PRAGUERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Révolte féodale menée contre Charles VII par quelques princes, comme les ducs Charles Ier de Bourbon, Jean II d'Alençon, Jean V de Bretagne, le roi René d'Anjou, comte de Provence, Jean IV d'Armagnac et Jean de Dunois. La petite et la moyenne noblesse soutinrent le mouvement, soucieuses de défendre leurs prérogatives contre les empiétements des officiers royaux et, pour cette raison, inquiètes de la ferme reprise en mains de la monarchie par l'ancien roi de Bourges. La conjuration visait à destituer le roi et à confier la régence au dauphin, le futur Louis XI, alors âgé de seize ans. Une révolte du duc de Bourbon avait déjà été matée en 1437. De même, le roi et Richemont réprimèrent-ils sans peine une première insurrection, en Auvergne et en Poitou (févr. 1440). L'intervention du duc de Bourgogne Philippe le Bon et de Charles d'Orléans — à peine revenu de sa captivité en Angleterre — mit au contraire la royauté en péril. À l'assemblée de Nevers (févr. 1442), à laquelle il n'avait pas été prié, Charles VII fit jouer ses conseillers au plus fin. En dosant ses concessions et surtout ses subventions financières de manière aussi habile qu'inéquitable, il dissocia la coalition. Celle-ci fut qualifiée de « Praguerie » par comparaison avec les récentes révoltes de Bohême.

L'un des facteurs déterminants du succès royal fut le loyalisme de la plupart des villes et la fidélité intéressée de l'administration. La nouvelle noblesse, née des profits de la justice et des finances royales, fit cause commune dans la prudence avec la bourgeoisie marchande. Quant à la petite noblesse d'origine militaire, qui avait suivi dans la révolte les princes, elle vit avec amertume ceux-ci tirer seuls les avantages de la réconciliation avec le roi ; de l'opposition du dauphin Louis jusqu'à la ligue du Bien public, les mouvements d'insoumission ne trouvèrent désormais plus dans cette petite noblesse la force militaire grâce à laquelle ils auraient pu limiter les progrès du pouvoir monarchique.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  PRAGUERIE  » est également traité dans :

LOUIS XI (1423-1483) roi de France (1461-1483)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 2 543 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dauphin en son Dauphiné »  : […] Fils du roi de Bourges et de Marie d'Anjou, né précisément à Bourges dans l'atmosphère sombre de 1423, Louis reçoit, comme tous les enfants nobles de l'époque, une double éducation fort sérieuse : intellectuelle avec Jean Majoris, maître ès arts, licencié en droit et théologien, ami du chancelier de l'université de Paris, Jean Gerson, qui trace le programme de l'éducation du prince ; sportive et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xi/#i_3805

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « PRAGUERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/praguerie/