence flamande, et nombreux furent les achats de panneaux faits en Flandres où le comptoir portugais, transféré de Bruges à Anvers en 1499, connaissait le développement le plus grand grâce à l'afflux des marchandises venant de l'Orient. Frère Carlos et Francisco Henriques sont deux peintres flamands venus s'installer au Portugal, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_10896

PRIMITIVISME, arts

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 876 mots

Dans l'histoire de l'art, le terme « primitivisme » renvoie en premier lieu au mouvement de célébration, par certains artistes des différentes avant-gardes du xx e  siècle, de valeurs et de formes considérées comme originelles, exotiques et régénératives. Il est d'usage de situer autour de 1900 le début de l'engouement des artistes occidentaux po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/primitivisme-arts/#i_10896

STYLE (arts)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 2 073 mots

Dans le chapitre « Style et attributionnisme »  : […] Style dérive du latin stilus , qui désigne d'abord le poinçon servant à écrire sur des tablettes de cire, puis l'acte d'écrire lui-même et ses différents genres. Passé en français au cours du xiv e  siècle, il en vient à signifier la manière de s'exprimer, la rhétorique qui fait la singularité d'un poète et que partage, consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-arts/#i_10896

SYMBOLISME - Arts

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 5 739 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un ensemble de refus appuyé sur des références culturelles »  : […] C'est à partir de ces quelques faits précis et de ces textes fondamentaux qu'on peut tenter de cerner le phénomène symboliste. S'il faut le définir, c'est d'abord par ses refus. Refus du matérialisme, du positivisme, refus d'une société que le « progrès » scientifique enlaidit et dégrade ; opposition à ses thuriféraires, qui la justifient scientifiquement ou philosophiquement ; rejet des esthétiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-arts/#i_10896

Pour citer l’article

Guy BELOUET, « PRIMITIFS, peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/primitifs-peinture/