PRÉHISTOIREIndustrie de l'os

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Paléolithique supérieur d'Europe occidentale

C'est vers 40 000 avant J.-C. que commence le Paléolithique supérieur avec une première culture qui reste une culture de transition : le Châtelperronien. Son industrie de l'os est encore mal connue ; les poinçons y figurent, peut-être aussi d'autres outils plus élaborés. Il faut attendre l'Aurignacien, dix mille ans plus tard, pour trouver en Europe une culture faisant preuve pour la première fois d'une maîtrise complète des techniques appropriées au travail de l'os, d'un intérêt particulier pour cette matière et de conceptions nouvelles sur le plan de la création d'outils, d'armes et de parures.

La révolution technique de l'Aurignacien

L'industrie de l'os de l'Aurignacien nous fait assister à une véritable révolution technique : il y a prise de conscience des qualités spécifiques de la matière osseuse et des gestes qui permettront d'en tirer le meilleur parti. Grâce à ce progrès, des objets aux contours définis et précis vont pouvoir être créés, des formes complexes impossibles à réaliser en pierre seront conçues. Des techniques de grande précision deviennent alors courantes, telles que le sciage transversal pour tronçonner un os à l'endroit exact où on le désire et la gravure de rainures longitudinales pour extraire d'un os long des languettes ou ébauches. Le raclage de l'os avec un éclat ou le flanc d'un burin devient la grande technique de façonnage des objets ; l'abrasion reste occasionnelle. La percussion n'est pas réellement abandonnée, mais on n'y a recours que pour certaines catégories d'objets : elle est en réalité très certainement sous-estimée par les chercheurs en raison de la fascination des premiers préhistoriens pour les objets les plus perfectionnés ou les plus beaux. Le fabricant a compris qu'il pouvait découper l'os et le sculpter ; il en a découvert les qualités plastiques propres, mais en même temps il semble qu'il ait mis momentanément de côté une vieille tradition qui impliquait elle aussi une réelle connaissance de la matière osseuse : le choix de l'os pour sa forme naturelle, utilisable telle quelle. En façonnant des objets à partir de languettes de forme géométrique simple, l'artisan ramène en effet l'os au statut de matière première amorphe. Mais nous verrons que cet oubli ne durera pas.

Quant à la nature des objets créés par les Aurignaciens, elle marque une rupture nette avec les époques précédentes. Les objets ont maintenant des formes variées mais bien définies et répétitives. Ces formes témoignent d'un début de spécialisation et rappellent souvent des outils et des armes qui sont encore en usage dans les sociétés traditionnelles ou dans les secteurs qui sont restés traditionnels dans la société moderne. C'est cette analogie qui permit aux premiers préhistoriens de désigner pour eux le « premier outil » ou la « première arme » d'une fonction donnée. Grâce aux progrès des techniques de reproduction et de lecture des traces d'utilisation des outils, nous savons maintenant que leurs attributions sont souvent fondées, mais qu'elles méritent d'être nuancées, assouplies et, dans quelques cas, contredites.

Outils et armes se dissocient donc. Parmi les outils pointus, les poinçons se diversifient : certains ont une pointe à chaque extrémité et font penser à des hameçons droits ; des épingles à tête renflée apparaissent (elles sont peut-être des objets de parure). De longs objets aplatis peuvent indifféremment servir, comme l'attestent avec netteté leurs traces d'usure, de lissoir à peaux ou de chasse-lame adapté à la taille du silex ; la spécialisation de l'outil n'est pas, comme on le voit, tout à fait acquise. Le bâton percé, outil robuste fait à partir d'un bois de cervidé perforé dans une portion élargie, indique peut-être, comme le fait remarquer A. Leroi-Gourhan, une connaissance intuitive du principe du levier : ce bâton peut en effet servir à redresser les armatures en bois animal qui sont courbes lors de leur extraction ; mais, comme le montre L. Mons, les traces qui entourent la perforation témoignent du frottement d'une matière souple : s'agissait-il d'assouplisseurs de lanières ? En tout cas, les armatures existent et méritent le nom de sagaies en considération de l'aménagement de leur base. Nous réalisons avec elles que le principe de l'emmanchement est acquis (il l'était probablement déjà au Moustérien comme le suggèrent certains outils en pierre aménagés à la base).

