SIMMONDS POSY (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rosemary Elizabeth – dite « Posy » – Simmonds est née le 9 août 1945 à Cookham Dene, près de Maidenhead, dans le Berkshire. Après des études de français à la Sorbonne et de dessin à la Central School of Art de Londres, elle devient en 1968 dessinatrice de presse, et commence en 1972 une collaboration avec le quotidien The Guardian. Elle y crée notamment en 1977 la bande dessinée The Silent Three, dont un des personnages est un professeur de sociologie, George (et non Max !) Weber ; elle s'y moque des milieux « intellectuels de gauche », qui constituent la majeure partie du lectorat de ce journal (sans doute peut-on voir dans ce paradoxe l'influence de Claire Bretécher, qui publiait alors Les Frustrés dans Le Nouvel Observateur). En 1981 paraît True Love, satire des B.D. sentimentales en vogue dans les illustrés britanniques pour adolescentes. Parallèlement à ces séries destinées à des adultes, Posy Simmonds écrit et dessine des livres pour les tout-petits, comme Fred (1987), histoire d'un chat qui mène le jour une vie très ordinaire, mais la nuit devient une star. Trois de ces ouvrages pour les jeunes enfants ont été traduits en français (Lulu et les bébés volants, Mariage au chocolat et Le Buffle en colère) ; ils sont aujourd'hui épuisés.

C'est en 1999 que paraît Gemma Bovery, d'abord en feuilleton dans The Guardian (comme Tamara Drewe, qui suivra en 2005-2006), puis en volume chez l'éditeur Jonathan Cape. Dans un pays où la bande dessinée est généralement assimilée à un genre enfantin, le succès est inhabituel : 20 000 exemplaires sont vendus, suivis d'une édition en livre de poche. Des critiques évoquent William Hogarth, l'hebdomadaire américain Newsweek regrette que le livre n'ait pas été retenu pour le Booker Prize. En France, Denoël publie Gemma Bovery l'année suivante et, au festival d'Angoulême, en janvier 2001, Posy Simmonds inaugure une exposition de ses planches originales.

Gemma Bovery est une œuvre novatrice, d'abord dans la forme. Posy Simmonds y joue de toutes l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SIMMONDS POSY (1945- )  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 298 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Dans le monde »  : […] Dans La Ronde (2012), l'Allemande Birgit Weyhe, s'inspirant de la pièce de même titre d'Arthur Schnitzler, bâtit sa narration sur une médaille de baptême qui passe de mains en mains. Rosemary « Posy » Simmonds confirme sa vision à la fois satirique et humoristique de la société britannique avec Tamara Drewe (sorti en 2007 après avoir été, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_30559

ROMAN GRAPHIQUE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 2 282 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un genre attrape-tout ? »  : […] L’engouement pour les romans graphiques et l’intérêt que leur portèrent des médias qui avaient longtemps dédaigné la bande dessinée incitèrent les éditeurs traditionnels à leur faire une place dans leur catalogue, si bien que le genre est désormais totalement banalisé. Le roman graphique semble particulièrement convenir à l’autobiographie, genre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-graphique/#i_30559

Pour citer l’article

Dominique PETITFAUX, « SIMMONDS POSY (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/posy-simmonds/