L'Âge d'or de la technolo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de la mission permanente El Kowm (ministère des Affaires étrangères)

Classification

Autres références

«  PRÉHISTOIRE  » est également traité dans :

PRÉHISTOIRE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 820 mots

On appelle classiquement « préhistoire » l'étude des sociétés humaines anciennes qui ne nous ont pas laissé de textes écrits, puisqu'elles ne disposaient pas de l'écriture. Celle-ci fut inventée indépendamment dans plusieurs régions du monde par des sociétés dont le niveau de complexité ne permettait plus la gestion par la seule mémoire – c'est-à-dire des sociétés devenues urbaines et étatiques. L […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Alimentation

  • Écrit par 
  • Hervé BOCHERENS
  •  • 1 940 mots
  •  • 1 média

Reconstituer l'alimentation des hommes préhistoriques est un exercice difficile et pourtant indispensable pour comprendre l'histoire de notre espèce. Les vestiges archéologiques ne reflètent qu'indirectement l'alimentation, notamment par les ossements fossiles des animaux consommés, rarement par des restes végétaux, beaucoup plus fragiles. Depuis les années […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Méthodologie

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe RIGAUD, 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 936 mots

Nous entendons le terme préhistoire dans son acception la plus stricte : depuis l'origine de l'homme jusqu'à la veille des « révolutions néolithiques ». Nous traiterons des méthodes d'étude des peuples chasseurs-cueilleurs, des prédateurs (Paléolithique, Épipaléolithique, Mésolithique) et non des producteurs (Néolithique). Datant de plus d'un siècle, la préhistoire doit en partie à sa jeunesse une […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - L'homme et le feu

  • Écrit par 
  • Catherine PERLÈS
  •  • 3 263 mots
  •  • 1 média

Les mythes traditionnels des contrées les plus éloignées affirment tous combien est profondément vécue la relation entre l'homme et le feu : sans maîtrise du feu, il n'y a pas d'humanité véritable. Mais le feu, sortant l'homme de l'animalité, le conduit aussi au divin ; et jamais le feu n'est simplement découvert, il est toujours volé et l'humanité entière doit payer le prix de ce vol. Domestiqué, […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - La taille expérimentale des roches dures

  • Écrit par 
  • Jacques TIXIER
  •  • 3 004 mots
  •  • 1 média

La reproduction moderne d'outils préhistoriques en pierre dure est née avec la science préhistorique. Au milieu du xixe siècle, les ouvriers des carrières du bassin de la Somme taillaient des bifaces qu'ils vendaient à l'archéologue Boucher de Perthes.Après les précurseurs des expériences de taille – Breuil, Muller au début du xx […] Lire la suite

ABRI-SOUS-ROCHE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse BOINAIS
  •  • 625 mots

Parmi les divers types de gisements préhistoriques, les abris-sous-roche, sites d'habitat installés au pied des falaises et simplement protégés par un surplomb rocheux, sont extrêmement nombreux dans toutes les régions du globe, non seulement en Europe, notamment dans la région dite franco-cantabrique, mais également en Afrique et en Amérique, là où de telles structures naturelles ont existé. Cont […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts incertains de l'humanité jusqu'à la périod […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Il y a dix mille ans, au début du Néolithique, les quelque cinq millions d'êtres humains, généralement nomades, qui peuplaient la Terre se nourrissaient des produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Cependant, dans quelques rares régions du monde, certaines communautés sédentarisées ont commencé de cultiver des plantes et d'élever des animaux et se sont transformées, très lentement […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'environnement arctique au Pléistocène. Les voies de migration »  : […] Dans la mesure où la plupart des préhistoriens s'accordent aujourd'hui pour faire venir du nord-ouest, c'est-à-dire de Sibérie, les premiers occupants de l'Amérique, il est alors essentiel de pouvoir reconstituer l'environnement nordique américain et de connaître l'importance et le moment des transformations ayant, depuis une centaine de milliers d'années, affecté la région. C'est en effet de cet […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Danielle STORDEUR, « PRÉHISTOIRE - Industrie de l'os », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-industrie-de-l-os/